Le cercle des loups – Nicholas Evans

Quatrième de couverture :

Hope, petite ville du Montana, est en ébullition. Un loup a dévoré un chien, celui de la fille de Buck Calder, une des personnalités les plus en vue de la localité. La vieille querelle qui oppose les éleveurs, qui se sentent menacés, et les défenseurs des loups, est à son paroxysme. C’est à ce moment qu’arrive Helen Ross, jeune zoologiste de 29 ans, chargée par le service de protection des loups de capturer les animaux pour les munir de colliers émetteurs. Les éleveurs, avec à leur tête Buck Calder, s’opposent à cette mission, sabotent le travail d’Helen et n’hésitent pas à abattre les loups. Helen trouvera en Luke Calder, le fils de Buck, un précieux allié, mais elle devra affronter la haine d’une communauté prête à tout pour chasser les loups de ses terres.

Mon avis :

Après plusieurs années à traîner dans ma bibliothèque, j’ai décidé de me lancer dans ce livre, qui est globalement très apprécié. C’est pourtant avec une certaine appréhension que je débute cette lecture.

L’histoire se déroule dans le Montana, un état du nord des Etats-Unis, à la frontière avec le Canada. Entre les larges vallées et les Rocheuses, c’est le territoire américain dont la densité de population est la plus faible. Cela est particulièrement bien rendu dans le roman : les descriptions permettent au lecteur de prendre conscience de ce magnifique cadre naturel, où les hommes sont principalement des ruraux qui vivent en adéquation avec leur environnement. En totale adéquation ? Pas vraiment puisque le roman soulève le problème de la chasse au loup, cet animal qui, après avoir été vénéré par les Amérindiens, fut assimilé au Diable par les populations blanches.
L’histoire débute par la mort d’un chien domestique, semble-t-il égorgé par un loup. A partir de cet évènement, deux clans vont s’affronter : les éleveurs qui souhaitent abattre cet animal qui endommage leurs troupeaux, et les agents des Eaux et Forêts, des zoologistes charger de protéger cette espèce et de l’étudier.

Les 150 premières pages sont très intéressantes puisqu’elles posent l’histoire, l’environnement et les personnages. Ces derniers sont nombreux :
– Buck Calder et sa famille : des opposants à la présence des loups. Eleveurs depuis trois générations, très respectés dans la région, les Calder utilisent les médias pour mener leur lutte contre le prédateur.
Buck lui-même est un personnage odieux, qui trompe sa femme sans états d’âmes.
– Luck Calder, son jeune fils de dix-huit ans, est méprisé par ce père charismatique. Bègue et rêveur, il est aussi un amoureux fervent de la nature dans laquelle il vit et un fin observateur des loups, qu’il veut protéger à tout prix.
– Helen Ross est une zoologiste spécialisée dans l’étude des loups et de leur mode de vie. Appelée en renfort par l’équipe des eaux et forêts dirigée par Dan Prior, elle va devoir faire face à une population traditionnelle bien campée sur ses positions et peu encline au changement et aux idéologies différentes.
De nombreux autres personnages alimentent l’histoire de leur présence plus ou moins conséquente.

Le début du livre est donc fort intéressant et instructif. Puis par la suite, les longues descriptions m’ont lassées et l’intérêt de la découverte s’est heurté à un récit plat et sans grande envergure. Le problème ne vient pas de l’histoire elle-même, qui comporte des personnages éclectiques, chacun avec ses travers, mais plutôt de la façon dont la narration est menée. Il n’y a que peu d’action, ce qui fait que si l’on n’est pas vraiment embarqué dans le récit, l’ennui se fait sentir.
L’abandon de lecture est rare chez moi, mais là, je n’en étais pas loin. J’ai tout de même survolé certains passages dans le dernier tiers du livre.

En conclusion je suis déçue de cette lecture car après un début alléchant, les descriptions alourdissent l’histoire. Je ne retenterais pas l’expérience avec cet auteur.

Cadre de lecture : J’ai lu ce livre en Lecture Commune avec Nami, du blog L’univers littéraire de Nami ! Vous pouvez retrouver sa chronique en ligne ici.

Une réflexion au sujet de « Le cercle des loups – Nicholas Evans »

  1. nanet

    Ah, voilà enfin un article qui n’encense pas ce livre ! J’ai eu vaguement la sensation d’être passé à coté, en lisant ça et là les autres articles, tous dithyrambiques ! Merci donc pour cet avis similaire au mien…

    Le livre comporte, à mon avis, de bons points, mais que j’ai eu du mal à le terminer !

    Bonne journée. Biz, nanet

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *