Le silence des poupées – Anna Sam


SAM, Anna. Le silence des poupées. Acrodacrolivres, 2017, 406 pages, 19,90 €.



L’histoire :

Vous pensez avoir déjà touché le fond ? Vous pouvez tomber plus bas. Beaucoup plus bas. Richard avait tout pour réussir, une vie dorée, un avenir prometteur, mais tout a explosé en plein vol. La ruine et la déchéance sont devenues ses ultimes compagnes. Criblé de dettes, il n’est plus rien. Alors quand on lui propose une solution, certes radicale, peut-il encore la refuser ? Jeoffroi, taxidermiste fortuné, tend cette main secourable à Richard.
Trop beau pour être vrai ? Il paraît qu’on ne tente pas impunément le diable.

Ce que j’en ai pensé :

Une livre édité par une petite maison d’édition belge, reçu en mars 2017, que j’ai mis deux à me décider à lire. Peut-être sentais-je que mon avis allait être mitigé ?

⇒ Le contexte – l’ambiance

Voilà un policier au thème vraiment aguicheur : la taxidermie. Une ambiance vraiment glauque, vu le sujet. Un des point fort est donc l’originalité du thème mais aussi la documentation certaine de l’auteure sur le sujet. J’ai noté une ambiance à la Hitchcock : un manoir isolé, un châtelain seul et fortuné dont on ne connaît pas l’origine de la fortune. Tout est très cinématographique, on imagine bien le noir et blanc et le muet ici.
Malheureusement, que de redondance ! L’auteure reste ancrée dans ses descriptions de l’apprentissage de Richard de cet étrange métier qui va l’amener aux confins de l’horrible.

⇒ Les personnages

Deux personnages principaux dans ce roman : Jeoffroi, le châtelain un peu barré ; Richard l’apprenti qui a signé un contrat avec le diable, sans le savoir.

J’ai trouvé la psychologie des personnages trop peu mise en avant. Ce qui est dommage car il y a un fort potentiel de ce côté. D’autant que le personnage de Richard qui avait tout et a tout perdu, n’a absolument plus rien à perdre, d’où le développement d’une folie qui lui donne des airs de Lucifer.
De même pour Jeoffroi, je suis restée sur ma faim. De ce fait, aucun « attachement » pour ces hommes dérangés. Mon oeil de lectrice n’a pas été happé.

Un autre personnage est présent : le chasseur. Celui qui, malgré lui, ramène les proies au château. On comprend sa réelle implication dans l’histoire à la toute fin, mais selon moi rien de transcendant.

⇒ En bref ?

C’est assez rare pour que je dise qu’un livre n’est pas abouti, mais c’est exactement ce que j’ai ressenti avec Le silence des poupées. Il manque de la passion, des rebondissements, des frissons… Bref, il manque finalement beaucoup de choses.
Malgré tout, il est vrai que le sujet est intéressant et plutôt maîtrisé quant à lui.

Je conseille si vous aimez…

– les sujets originaux
– en savoir plus sur la taxidermie.


Follow me, t.2 : Nouvelle chance – Fleur Hana


HANA, Fleur. Follow me, t.2 : Nouvelle chance. Hugo et Cie, 2017, 351 pages, 17 €.



L’histoire :

Au moment où Margaux revient dans le Sud et devient la nouvelle voisine d’Anthony, elle a dans ses bagages un cœur brisé et une amitié qu’elle a elle-même piétinée.
Elle a besoin d’une épaule, il lui propose son soutien. Elle lui propose son amitié, il a besoin de plus.
En chamboulant leurs repères, leur rencontre pourrait tout changer… et leur offrir une nouvelle chance.

Ce que j’en ai pensé :

Ravie d’avoir retrouvée l’écriture de Fleur Hana dans cette nouvelle romance qui est la suite de « Seconde chance », dont j’avais adoré l’humour et le fort caractère du personnage féminin.
L’écriture et le style sont toujours très bons, c’est travaillé, et beaucoup moins redondant dans ce tome 2 que l’impression que j’avais eu sur le tome 1.

⇒ Le contexte – l’ambiance

Ici, on retrouve Ange et Lise nos personnages du tome 1 en second plan, car Anthony fait parti de leur groupe d’amis. Margaux est l’élément extérieur, qui vient retrouver ses pères (couple homosexuel) dans le Sud pour déconnecter de sa vie parisienne.

Le point fort de cette romance, c’est incontestablement encore une fois l’originalité des sujets abordés. Nous avons évidemment la romance, qui suit les codes du genre. Mais à côté de ce thème léger, Fleur Hana aborde la maladie, la mort et l’homosexualité. Mais aussi, l’homoparentalité dans la société. Autant de sujets que je n’avais encore pas rencontré dans ce type de littérature. Bon point !

⇒ Les personnages

Anthony et Margaux. Deux personnages très attachants. Un homme pas du tout macho, qui n’enchaîne pas les conquêtes ; et qui se retrouve complètement décontenancé par cette jeune femme façon pin-up d’un autre temps.
C’est un duo très simple, beaucoup moins d’étincelles que celui du tome 1 puisque les caractères sont plus posés, moins extravagants. Margaux a vécu une grosse déception amoureuse et se retrouve seule, repoussée par son cercle d’amis. Anthony vit dans une perpétuelle angoisse d’abandon.

Ils se plaisent mais, tour à tour, ont peur de se faire confiance. Leur relation devra se gagner à coups de séduction.

⇒ En bref ?

Une romance qui plaira aux adeptes du genre. Une auteure française alors un peu de Cocorico ne fait pas de mal, d’autant qu’elle n’a rien à envier à ses homologues anglo-saxonnes.

Et surtout, vivement le tome  3 ! Et oui, car on y retrouvera Sofiane, un autre ami qui me plaît déjà avec son franc parler et son rentre-dedans très drôle.

Je conseille si vous aimez…

– les histoires d’amour,
– la mode 50’s, les pin-up !


 

La part des flammes – Gaëlle Nohant


NOHANT, Gaëlle. La part des flammes. Le Livre de Poche, 2016, 545 pages, 8,60 €.



L’histoire :

En mai 1897, à Paris, se déroule un des évènements mondains où auquel toute femme de la bourgeoisie veut participer : le Bazar de la Charité.
Mais cette année sera endeuillée par un incendie qui dévastera tout et bouleversera la vie de nombreuses femmes.

Ce que j’en ai pensé :

Voilà longtemps que je voulais lire ce roman historique qui avait notamment fait mouche auprès du célèbre libraire de La Griffe Noire, Gérard Collard. D’autant que cela faisait un certain temps que je ne m’étais pas laissée embarquée dans un roman historique.
Et quelle claque ! Une lecture magnifique, une écriture parfaitement maîtrisée et un sujet qui a permis à l’auteur de développer des portraits de femmes et d’hommes du XIXe siècle.

⇒ Le contexte – l’ambiance
Les moeurs d’un siècle à la croisée des chemins, où religion et luxure sont au coeur des préoccupationsLa part des flammes, c’est le visage d’une bourgeoisie qui aime faire voir qu’elle est proche des pauvres et des démunis. Une bonne conscience et un m’as-tu-vu qui pèsent sur les âmes et les relations entre les individus, qu’ils soient simples connaissances ou membres d’une même famille.. Le Bazar de la Charité est donc « the place to be ».

⇒ Les personnages
Violaine de Raezal, Constance d’Estingel et Sophie d’Alençon se rencontrent d’ailleurs dans ce lieu étonnant où bourgeoisie se mélange avec le peuple. Trois électrons libres, en marge de cette société chacune à sa façon.
Violaine de Raezal, depuis la mort de son mari, doit vivre dans la solitude, avec un secret qui la ronge ; Constance d’Estingel, jeune demoiselle sortie d’une institution religieuse et en quête identitaire.
Les personnages masculins ont une part belle également, notamment Lazlo de Nérac, journaliste et amoureux transmis à la façon des romantiques.

Les personnages de ce roman, qu’ils soient principaux ou secondaires, sont tous une figure de l’époque dans laquelle ils évoluent. C’est le point fort du récit.

⇒ En bref ?
Un coup de coeur pour l’histoire et l’écriture de Gaëlle Nohant. Gros travail de recherche derrière le roman. Un moment de lecture excellent.

Je conseille si vous aimez…

  • les romans historiques
  • les portraits de femmes

Petit traité de vie intérieure – Frédéric Lenoir


LENOIR Frédéric. Petit traité de vie intérieure. Pocket, 2014, 184 pages, 6,95 €.



L’histoire :

Comment essayer d’être heureux, de mener une vie la plus sereine possible ? Frédéric Lenoir nous donne des clefs, avec beaucoup d’exemples de son propre vécu, sur le bien-vivre avec soi-même et les autres.

Ce que j’en ai pensé :

Il y a longtemps que je voulais relire des ouvrages tirant vers la philosophie, le mieux-vivre ; vers des lectures qui me font réfléchir et me donnent des pistes pour avancer dans la vie.
Avec Frédéric Lenoir, j’ai franchi le pas : je connaissais l’auteur par ses romans, son écriture tout à fait accessible. Et me voici donc plongée dans ce court livre !

Le rapport aux autres, à soi-même, l’acceptation, la volonté de se dépasser, la mort… Beaucoup de thèmes, beaucoup de pistes de réflexions. Beaucoup d’auteurs cités également, ce qui m’a notamment donné envie de me replonger dans Les Essais de Montaigne que j’avais découvert au lycée.

Chaque chapitre est assez court, construit avec les analyses de l’auteur, les citations et ses vues personnelles. Ce n’est pas alambiqué, mais au contraire à la portée de tout le monde. Selon moi, c’est vraiment un livre tremplin pour s’ouvrir à ce genre de réflexions sur la meilleure façon de vivre sa vie.

La spiritualité a une place importante, et se différencie de la foi religieuse. C’est un point que je compte bien approfondir, de même que tout ce qui concerne la méditation.
J’ai été charmée par cette lecture, qui a répondu à mes attentes. Je ne compte pas m’arrêter là : d’autres lectures de ce type suivront !

Je conseille si vous aimez…

  • les lectures qui vous aident à mieux vivre, à réfléchir
  • les lectures philosophiques

 

Follow me, t.1 : Seconde chance – Fleur Hana


HANA, Fleur. Follow me, t.1 : Seconde chance. Hugo et Cie, 2017, 312 pages, 17 €.



L’histoire :

Lise et Ange. Ils étaient amoureux, avec la douceur et l’émerveillement qu’un premier amour peut apporter. 17 ans, il savait déjà.
18 ans, elle est partie.
Il ne s’en est jamais vraiment remis. Elle ne l’a jamais vraiment oublié. Et puis elle est revenue. Pas pour lui. Mais maintenant qu’elle est là, elle le veut, lui. Il essaie vraiment, mais il a tellement souffert qu’il ne sait plus lui faire con ance…
L’histoire de Lise et Ange est une histoire de la deuxième chance. Celle qu’elle lui demande et qu’il n’est pas sûr d’être en mesure de lui offrir.

Ce que j’en ai pensé :

Comme souvent dans les romances contemporaines en littérature, un éditeur se place au-dessus des autres à mon sens : Hugo & Cie avec notamment sa collection Hugo New Romance, qui a pris depuis quelques années une place importante en librairie ; ainsi que dans les bibliothèques des lecteurs. Follow me est un de leur nouveau titre.

Lise et Ange, c’est l’histoire de deux adolescents qui vivent leur amour avec légèreté, jusqu’au jour où Lise étouffe et ressent le besoin de s’échapper. Ce qu’elle ne sait pas c’est à quel point Ange en souffrira et à quel point cela affectera la construction de sa vie adulte.
Lise part mais regrette vite. Cependant, il faut qu’elle construise sa vie, ce qu’elle fait ; jusqu’à ce qu’elle doive revenir voir Annabelle sa vieille amie, qui a toujours joué le rôle de grand-mère pour elle. Presque dix ans passent avant les retrouvailles forcées ; la confrontation.

Le retour de Lise, c’est avant tout le choc de l’amour encore présent, des situations « je t’aime mais je te rejette », mais aussi beaucoup d’humour. Et c’est bien ce point-là qui m’a agréablement surprise dans ma lecture. Il est rare d’avoir autant de situations cocasses, rendues possibles grâce à Lise et la jeune Emma, cinq ans.
Lise et Emma, ce sont des conversations franchement drôles, avec une presque trentenaire qui n’a pas honte de dire que les enfants, très peu pour elle, aucun intérêt. J’ai adoré cet humour cinglant. Aucune mièvrerie ici, et c’est louable !

Néanmoins, j’ai été parfois lassée par la redondance des rencontres entre Lise en Ange ; j’avais l’impression de lire plusieurs fois les mêmes passages. Dommage.

Je lirais cependant la suite car la plume de l’auteure m’a vraiment beaucoup plu !

Je conseille si vous aimez…

– les histoires d’amour qui commencent dans l’adolescence,
– les romances érotiques légères,
– l’humour dans les romances.