Archives par étiquette : Editions Albin Michel Wiz

Gotico – Rafael Abalos

couv60211519L’histoire :

Un scientifique séquestré dans un lieu ressemblant aux oubliettes du Moyen-âge.
Deux jeunes adolescents de quinze ans appartenant à la future élite de la NASA embarqués dans un jeu vidéo à énigmes.
Une scientifique assassinée avec le mot « Kôt » inscrit au fer rouge dans la paume de la main et dont le cerveau à disparu.

Éléments de réflexion :

Un roman jeunesse, oui, mais pas que ! « Gotico » est un formidable polar ésotérico-scientifique où le Moyen-âge obscurantiste côtoie la science la plus osée jamais imaginée. Et ces expériences scientifiques ont de quoi faire froid dans le dos : l’auteur imagine la dérive morale des progrès de la neurologie associée aux nanotechnologies. Stupéfiant.
Le support du jeu vidéo est également utilisé pour servir de quête virtuelle permettant de résoudre tout un panel d’énigmes amenant au Secret : « L’Essence du Mystère ».

Les points positifs :

– La première chose à savoir, c’est qu’il s’agit d’un roman très fourni, où l’on suit trois histoires qui sont tout de suite reliées entre elles : les fanatiques, les deux jeunes chargés de résoudre des énigmes et le FBI. Cela donne un récit très riche et éclectique. Pas d’ennui, même s’il n’y a pas forcément un suspense insoutenable (cela tient davantage du roman d’aventure à la « Benjamin Gates » avec néanmoins des aspects scientifiques moralement effrayants).

– J’ai aimé tous les personnages, que j’ai trouvé assez bien investis dans leurs missions respectives. Beth et Nicholas, les deux adolescents, bien que très jeunes, sont néanmoins crédibles du fait qu’ils font partis d’une école virtuelle de futurs astronautes et que leur mission se passent essentiellement par l’intermédiaire d’un jeu vidéo.

– Et moi qui suis friande de l’intégration des questions scientifiques dans les polars, j’ai été bien contente avec « Gotico », qui s’appuie sur les questions d’éthiques des progrès de la science. Jusqu’où peut-on aller ? Où doit-on peut-être s’arrêter ? Et cela pose des questions sur les nanotechnologies et les possibles dérives (même si, ici, tout cela n’est que romanesque).

Les points négatifs :

Pas de points négatifs concernant le récit lui-même. Par contre, je regrette que ce roman soit paru uniquement dans une collection jeunesse (Albin Michel Wiz) car je pense que cela n’a pas contribué à le promouvoir à sa juste valeur.

En bref :

N’ayez pas peur de l’épaisseur du livre ! C’est une histoire vraiment intéressante si vous aimez le genre de roman d’aventures/thriller alliant ésotérisme et sciences.

Qui veut tuer Britney ? – Sean Olin

Quatrième de couverture :

Britney est populaire, blonde, belle et fragile. Elle sort avec Ricky, le brillant hockeyeur de l’équipe, qui l’adore. Lorsqu’il meurt assassiné, l’univers de Britney vole en éclats. Cette mort lui remémore la disparition tragique de sa mère quelques années plus tôt. Quand un autre de ses proches est tué, Britney vacille : à qui le tour ? Son entourage et l’inspectrice chargée de l’enquête commencent à s’inquiéter : Britney supportera-t-elle ce nouveau coup du sort ? Et surtout, si c’était elle la véritable cible du tueur ?

Mon avis :

Première expérience de thriller jeunesse (ciblé adolescent) que je lisais et une agréable surprise, je dois bien l’avouer. Avec une couverture girly ; rose et fleurie ; et l’image d’une jeune fille blonde, ne vous laissez pas berner : vous êtes bien en face d’une histoire assez terrifiante !

Britney Johnson est une jeune fille plutôt heureuse : jolie, populaire et petite amie d’une joueur de hockey. Bien que sa mère soit morte quelques années auparavant, elle tente de se reconstruire, même si on la sent encore très fragile. Entourée de divers amis, elle va toutefois déchanter lorsqu’elle apprend la mort de Ricky, son fiancé. Lorsque d’autres morts s’ensuivent, elle ne va avoir de cesse de penser qu’elle est la cible finale.
Le lecteur suit donc la série de meurtres qui surviennent dans la ville de Madison (Wisconsin), en tentant de deviner l’identité de ce mystérieux tueur en série qui terrorise les habitants.

Concernant les personnages, celui de Britney est évidemment le plus important. Un peu superficielle lorsqu’on la rencontre au début du roman, l’auteur va vite s’attarder davantage sur sa personnalité torturée, puisqu’ayant perdu sa mère et voyant mourir certaines personnes de son entourage. On tremble avec elle et j’avoue qu’à la fin, on ne peut plus lâcher le livre et les pages se tournent avec une véritable frénésie !
Les autres personnages (Melissa, Karl, Adam, son père, l’inspectrice de police, etc.) sont tous autant de suspects pour le lecteur, ce qui donne la sensation étrange de ne pouvoir s’attacher à aucun d’eux. Telle attitude va nous sembler étrange et douteuse, avant que ne survienne un retournement de situation.
Il faudra attendre les toutes dernières pages pour que l’intrigue se dénoue enfin et, croyez-moi, ça vaut le détour. Un élément m’a néanmoins mis la puce à l’oreille sur l’identité du tueur à un moment donné et j’avais vu juste, ce qui est plutôt rare. Mais c’est un indice tellement minuscule que la plupart des lecteurs auront la surprise finale, sans aucun doute.

Un mot sur le style et la forme du roman. Nous sommes clairement sur du jeunesse, aussi ne faut-il pas s’attendre à un thriller adulte. Pourtant les scènes de crime décrites sont assez gores. Sur la quatrième de couverture il est écrit « Âmes sensibles s’abstenir » : ce n’est pas une indication lancée à la légère ; même si cela ne concerne que de courts passages. Nous sommes en présence d’un thriller psychologique, et l’auteur maîtrise parfaitement les techniques cinématographiques du type : le personnage se retrouve seul et entend des objets tomber ou encore, le personnage décide de se rendre seul dans un endroit désert, la nuit. On imagine sans peine une musique angoissante pour venir accentuer le sentiment de peur.
Un élément un peu étonnant : malgré toutes les morts, les parents de ces lycéens ne semblent pas vouloir les retenir chez eux. Au contraire, ils peuvent sortir autant qu’ils le veulent, de jour comme de nuit. Pas vraiment crédible !

Pour conclure, malgré quelques facilités certainement dues à un public cible jeune, et une fin que j’aurais aimé plus étoffée, ce thriller n’a pas à rougir. Il remplit les conditions de suspense et d’appréhension que l’on attend de ce type de récit et sait nous surprendre.