Archives par étiquette : Editions Belfond

Bilan – Mai 2015

Le mois de mai a été également très bon niveau lecture, avec 16 livres terminés.

Globalement de très bonnes découvertes, avec néanmoins une déception.
Et concernant les genres, j’ai fait éclectique ce mois-ci, car il y a vraiment de tout : BD, thriller, romance, document, contemporain, historique, autobiographie, humour.
C’est parfait !


J’ai adoré et je conseille

 couv57441145 couv71263649 couv37702384 couv73014852

« Nous« , de David Nicholls : Une histoire sur les liens familiaux, la crise de la cinquantaine dans le couple. Voyage magnifique à travers plusieurs villes d’Europe. Et toujours très bien écrit, un vrai plaisir à lire.

« La suite ne sera que silence« , de Christian Bindner : Un polar en huis-clos où un homme qui a tué le tortionnaire de son fils de sept ans. Le Mal qui engendre le Mal. La limite très ténue entre bourreau et victime. Un sujet terrible, ancré dans le quotidien de tout le monde et on se demande « Et si cela m’arrivait ? »

« Mes conversations avec les tueurs« , de Stéphane Bourgoin : LE spécialiste mondial des tueurs en série nous raconte ses entrevues avec les tueurs pour les besoins de ses livres et ses documentaires. Stress, tension extrême, mise en condition…

« Holmes, t.1 : l’adieu à Baker Street« , de Cecil & Brunschwig : Une BD magnifique dans sa composition et son thème ; Sherlock Holmes. J’ai adoré et il me tarde de lire la suite.

« Angor« , de Franck Thilliez : Mon Thilliez du mois ! Toujours pas déçue avec cette quatrième enquête de Sharko et Henebelle réunis.

J’ai aimé

 couv58047743 couv62873156 couv64620893

 – « Sexe, drogue et natation« , d’Amaury Leveaux : Autobiographie d’un champion de natation mais surtout plongée dans les dessous d’une fédération et de la vie des sportifs de haut niveau qu’il a côtoyé. En tant qu’ancienne nageuse, j’ai été très intéressée.

« Wild seasons, t.2 : Dirty rowdy thing« , de Christina Lauren : De la romance érotique légère, bien écrite, avec deux personnages que j’ai beaucoup aimé, Harlow et Finn.

« Fight for Love, t.4 : Rogue« , de Katy Evans : Enfin un nouveau souffle pour cette saga qui m’ennuyait avec les deux précédents tomes. J’ai beaucoup aimé Melanie et Greyson, un vrai bad boy. L’alternance d’un chapitre Melanie et un chapitre Greyson est vraiment bien.

« Walking dead, t.1 : Passé décomposé« , de Robert Kirkman : Ravie d’avoir enfin découvert cette saga aux nombreux tomes ! Une mise en bouche qui m’a plu, des personnages intéressants et des illustrations au top.

« Secrets de maisons closes« , de Marc Lemonier : Un livre sur l’histoire des bordels à travers les siècles et des anecdotes. Des témoins des différentes époques évoquées.

« La croisade des voleurs« , de Jean-Michel Thibaux : Un roman historique qui a l’originalité de se dérouler au Moyen-âge et de nous évoquer toute l’épopée de la première croisade.

« Je veux un bébé tout de suite, t.2 : l’échelle de Richter« , de Juliette Merris : Une BD top sur l’arrivée de bébé et toute la première année avec lui. Humour et émotions au rendez-vous !

Lectures en demi-teinte

   couv37998650

« Lignes de fuite« , de Val McDermid : Un polar très sympa sur le thème d’un enlèvement d’enfant et de télé-réalité. Malgré tout, une fin saugrenue et le qualificatif « thriller psychologique » me semble un peu exagéré.

« Mon ex est un gros naze« , de Silvia Kahn et Laurent Storck : Livre humoristique agréable à lire mais le thème est un peu facile par rapport à leur premier livre (« Mon ado est un gros naze »).

« Wonder mum, t.2« , de Serena Giuliano Laktaf : Livre humoristique un peu fouillis, très inégal au niveau de l’humour.

La déception du mois

 

« La formule de Dieu« , de José Rodriguez dos Santos : Je m’attendais à avoir un coup de coeur donc la déception a été d’autant plus grande. J’ai adoré les thèses scientifiques et pas du tout accroché à la fiction. Dommage.

Nous – David Nicholls


NICHOLLS, David. Nous. Belfond, 2015, 477 pages, 22 €.
Traduit de l’anglais par Valérie Bourgeois.


L’histoire :

Douglas et Connie ont la cinquantaine, un fils de dix-sept ans et un voyage d’un mois en Europe prévu avant qu’Albie ne parte pour l’université.
Ce voyage sera l’occasion d’un nouveau départ pour chacun des membres de cette famille. Mais aussi un moyen de réfléchir sur le passé et ce qu’ils sont devenus.

Ce que j’ai apprécié :

– Ce drame contemporain pourrait être l’histoire de beaucoup de couples qui, arrivés au moment charnière où les enfants quittent le nid, se retrouvent face à la peur de ne rester qu’à deux, comme avant mais en plus vieux, sans perspectives d’avenir. Connie, lorsqu’elle s’en rend compte, avoue à celui qui est son mari depuis plus vingt ans, qu’elle ne pense pas arriver à vivre ainsi, qu’elle le quittera certainement, le moment venu.
Douglas tombe de très haut, lui qui voue une adoration sans failles à sa femme bien-aimée. C’est alors l’occasion pour lui de revenir sur tous les évènements marquants de leur passé.
J’aime trouvé ce système narratif très intéressant car on alterne le temps présent du voyage en Europe entre deux parents et leur adolescent de fils, avec le passé de Connie et Douglas, leurs joies et leurs peines. Ce passé qui explique parfaitement la situation complexe dans laquelle chaque membre de cette famille se trouve aujourd’hui.

– Ce roman, c’est aussi l’histoire des relations familiales et de la difficulté de chacun a trouvé la place qui lui revient. La mère qui souhaite laissé son enfant vivre ses rêves, très fusionnelle ; le père qui souhaite procéder à une éducation comme celle qu’on prône dans les livres, très cadrée, sans folie ; et enfin le fils adolescent qui souhaite s’émanciper et qui n’arrive évidemment pas à dire à ce père maudit qu’il l’aime.
D’ailleurs, cette histoire pourrait avoir la teneur d’un voyage initiatique.

– Là où David Nicholls excelle, c’est sans aucun doute la création de personnages très ancrés dans la réalité. Ils pourraient être (et sont certainement) ce que nous sommes, avons été ou deviendrons un jour.
Albie : A dix-sept ans, il a des rêves pleins la tête mais l’important c’est qu’ils soient différents de ce que son père espère pour lui. Il aime cette mère qui lui voue un culte et qui m’a très clairement semblé vivre les ambitions artistiques de son fils par procuration. Tu réussiras là où j’ai raté, en quelque sorte. Niveau caractère, il est somme toute assez dans les normes de l’adolescent en rupture avec son milieu familial, avec des envies d’émancipation qui passe par la rébellion.
Connie : Le personnage qui m’a clairement été le plus antipathique. Pour moi, cette femme est une castratrice. Pleine de nostalgie de son passé d’artiste peintre avorté, elle est aussi d’un égoïsme terrible. Son mari acquiesce à tout, lui passe chaque caprice. Mais elle est aussi inconstante dans ses sentiments et un peu trop femme-enfant pour une cinquantenaire. Une illusionniste dont j’ai eu du mal à voir les qualités.
Douglas : Le mari déchu, le père haï. Cet homme m’a profondément agacé d’autant se plier devant la femme qu’il aime, certes, mais qui n’a de cesse de le traiter comme un gentil bonhomme, sans plus. Scientifique de métier, il l’est tout autant dans sa vie intime et les sentiments ou l’imprévu n’ont peu de place dans son quotidien. Au cours de leur voyage estival à travers les capitales européennes, il va essayer d’arranger les choses, essayer de discuter et de comprendre les siens. Mais à cinquante ans passé, certaines choses sont inéluctables, difficile de revenir sur ce qui a été fait.
C’est un personnage que j’ai beaucoup aimé, malgré tout ses défauts et ses maladresses de père.

– Enfin, ce qui est admirable dans ce roman, ce sont les descriptions des villes dans lesquelles les personnages voyagent : Paris, Amsterdam, Venise, la Toscane, Madrid, Barcelone. J’ai adoré découvrir ces villes, à la lumière estivale et sous la plume de David Nicholls. J’aurais même aimé que ces passages prennent encore plus de place dans l’histoire.

Ce que j’ai moins/pas apprécié :

– Comme je le disais plus haut, j’ai eu beaucoup de mal avec le personnage de Connie qui m’a profondément exaspéré. J’ai vraiment eu envie de la secouer et de lui ouvrir les yeux sur sa façon de se comporter envers Douglas, mais aussi envers son fils par certains aspects.

– Le livre alterne donc entre passé et présent, ce que j’ai beaucoup aimé au début, puis au fur et à mesure, il est clair que j’étais beaucoup plus intéressée par ce qu’il se passait aujourd’hui. Néanmoins, je ne cache pas que les flash-back ont une réelle importance pour comprendre les personnages.

En bref ?

Voilà une histoire comme on en lui pas souvent. J’ai aimé suivre des cinquantenaires, cela apporte une originalité dans l’histoire et dans le message véhiculé par l’auteur : la désillusion, le fait de vieillir, vivre avec ses souvenirs douloureux, voir ses enfants quitter le foyer pour fonder leur vie, etc. Autant de passages qui doivent être terriblement difficile à vivre. Crise de la cinquantaine ? Nostalgie de jeunesse ? Quoiqu’il en soit, j’ai rarement rencontré ces thèmes dans mes lectures, ce qui a rendu cette histoire particulièrement intéressante.

Bilan – Février 2015

Un mois de février encore très prolifique avec pas moins de 14 livres lus !

Et globalement de belles découvertes ce mois-ci, qui a été principalement placé sous le thème de la romance, il faut bien le dire 🙂


J’ai adoré et je conseille

couv18294439 couv24470280 couv33003165 couv35829855 couv40641283

« Notre mère« , de Koren Zailkas : Un drame psychologique à la limite du thriller, dans lequel on rencontre un frère et une soeur qui sont les deux voix du roman et qui subissent le caractère pathologique horrible de leur mère. Terriblement bien fait.

« Journal d’une emmerdeuse« , d’Agustina Guerrero : Dans la lignée de Margaux Motin et Diglee. Si vous aimez ces deux illustratrices, vous aimerez Agustina Guerrero. Un dessin plus enfantin mais un humour tout aussi poilant !

« Mes sincères condoléances« , de Guillaume Bailly : La découverte du métier de croc-mort. Une véritable pépite, à la fois drôle, émouvant, terrible aussi parfois, sur les réalités d’un métier peu connu et qui, pourtant, est essentiel à notre quotidien. Mon conseil du mois.

« Femme interdite« , d’Ali Al-Muqri : Excellent roman sur la condition des femmes en république islamique, ici au Yémen. Et notamment du point de vue assez précis de la sexualité. C’est parfois cru, c’est sans concession, et ça fait indéniablement réfléchir sur ces pays où la femme est illicite par essence.

« Pourquoi j’ai cessé d’être islamiste« , de Farid Abdelkrim : Le témoignage du parcours d’un homme qui a vécu l’organisation des Frères Musulmans en France de l’intérieur et qui en est sorti. Pour moi, un livre essentiel pour combattre les idées que ces extrémistes veulent inculquer aux plus faibles.

J’ai aimé

couv16216062couv31893222 couv34025111 couv35690471
couv35747731 couv68528757

 – « Les sirènes de Bagdad« , de Yasmina Khadra : Sur le thème du terrorisme dans les pays du Moyen-Orient, Yasmina Khadra est un auteur de référence. Ici, des personnages profonds et une réalité crue et terrible. Et en plus, c’est très bien écrit.

« Cinquante nuance de Grey« , de E.L. James : LE livre sulfureux qui a fait tant parler de lui et que j’ai lu à l’occasion de la sortie au cinéma de l’adaptation. Pas de la grande littérature mais moins terrible que ce que je pensais et surtout une vraie histoire d’amour que j’ai aimé.

« After, saison 1« , d’Anna Todd : Une romance young-adult érotique sous forme de gros pavé dont j’ai adoré les personnages et notamment Hardin le bad boy par excellence. On se sent retomber en adolescence.

« Wild seasons, 1 : Sweet Filthy Boy« , de Christina Lauren : LA nouvelle saga des auteurs de Beautiful… je ne pouvais pas passer à côté. Et en plus je l’ai lu en avant-première <3 Ravie de retrouver enfin une romance érotique légère, sans personnages torturés à l’extrême.

« Beautiful disaster« , de Jamie McGuire : Une romance young-adult érotique (encore !) dans la lignée des autres, avec une jeune fille innocente et un bad boy, mais là j’avoue avoir encore accroché. Malgré une fin un peu too much à mon goût.

« Cinquante nuances plus sombres« , d’E.L. James : L’histoire d’amour se précise entre Ana et Christian et c’est pour cela que j’ai aimé ce deuxième tome. Sinon, assez redondant dans l’ensemble. Et un Christian beaucoup moin sombre et plus gentillet que dans le premier tome. Ceci dit, je me laisse complètement prendre au jeu !

Lectures en demi-teinte

couv33182014  couv14337427

« T’as le blues, baby ?« , d’Alessandra Sublet : Un témoignage intéressant sur le baby blues, un sujet encore tabou qui touche pourtant plus de futures et jeunes mamans qu’on le croie. Malheureusement, pas très bien écrit et beaucoup trop redondant à la fin.

« After, saison 2« , d’Anna Todd : Plus de 700 pages pour dire… grosso modo exactement la même chose que le premier à part quelques petites révélations. J’ai l’impression que l’auteur a voulu en faire des tonnes car la romance érotique est la tendance qui marche à fond en ce moment… Néanmoins je suis très attachée aux personnages !

Le coin des petits

couv15759230 couv50434779

« Rush, t.4 : Chasse à l’homme« , de Phillip Gwynne est une saga parfaite pour les jeunes garçons d’une dizaine d’années. Des récits à la Mission Impossible, mettant en scène un ado de quinze ans. C’est bien fait, prenant, très rythmé.

« Le journal nul de mes amours nulles » de Bernard Friot : à partir de 8/10 ans, j’ai trouvé ce livre super sympa, notamment pour amener des enfants à la lecture. C’est ludique, changement de typographies, collages, etc.

Les chemins de la rédemption – Wiley Cash


CASH, Wiley. Les chemins de la rédemption. Belfond, 2015, 309 pages,  21 €.


L’histoire :

Easter et Ruby, douze et six ans, ont perdu leur mère d’une overdose, tandis que leur père a renoncé à ses droits parentaux il y a quelques années. Elles se retrouvent en foyer d’accueil, avec la peur d’être envoyées chez leurs grands-parents maternelles, qu’elles ne connaissent pas, en Alaska.
Jusqu’au jour où Wade, leur père biologique, vient les enlever et ils prennent la fuite à trois.

Eléments de réflexion :

Un roman sur la paternité et donc la filiation, sur la pression de la société et les malaises qu’elle engendre. Une fuite sans but, sauf celui d’être irrémédiablement rattrapé.

Ce que j’ai apprécié :

– Le thème de cette histoire est plutôt dramatique, puisque ce père malgré lui, qui a renoncé juridiquement à ses droits parentaux sur ses deux filles, se retrouve pris dans une course poursuite motivée par la vengeance et l’argent. J’ai aimé ce personnage au bord du gouffre, qui n’a plus rien à perdre et qui décide donc, coûte que coûte, de réaliser son rêve : récupérer ses deux filles, puisqu’il n’a plus qu’elles. Et quand on n’a rien à perdre, on tente tout. Jusqu’à mettre en danger ce que l’on a de plus précieux.
Cet homme m’a vraiment touché, avec un final digne de cette histoire. C’est une société à la dérive qui est décrite sciemment ou de façon sous-jacente : drogue, pauvreté, filiation, instinct parentaux, instinct de survie aussi.

– J’ai apprécié également le fil conducteur qui relie malgré eux les trois membres de cette famille, à savoir le base-ball. Les discussions sur ce sport sont le liant positif entre ces trois personnages. L’amour ? Difficile d’aimer un père qui vous a abandonner ou des filles qui vous idéalisent ou vous haïssent. Le rêve d’un père idéal, d’une famille perdue. Le base-ball, c’est leur échappatoire, le sujet qui les fait oublier leur réalité. C’est tellement juste, c’était tellement bien écrit, que j’ai trouvé cela vraiment émouvant.

Ce que j’ai moins/pas apprécié :

– Un roman où il faut lire entre les lignes et où certains ne verront du coup peut-être qu’une histoire rapide et pas vraiment aboutie. Alors que ce n’est pas du tout le cas.

En bref ?

Une histoire très dramatique mais pas écrite d’une façon triste. Roman contemporain et road trip éclair. Très bon moment de lecture.

Un hiver long et rude – Mary Lawson


LAWSON, Mary. Un hiver long et rude. Belfond, 2015, 417 pages, 21 €.


L’histoire :

La famille Cartwright vit à Struan, une petite bourgade perdue dans le Grand Nord canadien. Famille nombreuse moyenne des années 1960, leurs drames personnels les font évoluer en marge les uns des autres au lieu d’être unis et de se soutenir. Edward, Tom et Megan sont les voix de cette famille à la dérive, pourtant unie par une tendresse et un amour pas toujours évidents.

Éléments de réflexion :

Un roman familial, sur la construction d’une famille et cet instinct de rattachement qui n’est pas toujours inné. Une fresque des années 1960 où le fossé entre les villages et les grandes villes est immense, de même que celui entre les Amériques et la Vieille Europe.
Témoin d’une époque, mais aussi immersion dans la psychologie de personnages rattrapés par leur passé, sans réussir à le surmonter pour se construire sainement.

Ce que j’ai apprécié :

– C’est un récit contemporain à la fois terrible et plein de langueur (et non longueurs !). Nous sommes en hiver, dans un hiver canadien rude et long comme le dit la couverture et j’ai été ravie de retrouver cette ambiance froide, blanche, ainsi que la solitude qui va avec. Mary Lawson est née dans ce Grand Nord canadien qu’elle connaît bien et cela se voit dans les descriptions très juste des paysages et des sensations que l’on ressent durant la période hivernale.

– La narration est divisée selon le point de vue de trois membres de la famille Cartwright : Edward le père, Tom le fils ainé et Megan la seule fille de la fratrie. J’ai trouvé cette idée particulièrement intelligente car cette une famille tellement complexe, chaque membre étant si seul face à lui-même qu’il était intéressant d’en écouter plusieurs pour se faire une idée plus globale de leur situation.

– J’ai trouvé les personnages vraiment excellents et les trois narrateurs sont très attachants chacun à leur manière et, surtout, malgré leurs défauts.
Edward : C’est le père de famille, qui est loin d’avoir l’envergure de la figure symbolique du patriarche chef de famille que l’on pouvait avoir à cette époque. Il est complètement dépassé par cette masse d’enfants que sa femme ne cesse de vouloir, encore et encore, malgré les conseils du médecin de famille qui leur conseillait d’arrêter les grossesse à répétition. Edward est un homme triste, qui ne s’épanouit qu’à son travail de directeur de banque. Son enfance a été dure, son père violent et sa crainte est de lui ressembler. Sa carapace, c’est son bureau, son antre. Il s’y enferme dès qu’il rentre du travail et s’y réfugie sans cesse : là-dedans il se passionne pour des sujets historiques et culturels pour ne pas regarder sa réalité en face.
Tom : Le fils ainé, fort de ses études dans l’aéronautique, est un jeune homme terriblement taciturne. Après l’université, un évènement tragique l’a renvoyé chez ses parents, pour ne plus en sortir et gâcher son intelligence au sein d’un foyer qu’il exècre.
Megan : C’est la fille unique de la fratrie, qui a toujours fait tourner la maison d’une main de fer. Mais à vingt-et-un ans, elle n’en peut plus. La petite provinciale qui n’a jamais quitté sa bourgade natale s’envole vers l’Angleterre, sans projets, mais avec la force de sa jeunesse et une volonté farouche de s’en sortir. Ce qu’elle va faire. Pendant trois ans, elle va mener sa barque, sans jamais revenir au pays. Mais ce petit bout de jeune femme était la celle qui tenait sa famille d’une main ferme. Son départ n’a laissé derrière elle que des individus d’une même famille inconnus les uns pour les autres.

Ces trois personnages sont saisissant d’humanité, de tendresse mais aussi de colère.

Ce que j’ai moins/pas apprécié :

– Le choix de ne pas respecter une linéarité de temps. En effet, le roman s’étale sur trois ans : de 1966 à 1969. Et on passe d’une année à l’autre selon que ce soit le père ou le fils (1969) qui parlent ou la fille (1966 durant la majeure partie du roman). Ainsi, ce sont des retours en arrières sans cesse lorsque l’on a le point de vue de Megan. C’est un point qui m’a chagriné au début de ma lecture.

En bref ?

Ce roman, c’est la construction bancale d’une famille, avec des individus obligés de s’en sortir les uns sans les autres. C’est la difficulté de se montrer un amour présent mais pudique. C’est un père malgré lui. Un fils solitaire et désespéré. Une fille mère symbolique avec l’heure.
A la fois dramatique et tendre, cette lecture propose des personnages complexes, très travaillés. De plus, j’ai apprécié le travail de recherche de Mary Lawson pour nous proposer des descriptions et des situations au plus proche de la réalité.