Lontano – Jean-Christophe Grangé


GRANGE, Jean-Christophe. Lontano. Albin Michel, 2015, 776 pages, 24,90 €.


L’histoire :

Éminence grise du pouvoir, Grégoire Morvan a connu ses heures de gloire en Afrique dans les années 80, en arrêtant au Zaïre « l’Homme clou », tueur en série au rituel atroce, inspiré des plus violents fétiches africains.
Quarante ans plus tard, en France, les cadavres mutilés, criblés de ferraille et de tessons s’accumulent : la marque de « l’Homme clou », totem de la folie meurtrière née au plus profond de l’Afrique. Le passé trouble de son père – fantôme menaçant de sales affaires enterrées – rattrape alors Erwan Morvan, le meilleur flic de la crim’.
Saga familiale, roman psychologique et roman noir, Lontano est une plongée verticale dans les ténèbres de l’âme, roman paroxystique et vertigineux, dérangeant comme ces rites primitifs qui nous fascinent et nous effarent.

Ce que j’en ai pensé :

3 ans que je l’attends ce bouquin ! 3 ans ! Je me suis donc lancée dedans avec une impatience non feinte et aussi un poil d’appréhension je dois dire. Car depuis ma découverte de Jean-Christophe Grangé, il y a plusieurs années, j’ai lu et découvert d’autres auteurs français de thrillers ; et de très bons d’ailleurs.
Concernant « Lontano« , j’ai essayé de ne rien lire et rien écouter à son propos. Je suis donc entrée vierge dans ce livre !

Première impression : grosse brique ! Deuxième impression : pas aussi gore que les derniers livres de l’auteur, ni aussi pesant niveau ambiance.
Ici, c’est plutôt une saga familiale qui va servir de prétexte au thriller. Une nouveauté que j’ai plutôt apprécié. Cinq personnages, cinq personnalités torturées, secrètes et destructrices : le clan Morvan.
Grégoire, le père, tout d’abord. Ancien flic, une barbouze de l’ancien temps : tout est permis pour la République, quels que soient les moyens. Autoritaire, charismatique, il bat sa femme et mène ses enfants d’une main de fer, bien qu’ils soient maintenant adultes.
Un personnage noir, dur, dont j’ai aimé la construction psychologique.
Maggie, la mère. Personnage effacé ? Au fond on sait bien que non, que le couple cache un lourd secret qu’il a ramené de son passé au Zaïre, l’ex-Congo. Impossible de cerner cette femme et ce jusqu’à la fin du roman. Mais comme il s’agit d’un diptyque, il est évident que les réponses viendront avec le prochain livre.
Gaëlle, la plus jeune, vingt-neuf ans et un avenir qui semble fait de prostitution pour des rôles de cinéma qu’elle n’obtiendra jamais. Très sombre personnalité, la plus révélatrice de l’enfance qu’ils ont connu avec ce père violent et cette mère soumise.
Loïc, l’enfant du milieu : financier, il est aussi cocaïnomane, père de famille et séparé d’une riche italienne, Sofia. Le personnage que j’ai le moins pris plaisir à suivre. Je ne l’ai pas trouvé franchement intéressant pour l’histoire.
Erwann, le fils aîné : flic tout comme son père, c’est LE personnage de l’histoire, celui qui va poursuivre la trace d’un tueur en série aux moeurs des plus terrifiantes. Un homme taciturne, sans aucune confiance en lui dans son rapport aux autres, et notamment aux femmes. J’ai adoré le suivre, me laisser porter au gré de ses découvertes, de ses peurs, de ses coups de sang aussi.

Ajoutez à tout ces personnages un tueur en série qui a la particularité malsaine d’imiter les pratiques d’un homme qui a sévi au Congo dans les années 70, arrêté par Morvan père et mort trois ans plus tôt. Plusieurs victimes, mortes selon un rituel primitif qui rappelle les poupées vaudou, sauf qu’ici il s’agit de se protéger des esprits en plantant des clous et autres tessons de verre dans le corps d’individus bien vivants.
Le gros bémol, c’est que j’ai très vite deviné qui était ce tueur… Et cela m’arrive très rarement, ce qui me pousse à croire que Grangé a laissé des indices assez parlants. Ou alors je suis devenue très douée ! 😀

Au niveau géographique, Jean-Christophe Grangé nous entraîne en Bretagne et en Afrique, bien que nous explorerons ce continent seulement dans le second tome. Et croyez-moi, j’ai vraiment envie de me plonger dans celui-ci lorsqu’il paraîtra car je me demande s’il ne me plaira pas plus que « Lontano« . Disons que l’on aura enfin les réponses à toutes les questions fondamentales sur la famille Morvan, et notamment cette mystérieuse Maggie que je soupçonne d’être moins naïve qu’elle n’y paraît.

En bref, je suis ravie d’avoir retrouvé Grangé et sa plume. Il n’est peut-être plus mon auteur de thriller favori, mais reste un auteur que je suivrais coûte que coûte, à chacune de ses parutions.
Allez, on ne va pas se mentir, j’ai vraiment pris mon pied à savourer cette lecture, voilà, c’est dit !

Vous aimerez si…

  • Jean-Christophe Grangé vous a manqué après 3 ans d’attente.
  • Les sagas familiales et leur traitement sur fond de thriller vous intriguent.

4 réflexions au sujet de « Lontano – Jean-Christophe Grangé »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *