L’intelligence artificielle – M. Montaigne & J.-N. Lafargue


MONTAIGNE, Marion ; LAFARGUE, Jean-Noël. L’intelligence artificielle. Le Lombard, coll. La petite bédéthèque des savoirs, 2016, 71 pages, 10 €.


L’histoire :

Jamais une science n’aura fait autant débat : alors que les « transhumanistes » comptent sur l’intelligence artificielle pour sauver l’espèce voire abolir la mort, Bill Gates ou Stephen Hawking affirment que l’avènement d’une entité informatique intelligente signera la perte de l’humanité ! Cette bande dessinée se penche à la fois sur l’histoire, la réalité et le fantasme de l’intelligence artificielle.

Ce que j’en ai pensé :

Je suis tombée sur cette bande dessinée tout à fait par hasard dans ma librairie habituelle, et grâce à ce bel hasard, j’ai découvert une toute nouvelle collection des éditions Le Lombard : La petite bédéthèque des savoirs. Et là, accrochez-vous car sous ses petits airs, c’est pour moi une vraie avancée que cette collection : raconter des sujets divers en BD. A la manière des vitraux des églises qui étaient destinées à parler au peuple.

Pour une première, j’ai donc testé « L’intelligence artificielle » tout simplement car la dessinatrice n’est autre que Marion Montaigne (l’auteur de la merveilleuse série « Tu mourras moins bête« ). Et là, j’adhère à 200% ! 
Je pensais que ça se lirait très vite mais finalement pas tellement car c’est un traitement assez complet sur le sujet complexe de l’intelligence artificielle. On commence dès les premières réflexions qui ont émergé dans l’Histoire, les personnages importants, on parle de singularité, de robotique… Bref, des sujets qui m’étaient inconnus et j’ai donc pas mal appris en lisant ce court ouvrage.

779456e7-2ea4-45de-b87e-9f39e6d8afbe

Le public visé est résolument adulte. Les dessins me sont très familiers et comme d’habitude j’aime beaucoup. Ca correspond parfaitement à l’humour de Marion Montaigne. Un humour qui permet d’amener le sujet de façon très légère.

En bref, c’est une franche réussite, et je lirais beaucoup d’autres des BD de cette collection, avec des sujets tout aussi variés que L’Univers, Le heavy metal, les requins, le droits d’auteur, le tatouage ou encore l’histoire de la prostitution !
A découvrir d’urgence !!!!

Tu mourras moins bête, t.4 : Professeur Moustache étale sa science ! – Marion Montaigne


MONTAIGNE, Marion. Tu mourras moins bête, t.4 : Professeur Moustache étale sa science ! Delcourt, 2015, 250 pages, 19,99 €.


L’histoire :

Des sujets aussi variés que l’espace, la pâtée pour chien ou la vitesse de chute de Gandalf ! Mais aussi, des notes made in prof Moustache sur les absurdités cinématographiques ou bibliques. À quoi ressemblerait Interstellar si c’était un film réaliste ? Peut-on survivre comme Jonas, dans un estomac géant ? Pourquoi Dark Vador est-il si méchant ?! Réponses dans ce tome 4 explosif !

Ce que j’en ai pensé :

Je ne manque aucun rendez-vous avec cette merveilleuse série de bande dessinée, Tu mourras moins bête. Me voilà donc en librairie pour acheter ce tome 4, et me voilà quelques mois après à trépigner devant ma bibliothèque parce que « Oui c’est bon j’ai assez patienter, j’en peux plus, je VEUX le lire maintenant tout de suite ! ».
En gros, c’est ça.
Avec Marion Montaigne, tu veux te jeter sur ses BD mais après tu es frustré de ne plus en avoir à lire.

Avec ce tome 4, pas de lassitude, pas de déjà-vu. De nouveaux sujets, toujours plus d’humour, de science, de cinéma, de crade, de trash, de ridicule. Toujours plus de rire et de satisfaction de lire une BD utile et divertissante.

Quand tu refermes le bouquin tu pries juste pour quelle n’arrête jamais cette série. Jamais, jamais, jamais parce c’est trop bon !

Parmi mes sujets préférés ici :
-La physique Gandalfique
– Peut-on greffer une tête sur un autre corps ?
– La science de l’urinoir
Interstellar, avant décollage
– La drogue dans les films
– La science des pets
– Pâtée pour chien VS pâté
– Comment s’accouplaient les dinosaures

QUE DU BON ! Si vous ne connaissez pas encore (ah bon ??) il FAUT lire le tome 1 et vous deviendrez addict à coup sûr !
Et puis, ce n’est pas une BD de 60 pages : ici c’est 250 pages de bonheur <3

Les hérésies scientifiques du professeur Durand – Stéphane Durand


DURAND, Stéphane. Les hérésies scientifiques du professeur Durand. Flammarion, 2015, 143 pages, 15 €.


L’histoire :

Quelles idées véritablement hérétiques pourraient conduire Galilée au bûcher aujourd’hui ? Pour le savoir, le professeur Durand a mené l’enquête et nous livre 32 prédictions renversantes, du voyage dans le temps à la mémoire augmentée, toutes possibles scientifiquement !
Une plongée au coeur des bouleversements que nous réserve la science…

Ce que j’en ai pensé :

Adepte des livres de vulgarisation scientifique, j’étais tombée sur celui-ci complètement par hasard en librairie. Son format ainsi que sa couverture m’ont tout de suite attirés et je n’ai donc pas tardé à me plonger dedans (enfin, 6 mois ont passé entre l’achat et la lecture, mais chut !)

C’est bien simple, une fois lancée dedans, impossible de m’arrêter ; si bien qu’il m’a fallu seulement une petite journée pour le lire. C’est dire l’intérêt et la facilité d’accès aux thèses développées par Stéphane Durand.
Déjà par le titre, l’auteur docteur en physique théorique, plante le décor : « hérésies scientifiques ». Ce qui nous paraît complètement dingue aujourd’hui mais qui seront peut-être la norme demain.
Pour rendre son livre plus attractif, il est accompagné de Lison Bernet, une illustratrice que je ne connaissais pas, et qui est notamment l’auteur de « La BD du LHC » en direct du CERN à Genève. Ou comment expliquer ou rire de la science.

Ce qui rend ce livre si intéressant, ce sont les nombreuses « hérésies » développées (32 exactement), chacune en seulement quelques paragraphes.
Chaque chapitre est composé de deux doubles-pages seulement : titre + sous-titre + texte + dessin sur la première ; et texte + encart « Pour aller plus loin… » sur la deuxième.
C’est donc très court, si bien qu’il est impossible de perdre le lecteur.
Le tout est évidemment très bien écrit, parfaitement vulgarisé, plein d’humour et terriblement intelligent.

Autant vous dire que j’ai eu un véritable coup de coeur pour ce recueil que j’ai trouvé très complet et parfaitement adapté à ce que j’attends d’un livre de ce genre.
Pour vous donner l’eau à la bouche, voici quelques thèmes abordés :
– Notre société pourrait s’effondrer du jour au lendemain.
– Les ordinateurs du futur seront prodigieux.
– Vous pourriez avoir un cerveau de rechange.
– Les sauts dans le futur seront possibles.
– La super-intelligence sera le plus grand risque de l’humanité.
– Nous vivons peut-être dans une simulation.
Et bien d’autres à découvrir !

Vous aimerez si…  

  • Vous cherchez des ouvrages de vulgarisation scientifiques
  • La science expliquée avec humour est votre came !

Le coup de la girafe – Léo Grasset


GRASSET, Léo. Le coup de la girafe. Editions Seuil, 2015, 137 pages, 15 €.


Le livre :

L’évolution des espèces vous intéresse ? Le comportement animal ? Vous aimez l’humour caustique, vous aimez qu’un sujet soit traité de façon décalée ? Alors ce livre est définitivement fait pour vous !

Ce que j’en ai pensé, en vidéo :

Big Bang, naissance d’un conte – Bernard Lucquiaud

BIG_BANG_Naissan_524295563be98L’histoire :

Bernard Lucquiaud a eu une idée plutôt géniale : nous prouver que l’histoire de l’Univers et par là même, l’histoire de notre planète et des êtres humains pourrait facilement être assimilée à un conte car elle en comporte tous les éléments fondamentaux.
Ainsi, avec imagination, mais également en nous livrant quelques brides de son histoire personnelle, l’auteur nous emmène avec lui dans son univers fabuleux où l’on rencontrera le Prince Électron, la princesse Hach Deuzo (H2O) ou encore la fée Bella Vita.

Les points positifs ?

– Dès la lecture du résumé, j’ai adoré le concept de nous évoquer le thème complexe de l’Univers grâce aux ficelles des contes pour enfants. Une idée excellente, qui me ravit, moi qui suis adepte des ouvrages traitant de l’Univers. Le concept est original et non dépourvu de réelles informations. Tout en gardant bien sûr à l’esprit que l’auteur n’est pas un spécialiste : au contraire, il voit et vit cette magnifique histoire à la manière du commun des mortels et on se sent proche de ce qu’il ressent.
– L’écriture de Bernard Lucquiaud, qui est très belle, très fluide, avec un vocabulaire appréciable.

Les points négatifs ?

La couverture, qui malheureusement n’attirera pas le lecteur passionné par la question de l’Univers et des contes. Je la trouve un peu fade et c’est bien dommage !

En bref ?

Un roman autobiographique mêlé à un conte universel. L’idée est très bonne et s’est révélée bien mise en scène !