Stiletto blues à Hollywood – Lauren Weisberger

Stiletto-BluesL’histoire :

Julian et Brooke Alter filent le parfait amour depuis plusieurs années. Elle est diététicienne, il est musicien fauché en quête de reconnaissance. Jusqu’au jour où Julian décroche le jackpot : il signe chez Sony et son premier album est un succès phénoménal. Que restera-t-il de leur couple ?

Éléments de réflexion :

Dans ce roman, Lauren Weisberger met en scène un couple lambda dont le quotidien se retrouve bouleversé par la célébrité et la médiatisation du mari, qui devient un idole pour la gente féminine. Le sujet est donc l’amour peut-il suivre à l’exposition médiatique, à l’argent, à l’alcool, aux fêtes et aux belles minettes qui voudront se frotter à votre amoureux.

Les points positifs :

– Le personnage de Brooke est sympathique, je m’y suis plutôt attachée. A la fois forte et désemparée face à cette nouvelle situation qui s’impose à elle. Un sentiment de culpabilité aussi, puisque, ayant toujours soutenu son mari, elle ne peut pas imaginer aujourd’hui lui reprocher de savourer son succès.
– L’écriture de Lauren Weisberger est plutôt intéressante pour un roman chick-lit. Ca se lit bien, ce n’est pas trop nunuche.

Les points négatifs :

Pour le genre d’histoire que c’est, le livre est vraiment trop long. Si bien qu’on a vite l’impression de toujours lire la même chose, ce que j’ai trouvé très désagréable. Autant j’avais apprécié « Le diable s’habille en Prada« , autant là, je ne suis pas convaincue.

En bref :

Avis très mitigé, avec 200 pages en moins, j’aurais certainement plus accroché avec ce livre. Mais vouloir gratter du papier en n’apportant pas grand chose de nouveau au fil des pages, c’est rédhibitoire.

Coups bas et talons hauts – Tonie Behar

couv52423065L’histoire :

Dahlia Arditi est attachée de presse dans une agence parisienne réputée. On la suit dans son travail, ses relations familiales et professionnelles, ainsi que ses amours et flirts.

Éléments de réflexion :

Le roman met en scène le quotidien de femmes avant tout intéressée par l’argent et la réussite.

Les points positifs ?

– Une histoire courte qui se lit très facilement et qui a le mérite de détendre les lecteurs (lectrices plutôt, car j’imagine mal un homme trouver son bonheur dans ce livre).
– Une lecture qui passe très bien quand on a envie de légèreté et de lecture rapide.

Les points négatifs ?

– Un récit plat, sans grande envergure.
– Des relations entre les personnages qui vont beaucoup trop vite ! Je cible notamment l’histoire entre Dahlia et Adam. On ne peut pas s’attacher à eux tellement tout cela est expéditif.
– Le personnage de Dahlia qui saute d’un homme à un autre, qui « allume sans jamais éteindre ». Oui mais bof !

En bref ?

Pas exceptionnel, on ne retiendra certainement pas l’histoire mais bon, sur le moment, ce n’est assurément pas déplaisant.

10 bonnes raisons d’être célibataire – Lindsey Kelk


Quatrième de couverture :

Un de perdu, dix de retrouvés !
Depuis que Simon m’a larguée, rien ne va plus. Moi, Rachel Summers, je suis de nouveau célibataire – ce qui ne m’était pas arrivé depuis belle lurette. La déprime, quoi. Heureusement, après une bonne cuite, Emelie et Matthew, mes deux meilleurs amis, ont concocté pour moi une liste sur-mesure : celle qui me fera découvrir les joies du célibat.
Sur les murs de mon appartement, j’ai écrit : « Simon est un connard ». C’est un bon début. Il me reste quinze jours pour changer de look, partir à l’étranger, me faire tatouer, enfreindre la loi et dégoter l’homme de ma vie. Alors, pari tenu ?

Mon avis :

Après Milady Pemberley et Milady Central Park, me voici partie à la découverte de Milady Grande Romance. Un roman Milady version grand format, qui, s’il était sorti en poche se classerait dans « Central Park ». Premier titre de cette sous-collection, il annonce la couleur avec sa couverture pétillante : humour et amitié.

Lire la suite

Smoking & Layette – Jane Graves


Quatrième de couverture :

Bernie Hogan est un vrai garçon manqué. Garde du corps pour le compte de Jeremy Bridges, un millionnaire aux innombrables conquêtes, elle sait ce qu’elle veut, et surtout ce qu’elle ne veut pas. Jusqu’à cet épisode torride avec Jeremy, dont elle sort furieuse, bouleversée… et enceinte.

La jeune femme décide très vite qu’elle ne laissera pas passer cette chance d’être mère, mais elle n’est pas au bout de ses surprises. En effet, Jeremy semble décidé à assumer sa paternité. Cet homme, en apparence si superficiel, est-il capable de devenir le père dont Bernie rêve pour ses enfants ?

Mon avis :

Je continue ma découverte de la désormais célèbre collection Milady Romance ; cette fois avec un roman de la sous-collection Central Park. Voilà comment les éditions la définissent : « l’héritière des comédies sentimentales contemporaines telles que le cinéma nous en propose depuis des années ». Et effectivement, c’est tout à fait ce que j’ai ressenti à la lecture de ce livre : j’ai eu l’impression de visionner une comédie romantique à l’anglaise.

Lire la suite

La madone des enterrements – Sophie Kinsella


Quatrième de couverture :

La quarantaine resplendissante, Fleur Daxeny s’est fait une spécialité de séduire de riches veufs. Sa technique ? Repérage des victimes dans la rubrique nécrologique du Times et première approche le jour même de l’enterrement de l’épouse… Le charme et l’aplomb extraordinaire de la jeune femme font alors le reste… Ainsi, lorsque Fleur jette son dévolu sur l’austère Richard Favour, elle ne doute pas d’arriver très vite à ses fins. Mais elle a pourtant un rival de poids dans la course aux millions, car, si Richard Favour a perdu sa femme, il n’a pas perdu son encombrante famille… Au sein de cette respectable bourgeoisie, les arnaqueurs – à l’argent comme aux sentiments – ne sont pas forcément ceux qu’on croit…

Mon avis :

Après plusieurs essais concluant avec Sophie Kinsella (la saga de l’Accro du shopping complète ; 6 tomes ; et 2 autres romans), je continue ma découverte de l’auteur. Et pour une fois, je me lance dans un de ses premiers livres, écrit sous son vrai nom, Madeleine Wickham ; avant qu’elle choisisse le pseudonyme qu’on lui connaît.

Lire la suite