Série Off-Campus – Elle Kennedy


KENNEDY, Elle. Off-Campus (tomes 1 à 4). Hugo et Cie, coll. Hugo New Romance, 2016-2017, 17 €.



L’histoire :

Un groupe d’amis, joueurs de hockey, stars de l’université. Bienvenue en Amérique ! Et bienvenue dans une série de romance à l’américaine. Hannah, Grace, Allie et Sabrina. Garrett, Logan, Dean et Tucker.
Ils sont jeunes, ils sont beaux et ils vont vous faire découvrir leur histoire !

Ce que j’en ai pensé :

Une série de romance érotique adolescente comme savent si bien les écrire les américaines ! Je viens de refermer le quatrième et dernier tome de cette saga. Et quelle tristesse de quitter les personnages !
Ce type de littérature, on aime ou on déteste. De mon côté, ce sont des livres qui me plaisent généralement quand ils restent réalistes et bien écrit. Comme c’est souvent le cas chez Hugo New Romance. J’ai lu beaucoup de leurs romances parues et rarement déçue. Valeur sûre.

Ici, on suit un groupe d’amis masculins, des jeunes coqs, idoles de leur université car stars de l’équipe de hockey sur glace. Garrett, Logan, Dean et Tucker ont tous des personnalités différentes mais un point commun : ils attirent les filles comme des mouches. Et chacun va avoir son tome dédié où, on s’en doute, ils vont rencontrer celle à laquelle ils s’attendent le moins. Et donc celle qui fera battre leur coeur.

Le genre d’histoire dont on connaît l’issue mais ça ne me gêne pas. Au contraire même ! Feeling good tout au long de la lecture et sourire assuré à la fin.
Elle Kennedy ne tombe pas dans le mièvre, même si on est clairement dans le cliché des romances adolescentes.
Ce que j’ai aimé c’est que chaque histoire est indépendante. On retrouve toujours les mêmes personnages mais chacun des tomes s’intéresse à un couple : Garrett/Hannah ; Logan/Grace ; Dean/Allie et Tucker/Sabrina.
Les caractères différents de chaque personnage permet une histoire qui n’est redondante par rapport aux autres. Pas d’ennui donc, même si vous les lisez à la suite je pense.
Beaucoup de tendresse, d’amour, d’humour et des passages clairement érotiques. Tout cela servit dans un style très bon (ainsi que la traduction donc).

Si vous aimez les romances, je vous conseille cette série à 100% !
Et l’auteur annonce la parution prochaine d’une spin-off qui, je l’espère, sera traduit et édité par Hugo.

Les BD de la semaine #1

Nouveau RDV sur le blog, avec mes lectures BD de chaque semaine.


Cette semaine, trois bandes dessinées lues. Et que du bon, dans trois styles complètement différents. Je vous laisse découvrir ça tout de suite !

1. Silex and the city, t.3 – Jul

BD humoristique et caricaturale de notre société par excellence. Si vous ne connaissez pas encore Web, Blog, Spam et les autres habitants de cette préhistoire farfelue, il faut absolument que vous les découvriez.
C’est complètement barré, drôle à outrance, et les références à notre société sont hilarantes.
C’est une série en plusieurs tomes (actuellement sept), dont chacun peut se lire indépendamment, même si on retrouve la même famille ainsi que leurs amis à chaque volet.
Le style caractéristique de Jul est là : des traits typiques de la BD d’humour : simples, enfantins, caricaturaux.
C’est édité chez la célèbre maison d’édition BD Dargaud.


2. Murena, t.4 – Dufaux et Delaby

Murena est une série qui se déroule dans la Rome Antique, au temps de l’empereur Néron.
Bande dessinée historique donc, aux illustrations absolument fantastiques, très réalistes, qui collent au plus près des émotions des personnages.

C’est un récit résolument adulte par contre, à ne pas mettre entre les mains des enfants car certaines illustrations sont crues ou particulièrement sanglantes.

Si vous cherchez une série historique, je vous la conseille vraiment. En neuf tomes je crois, je l’emprunte à la bibliothèque afin de ne pas me ruiner mais je dois dire que si j’ai l’occasion de me trouver l’intégrale un jour je l’achèterai sans problème.

Une saga également éditée chez Dargaud !


3. Descender, t.1 – Jeff Lemire et Dustin Nguyen

Lu dans le cadre du prix Livraddict, catégorie Comics (lien ici), ce comic est le dernier que j’ai lu sur les cinq, tout simplement car je l’avais rapidement feuilleté en librairie et l’aspect aquarelle des illustrations ne m’avait pas emballé.
Et puis au final, après l’avoir emprunté à la bibliothèque et lu, je peux dire que j’ai été très agréablement surprise par l’ensemble.

Une histoire très sympa, qui se déroule dans l’Espace, dans un futur où diverses espèces cohabitent, notamment avec les robots. Robots qui vont se soulever. Dix ans après, nous suivons Tim-21, un robot de compagnie pour enfant. Un personnage très attachant, et une histoire qui donne envie de lire la suite.

Une série de science-fiction que je vais suivre. Il n’arrivera pas en tête de mon classement du Prix Livraddict Comics mais en bonne place néanmoins !

Edité par Urban Comics (grande qualité de comics, j’adore !).


⇒ A la semaine prochaine pour vous faire découvrir de nouvelles BD et nouveaux comics !

Derrière les portes – B.A. Paris


PARIS, B.A. Derrière les portes. Hugo et Cie, coll. Hugo thriller, 2017, 320 pages, 19,95 €.



L’histoire :

En apparence, Jack et Grace ont tout pour eux. L’amour, l’aisance financière, le charme, une superbe maison. Le bonheur.
Vous connaissez tous un couple comme celui qu’ils forment, le genre de couple qui vous fait rêver. Vous adoreriez passer davantage de temps avec Grace, par exemple. L’inviter à déjeuner, seule. Et pourtant, cela s’avère difficile. Vous réalisez que vous ne voyez jamais Grace sans Jack. Qu’est-ce que cela peut-il cacher ? Parfois, un mariage parfait cache un mensonge parfait.
Et vous, connaissez-vous vraiment vos amis ?

Ce que j’en ai pensé :

Une claque ! Voilà un thriller simple, efficace, qui remplit sa promesse de faire frissonner le lecteur et le tenir en haleine jusqu’à la dernière phrase !
Donc, oui, je le peux affirmer qu’il s’agit de mon premier coup de coeur de l’année 2017 !

Thriller psychologique intense, il nous plonge dans les affres de la torture mentale d’un être humain sur un autre. Et le plus déstabilisant, c’est de se dire que cela arrive réellement, peut-être derrière la porte de votre voisin.
Des personnages subtilement décrits, une construction du récit très habile, entre passé et présent, où Grace raconte sa vie avec Jack et sa soeur handicapée Millie.
Une descente aux Enfers graduelle et une fin à la hauteur du récit.

Vous aimez les sensations fortes en lisant des livres mais n’aimez pas le gore et le sang à outrance ? Lisez ce livre ! Vous aurez les frissons, l’angoisse et la réflexion sur des sujets aussi graves que la maltraitance et le handicap. Et puis, une inquiétude trouble qui surgira : jusqu’à quel point connaissons-nous nos amis, nos fréquentations, lorsque l’intimité se referme sur eux ?

Ajoutez à cela un style qui m’a tout de suite plu. C’est bien écrit, bien traduit, pas de mot inutile, juste ce qu’il faut pour être happé.
C’est un thriller que je conseille et que j’offrirais à qui aime ce genre de littérature.

Miséricorde – Jussi-Adler Olsen


OLSEN, Jussi-Adler. Miséricorde. Le Livre de Poche, 2013, 525 pages, 7,90 €.



L’histoire :

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s’acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encres. Mais, faute d’indices, la police avait classé l’affaire. Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne. Pour eux, pas de cold case …

Ce que j’en ai pensé :

Affaires classées non résolues qui remontent à la surface. Voilà à quoi va devoir s’atteler Carl Morck après une terrible descente aux Enfers. Mission placard ? Avec son bureau placé dans les sous-sols de la Préfecture de Police, ses collègues pensent certainement s’être partiellement débarrassés d’un élément perturbateur agressif et anti-social.
Mais c’était sans compter sur sa personnalité anti-conformiste et perfectionniste. Avec son acolyte hors normes, Assad, ils vont former le Département V ; et leur première affaire concernera la disparition de Merete Lyyngaard, jeune, belle et prometteuse politicienne, disparue cinq ans auparavant.

Le point fort de ce roman, c’est le duo d’enquêteurs proposés par J.-A. Olsen. Carl est définitivement le type de personnage flic que j’adore. Tout le monde le déteste, il est solitaire, agaçant, peu avenant mais terriblement doué. Avec Assad, c’est une relation de chef à employé à la fois drôle et admirative.

Parallèlement à l’enquête on suit également le calvaire de Merete Lyyngaard dans une geôle terrifiante, où ses bourreaux prennent visiblement un plaisir non feint à la faire souffrir.

C’est un thriller abouti, même si je l’ai trouvé un peu long à certains moments. Je lirais néanmoins la suite avec plaisir quand l’occasion se présentera.

Les contes de l’Ankou, intégrale – Jean-Luc Istin


ISTIN, Jean-Luc. Les contes de l’Ankou, intégrale. Editions Soleil, coll. Soleil Celtic, 2015, 160 pages, 25 €.


L’histoire :

Sofia Cadic, fille du romancier breton Guillaume Cadic, n’a plus qu’une seule et unique obsession : retrouver celui qui est devenu l’Ankou, son père. À travers toute la Bretagne, elle recueille les témoignages de ceux qui ont croisé son chemin. Elle vit une véritable tragédie humaine au travers de cette quête de la mort mais par-dessus tout celle de son défunt père.

Ce que j’en ai pensé :

Acheté au gré de mes pérégrinations en librairie d’occasion, je suis tombée sur ce magnifique livre-objet, pour un prix très compétitif.

Toujours à la recherche de nouveaux horizons en matière de bandes dessinées, j’ai été servie aussi puisqu’il s’agit d’une histoire qui permet de mettre en lumière plusieurs contes bretons ayant pour personnage principal la mort, ou comme ils l’appellent « l’Ankou« .

Les planches sont superbes, j’ai été charmée par ce trait précis, et un parfait usage de la couleur.

    

On suit Guillaume Cadic, puis sa fille Sofia, dans leur quête inlassable de la Mort. Auraient-ils des comptes à rendre avec Elle ? Est-il seulement possible de marchander avec elle ?

Je conseille cette BD à tous, et notamment aux Bretons, qui seront enchantés de découvrir les contes de leur région.

D’ailleurs la collection « Soleil Celtic » des éditions Soleil semble proposer nombre de récits autour des mythes et légendes ; et notamment leur partie « Contes de Bretagne ». Passionnant !