A la conquête du Marquis – Vanessa Kelly


Quatrième de couverture :

Fuyant un oncle qui cherche à s’accaparer sa dot, Meredith trouve refuge chez les grands-parents de sa demi-soeur Annabel. L’arrivée de cette ravissante jeune femme dans la maison bouleverse leurs plans. En effet, l’indomptabe marquis de Silverton, promis à Annabel, tombe sous le charme de Meredith. Il ne reculera devant rien pour la séduire.

Mon avis :

Avec ce roman, c’est un champ de découvertes qui s’offrent à moi : découverte de la collection Milady Romance, dont beaucoup de lecteurs (et lectrices principalement) parlent beaucoup actuellement. Mais aussi ma première fois avec une romance historique. Très classique, trop pour certaines, mais qui tient ses promesses et qui fonctionne bien.

Nous sommes au début du XIXe siècle, au sud de l’Angleterre. Meredith et Annabel sont deux jeunes femmes, demi-soeurs, très attachées l’une à l’autre. Orphelines de père et de mère, elles vivent en autonomie dans leur domaine de Swallow Hill, à la campagne, avec leurs domestiques. Une sorte de dolce vita qui leur convient tout à fait. Jusqu’au jour où leur oncle Isaac Burnleyn tuteur d’Annabel encore mineure, débarque et entend tout gérer et mettre la jeune soeur en asile.
Situation tout à fait inacceptable pour Meredith, celle-ci décide d’en informer la riche famille Stanton, dont fait partie Annabel. Les Stanton vont chaperonner et protéger les demoiselles. Là-bas, Meredith et son fort caractère ne vont pas passer inaperçus. Surtout pour le marquis de Silverton, un bel homme très convoité dans la haute société anglaise. Malheureusement, Meredith ne fait pas partie de cette bonne société et l’on n’aura de cesse de lui faire savoir.

L’histoire se résume à cela, ni plus ni moins. Une romance historique très classique, qui n’a vraiment rien d’original, mais qui fonctionne. Car je ne peux pas le nier, j’ai dévoré ce livre avec grand intérêt. Un moment de détente, avec un personnage masculin qui m’a fait fondre.
Le personnage féminin principal, Meredith, est tout à fait charmante et agaçante parfois. En effet, on ne peut qu’être énervée quand elle ignore et prend le marquis de haut alors même qu’elle en est folle amoureuse. Cependant, j’ai beaucoup aimé ses ressentis sur la haute société que les Stanton et les Silverton côtoient. Un regard froid et distant, face à des individus imbus d’eux-mêmes qui ne sont pas prêts d’accepter une campagnarde en leur sein. Son caractère et sa mise en retrait presque innée est bien caractéristique de son époque malgré le fait qu’elle ait un aplomb singulier.

Un dernier mot sur la romance elle-même, entre le marquis et Meredith. Un « je t’aime moi non plus », entre-coupé de scènes intimes plutôt charmantes et pas du tout indécentes. J’ai trouvé ces parties du roman très bien faites.

En conclusion, cette première fois a été concluante. Alors, effectivement, ce n’est pas un roman coup de poing, coup de coeur ou exceptionnel. Mais, indéniablement, j’ai passé un excellent moment et il me tarde de lire d’autres livres de la sous-collection Milady Pemberley.

Cadre de lecture : Merci à Aurelia des éditions Bragelonne/Milady de m’avoir proposé de découvrir la collection Milady Romance, qui est déjà très en vogue parmi les lecteurs. J’y retournerai avec plaisir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *