Archives par étiquette : auto-édition

Bilan – Juin 2015

Le mois de juin a été mitigé, puisque j’ai eu beaucoup d’abandons.
 12 livres terminés.

J’ai eu du mal à me fixer dans mes lectures, il fallait que ça dépote, que ça me plaise vraiment, sans quoi l’envie n’y était pas du tout… Alors certes, j’ai tout de même eu de très bonnes découvertes, mais également 5 abandons, donc 5 livres qui ne m’ont pas emballés jusqu’à au moins la moitié de ma lecture.


J’ai adoré et je conseille

couv12105411couv20258433couv16467232

« Châteaux Bordeaux, t.1 : Le Domaine« , de Corbeyran et Espé : Un premier tome génial sur l’héritage d’un domaine viticole dans le bordelais suite au décès du patriarche. Jalousie, trahison, souvenirs d’enfance… Avec des illustrations que j’ai adoré. Hâte de lire la suite.

« Je suis juive mais je me soigne« , de Sefwoman : Un condensé d’humour, de la caricature juste et intelligente. J’ai adoré et je vous conseille vraiment !

« Le coup de la girafe« , de Léo Grasset : Vous ne verrez plus la science comme une matière ennuyeuse ! C’est drôle et instructif, vous allez découvrir des révélations chocs sur Le Roi Lion, et aussi l’animal le plus badass au monde : le ratel !

J’ai aimé

      couv3914043 couv2379978

 – « Sur la trace des peuples perdus« , de Jean-Pierre Dutilleux : Documentaire très intéressant, façon « Rendez-vous en Terre inconnue », qui nous présente plusieurs peuples méconnus, primaires, que l’auteur a pu rencontré lors de ces reportages vidéos.

« Le bâton d’Euclide« , de Jean_pierre Luminet : Un roman historique sur la destruction de la Bibliothèque d’Alexandrie. L’auteur imagine des discours entre quatre personnages, dont trois essaient de convaincre le quatrième de préserver les trésors contenus dans l’édifice.

« Avant Pandémia : Le grand voyage« , de Franck Thilliez : Avant de lire « Pandémia » (bientôt !), cette courte nouvelle m’a mis l’eau à la bouche, et plus encore ! Une écriture, fine, précise, haletante. Du grand Thilliez. Encore.

« Fidèle au poste« , d’Amélie Antoine : Un roman à suspense très bien ficelé, bien qu’un peu long à se mettre en route. Néanmoins le retournement de situation auquel je ne m’attendais pas du tout a nettement effacé ce petit désagrément.

« Saisir« , de K.A. Tucker : Une romance qui se lit très bien. Rien d’original, mais le scénario est là et les personnages crédibles.

« Tendre comme les pierres« , de Philippe Georget : Une enquête au coeur du site archéologique de Pétra, en Jordanie. Un personnage principal que j’ai adoré et surtout des descriptions du désert et des bédouins vraiment belles.

« Le sourire du diable« , de Antonia Hodgson : Roman historique dans les bas-fonds londoniens du XVIIIe siècle. Très bon.

« Hyenae« , de Gilles Vincent : Thriller court mais terriblement efficace, sur fond de trafic et de tortures d’enfants. Ca fait frissonner, et l’auteur est sans concession envers ses personnages.

« La liste de mes envies« , de Grégoire Delacourt : Roman contemporain qu’on ne présente plus, qui mène à réfléchir sur l’importance de l’argent.

Les déceptions : abandons

  couv14195618 couv28148775 couv31614717 couv48928409

« Ianos, singularité nue« , d’Olivier Bérenval : De la science-fiction dont le thème scientifique de l’univers m’intéressait beaucoup, puis malheureusement tout ce qui était à côté de cela m’a ennuyée.

« Evolutis, t.1 : De chair et de sang« , de Christie Bronn : Lecture beaucoup trop adolescente pour moi. On se concentre presque uniquement sur les états d’âme amoureux de la protagoniste.

« Monster« , de Patrick Bauwen : MA déception du mois. Je pensais adorer, et je n’ai pas accroché, je suis passée à côté de ce livre, c’est évident. Le personnage m’a semblé fade, et l’histoire très lente. Dommage.

« Le livre secret de Dante« , de Francesco Fioretti : Si l’histoire semblait très intéressante, l’écriture m’a déplu. Trop ampoulée je crois.

« Les aventures de Cluny Brown« , de Margery Sharp : Donc, c’est définitif, l’humour british, je n’aime pas du tout !

Fidèle au poste – Amélie Antoine


ANTOINE, Amélie. Fidèle au poste. Auto-édition, 2015, 312 pages, 2,99€ (en ebook) / 9,97€ (broché)


L’histoire :

Gabriel et Chloé, bientôt la trentaine, sont ensemble depuis huit, mariés depuis trois. Jusqu’au jour où Chloé est retrouvée morte noyée dans la mer où elle avait l’habitude d’aller nager tous les matins.
Parallèlement, une jeune photographe, Emma, arrive à Saint-Malo et va travailler pour un projet de photographies en rapport avec le deuil.

Ce que j’en ai pensé :

– Un livre auto-édité, envoyé par l’auteure, que j’ai mis longtemps à lire. Et je regrette un peu maintenant vu que j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture ! Je remercie donc chaleureusement Amélie Antoine et souhaite à son livre une belle notoriété.
D’ailleurs, si vous aimez les livres brochés, pas de problème il est au format papier pour une dizaine d’euros. Si vous lisez en ebook, il est encore moins cher (cf. plus haut) : il serait vraiment dommage de vous en priver.

– Pour l’histoire, je suis obligée de taire beaucoup de choses. Car en effet, jusqu’à la moitié du livre, l’histoire suit son cours, et je me demandais bien où l’auteur voulait nous amener. D’ailleurs, sans vous mentir, je trouvais l’histoire un peu longue à se mettre en route.
Et puis, BOUM ! Retournement de situation qui m’a franchement scotchée, auquel j’étais bien loin de m’attendre. Sans parler du final, que j’attendais au tournant. Là encore, il est à la hauteur de l’intrigue selon moi.

– Niveau narration, Amélie Antoine a choisi d’alterner les voix de chaque personnages par chapitre. Chloé et Emma parlent à la première personne du singulier. Pour Gabriel, c’est la troisième personne du singulier. Ce point-là m’a un peu déroutée, je ne comprend pas vraiment ce choix, alors même que le « Je » aurait été vraiment intéressant. Néanmoins, il arrive vers la fin.

– Ce livre, en plus d’être un bon divertissement, tire des conclusions assez détonnantes sur un phénomène très présent dans notre société depuis quelques années. C’est d’ailleurs un thème que j’apprécie particulièrement voir traité en littérature. Evidemment, vous l’aurez compris, je ne peux rien vous dire de plus pour ne rien gâcher.

En bref ?

Un roman classique dans sa première partie, indéniablement bien écrit, mais pas révolutionnaire ; et puis une seconde partie et un final qui m’ont bluffé. Un retournement de situation et surtout une réflexion que j’ai trouvé très percutants.
Je vous conseille donc cette lecture !

L’épopée du Voyageur, t.1 : Partir – J.-B. Pratt

Quatrième de couverture :

Lucas Chatel, jeune colonel de la garde intersidérale, est un homme ambitieux. C’est donc avec l’objectif de grimper dans les échelons qu’il accepte d’explorer la Terre.
Effectivement, ce voyage changera sa vie, ainsi que celle de ses proches. Lucas ne sait en fait rien de son entourage et il ne se rend pas compte qu’il va, par son choix, pousser sa mère, puissante rebelle de sa province natale, dans ses derniers retranchements.
Inconscient, Lucas laisse alors sa compagne et sa famille pour un long périple en solitaire alors que débute, dans son monde, un combat dont l’enjeu est la survie de l’humanité…

Mon avis :

Je n’ai pas l’habitude de lire de la science-fiction, aussi, quand J.-B. Pratt m’a proposé de m’envoyer son livre, j’ai hésité par peur de ne pas aimé et de ne pas apprécier cette lecture à sa juste valeur. Mais je ne regrette pas d’avoir accepté car j’ai pu découvrir un nouvel auteur qui mériterai vraiment de se faire remarquer par une maison d’édition.

Continuer la lecture

La révolte des anges – David Ghisdal

Quatrième de couverture :

Je m’appelle Ariel. Je suis un ange, un être spirituel, docile et simple, intermédiaire entre dieu et l’homme. Mais le statut de messager des volontés divines m’est devenu insoutenable.
Depuis un moment, je ne supporte plus l’inactivité. Mon statut d’ange immobile et inutile m’insupporte. J’ai pris ma décision définitive un jour de Mars 2008. J’empêcherai les horreurs sur terre par ma venue pour le bonheur des hommes.
Ariel a donc engagé la révolte des anges. Mais le diable Ibis n’apprécie guère cette soudaine arrivée.
 En ce mois de Mars 2009, Clémentine Duval la petite journaliste Française, Steve Ascot le détective privé et son frère Brian moine à Westminster vont devoir remettre leurs convictions au placard. Ensemble, ils vont vivre une aventure qui va changer radicalement le cours de leur vie…
Préparez vous à la révolte !

Mon avis :

Une histoire d’anges, d’humanité, de libre-arbitre, de religion aussi ; voilà dans quel univers nous embarque David Ghisdal, un jeune auteur français dont La révolte des anges est le deuxième ouvrage.

Continuer la lecture