Fatima ou les Algériennes au square – Leïla Sebbar



Quatrième de couverture :

On est au début des années 80.
Banlieue parisienne. La Courneuve. Fatima et ses amies algériennes de la cité se retrouvent au square. C’est leur patio. Elles sont les premières immigrées héroïnes de la littérature française. Dalila, 7 ans, la fille de Fatima, ne quitte pas le flan de sa mère. Elle écoute les histoires du quartier. Violence et tendresse dans l’exil. Bavardages, rires, cris, colères, bagarres, viols ; flics…Dalila, battue par son père, a décidé de gagner.

Mon avis :

Dalila est une jeune fille algérienne, née en France. Ses parents, immigrés, vivent à La Courneuve, dans la cité des 4000. Lorsqu’elle était enfant, Dalila suivait très souvent sa mère, Fatima, au square où celle-ci discutait avec ses amies. Des discussions où se racontaient les histoires des familles d’immigrés, des histoires de filles violées, d’enfants battus, de bagarres de jeunes adolescents.
Aujourd’hui, Dalila se souvient de ces récits, car elle a décidé de fuir le domicile familial où son père la bat.

Ce livre est un petit bijou qui conte la vie dans les cités peuplées de français et d’immigrés, dans les années 80 en France. La population très hétéroclite n’est pas habituée à vivre ensemble aussi le racisme et les préjugés sont légion.
Ce qui fait la force de ce roman, c’est cette façon si douce de raconter des faits divers graves. Leïla Sebbar fait entrer son lecteur dans le cercle des amies de Fatima. On se retrouve au square. Mais on se retrouve également plongé dans le quotidien de la famille de Dalila et Fatima ; qui nous explique à travers les lignes pourquoi la jeune fille ne peut plus vivre entre ces murs.

L’histoire de Dalila est somme toute assez banale. Devenue jeune fille, elle souhaite vivre comme ses amies françaises : sortir le soir, flirter avec des garçons, etc. Mais cela ne doit pas se passer comme cela pour son père, fervent musulman, qui ne veut pas subir le déshonneur à cause de sa fille. Le problème de l’intégration des immigrés est parfaitement rendu ici : la scission entre la volonté de s’intégrer dans une société faite de règles et de libertés différentes de celles enseignées à la maison. En Algérie, Dalila n’aurait peut-être pas vécu cela, car les tentations françaises auraient été moins présentes. Déteste-elle ce père devenu violent ? cette mère qui ne réagit pas ? ou le fait de vivre écartelée entre deux cultures très différentes ?
Quoiqu’il en soit, on retrouve toujours dans les récits de Fatima et ses amies, la question de la pauvreté et de ce qu’elle engendre.
Ali et Aïcha sont un couple très amoureux. Parents de cinq enfants, ils vivent dans une seule pièce. Aussi, lorsque Aïcha est à bout, elle bat son fils. Violemment. La proximité, la difficulté de l’intégration qui engendre l’isolement est facteur de violence. Le récit de cette famille est très touchant. L’auteur ne juge à aucun moment ses personnages malgré les actes répréhensibles qu’ils commettent. 

Malgré quelques tournures de phrases étranges (peut-être s’agit-il de la traduction) ou des phrases très longues, ce livre est tout simplement envoûtant. Il nous immerge totalement dans le monde des cités françaises dans les années 80 ; et cela pourrait également se dérouler à notre époque. C’est poignant, fort, bouleversant, violent, mais tellement touchant aussi.

Remerciements : Je remercie chaleureusement Libfly pour m’avoir permi de découvrir cet auteur et cette maison d’édition ; ainsi qu’aux éditions Elyzad, dont il me plairait de découvrir d’autres ouvrages.


One comment on “Fatima ou les Algériennes au square – Leïla Sebbar

  1. Ce livre m’a appris la vie de ces familles en France. Très instructif et très agréable à lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

18 292Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>