Malefico – Donato Carrisi


CARRISI, Donato. Malefico. Calmann-Lévy, 2015, 448 pages, 21,90 €.


L’histoire :

Marcus est un pénitencier.
Un prêtre capable de déceler le mal enfoui en nous.
Sandra est enquêtrice photo pour la police.
Elle photographie les scènes de crime, et ferme parfois les yeux.
Face à la psychose qui s’empare de Rome ils vont unir leur talents pour traquer un monstre.
Ses victimes : des couples.
Une balle dans la nuque pour lui.
Une longue séance de torture pour elle.
Quel est l’être maléfique qui ne tue que des jeunes amoureux ?

Ce que j’en ai pensé :

Entre Donato Carrisi et moi, c’est une histoire d’amour puisque j’ai adoré les 3 livres que j’ai lu de lui précédemment, à savoir « Le Chuchoteur« , « L’écorchée » et « Le tribunal des âmes« . C’est donc avec un plaisir immense que j’ai commencé « Malefico« , qui reprend les personnages du « Tribunal des âmes« .
Et on ne déroge pas à la règle puisque là encore j’ai adoré ma lecture !

Marcus, le pénitencier (police religieuse très discrète) et Sandra la flic photographe, se retrouvent sur une enquête terrifiante où un tueur en série s’en prend à des couples d’amoureux, en exécutant l’homme rapidement et en torturant la femme. Enfin, se retrouvent, pas vraiment en réalité car ils vont être amenés à enquêter parallèlement, sans jamais vraiment travailler côte à côte. Mais ces deux-là se connaissent, se tournent autour depuis que Marcus a aidé Sandra à enquêter sur la mort de son mari.

La force de Carrisi, c’est d’être sans concession avec ses personnages. Peut-être resteront-ils en vie, mais peut-être pas ! Et puis cette facilité à nous faire réfléchir, à la fin du livre, à des sujets religieux est  géniale. Notamment la question très pertinente du bien et du mal, de Dieu et du diable, des chrétiens et des satanistes. Je me suis dit « Mais c’est pas con ce qu’il nous dit là ! ».
Sa seconde force tient résolument dans ses personnages. Mine de rien, sans en faire trop, il arrive leur donner une profondeur étonnante, d’autant qu’ils sont nombreux et très différents les uns des autres. Une gymnastique superbe pour la lectrice de thrillers que je suis.

L’intérêt de cette histoire, entre « Le tribunal des âmes » et « Malefico« , c’est de s’intéresser à un élément inédit de l’histoire chrétienne : ces pénitenciers, sortes de justiciers flics religieux, existent réellement et l’auteur explique d’ailleurs que lorsqu’un ami lui en a parlé, c’était comme s’il découvrait le Graal ! La possibilité d’aborder un sujet réel et parfait pour un polar ésotérique de façon tout à fait inédite !

En bref, encore une fois pas déçue avec Donato Carrisi. On lit peu d’auteurs italiens, mais quand ils passent la barrière de leur pays, c’est qu’ils sont excellents.

Vous aimerez si…  

  • Vous avez aimé les précédents romans de l’auteur : « Le Chuchoteur », « L’écorchée » et « Le tribunal des âmes ».
  • Vous aimez les thrillers qui se déroulent en Italie.
  • Les thrillers qui parlent de religion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *