Mauvais genre – Chloé Cruchaudet, Fabrice Virgili & Danièle Voldman


CRUCHAUDET C., VIRGILI F. & VOLDMAN D. Mauvais genre. Delcourt, 2013, 159 pages, 18,95 €.
Traduit par Fanny Soubiran.


L’histoire :

Un soldat déserteur pendant la Première Guerre Mondiale. Mais déserteur = mort. Jusqu’à ce que le gouvernement français se décide à les gracier, il devra vivre cloîtrer. Ou bien trouver un moyen de sortir incognito.

Les illustrations :


Etonnante histoire, étonnants dessins. J’ai trouvé la charte graphique de cette bande dessinée très pertinente. Des traits acérés, francs, avec pour seule touche de couleur un camaïeu de rouge/ocre.
J’aime ce choix de colorisation, qui amène une dimension dramatique très particulière à l’histoire. Le rouge sang de la guerre et des blessures, le rouge de la passion amoureuse et sexuelle.

Pour quel public ?

Attention, bande dessinée pour adulte uniquement !

Ce que j’en ai pensé :

Voilà une histoire vraie étonnamment adaptée en roman graphique par Chloé Cruchaudet.
Paul et Louise se rencontrent, se plaisent et se marient. Puis la Grande Guerre arrive. Avec son lot de cruautés, de blessures atroces, de peur et de mort. Paul est sur le front. Il voit mourir ses frères d’armes et ne le supporte plus. Il déserte l’armée, rentre à Paris et se terre dans une chambre morbide avec sa femme.
Pour sortir, il doit se travestir. Il devient Suzanne. Un personnage qu’il investit d’abord par nécessité puis par réel plaisir. Un personnage qui va lui permettre des folies sexuelles, des libertés à une époque où cela n’était pas décent, tout simplement pas permis.

Une histoire dramatique qui, en l’espace de quelques pages, développe des thèmes cruciaux, fondamentaux, tels que l’identité sexuelle, la violence conjugale et bien évidemment les ravages psychologiques que la Première Guerre Mondiale a laissé chez les Poilus. Paul est un condensé de colère et de douceur.
Au bout de dix ans, lorsque la nécessité de se travestir n’est plus de mise, la séparation entre ce personnage féminin et sa réalité masculine, si fade pour lui, va le détruire. Une schizophrénie terrible.

En bref ?

Difficile de dire qu’on a adoré une histoire si terrible ; surtout lorsqu’il s’agit d’une histoire vraie. Néanmoins, je peux vous assurer que vous ne ressortirez pas indemne de l’histoire de Paul et Louise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *