Close-up, t.1 – Jane Devreaux


DEVREAUX, Jane. Close-up, t.1. Hugo et Cie, coll. Hugo New Romance, 2017, 14,50 €.



L’histoire :

Elle, c’est Sandre River. Ses yeux noirs trop maquillés en ont déjà fait trembler plus d’un. Elle est solitaire, mystérieuse, et tous craignent ses réparties.
Lui, c’est Joshua Anderson, le rugbyman le plus populaire du lycée. Celui qui sort avec la sublime et trop prude Marcy Shepard, et dont la vie paraît tellement droite, que cela ne peut que cacher des secrets.
Jamais, Sandre ne reconnaîtra qu’il lui plait. Jamais, Josh n’avouera que ses hormones le travaillent et qu’il n’en peut plus d’attendre. Une seule provocation de Sandre va suffire à bouleverser leur vie : « Tu sais quoi, mon vieux, t’as les couilles en ébullition et tu n’arrives plus à penser avec ta tête. »

Ce que j’en ai pensé :

Adeptes des romances new-adult américaines, attention ! Une nouvelle auteur débarque chez Hugo et Cie et elle est française ! Jane Devreaux m’a bluffée avec cette romance érotique façon campus américain et adolescents aux hormones en ébullition.
Commencé hier soir, fini cet après-midi. Impossible de lâcher les personnages et leur histoire. Jane Devreaux m’a littéralement transporté dans cet univers, avec Sandre et Josh, deux lycéens aux fêlures cachés.

Nous suivons Sandre et Josh. Sandre, la rebelle du lycée que tout le monde craint. Elle dit haut et fort ce qu’elle pense, et joue à la perfection son personnage d’asociale. Josh est une des vedettes du lycée, joueur de rugby et amouraché d’une jeune demoiselle très attachée aux convenances religieuses.
J’ai adoré ces deux ado, et particulièrement le caractère très complexe de Sandre, avec une histoire familiale qu’elle cache du mieux qu’elle peut afin de se protéger. Incapable de se situer dans la société, elle se cache derrière un maquillage outrancier et des vêtements informes.
Josh quant à lui se révèle tout au long du récit. La crainte se transforme vite en fascination, presque une drogue.

La narration alterne le point de vue de l’un et l’autre. Un point fort : c’est précisément un des éléments que j’apprécie dans les romances. Certes, rien de nouveau, mais c’est plutôt très bien fait.

L’Amérique puritaine est un des points centraux du roman, avec la pression religieuse et parentale que certains adolescents subissent. Le paraître est une notion que Jane Devreaux exploite très bien, avec le couple parfait de Josh et Marcy ; et l’image noire et irascible que véhicule Sandra.
L’improbable rapprochement du garçon brillant et de la fille sombre est complètement réussit.
⇒ Rien a redire sur l’écriture de l’auteur ; les scènes érotiques ont une belle place, la romance également, de même que les intrigues sur l’histoire des deux personnages.

Habituellement dans les romances que je lis, j’estime qu’un tome suffit largement. Or là, je sais que je veux lire la suite qui sortira vraisemblablement le 9 mars 2017. Et l’attente va être longue !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *