Archives par étiquette : écrivain

Night owl, t.1 : Long Night – M. Pierce


PIERCE, M. Night owl, t.1 : Long Night. Hugo et Cie, 2015, 326 pages, 17 €.


L’histoire :

Matt et Hannah ne se sont jamais rencontrés. Et pourtant ils écrivent conjointement un livre, grâce au site Fyctia. Jusqu’au jour où Matt, en couple, tombe sur une photo de Hannah. Là, tout s’écroule : il est d’abord fou de colère puis mystérieusement attirée vers cette jolie brune.

Ce que j’en ai pensé :

Nouvelle romance érotique de chez Hugo & Cie, dans leur collection Blanche. Et c’est un premier tome plutôt réussit, qui m’a plu dans l’ensemble.
On retrouve deux personnages aux antipodes, avec une fille plutôt renfermée et mal dans ses baskets et sa vie amoureuse ; et un homme assez riche (on le devine vite) et très beau gosse bien sûr ! Entre Matt et Hannah, c’est une relation très forte et très soudaine qui va se créer. Avec un personnage masculin pas si imperturbable que ça : le faible n’est pas celui que l’on pense. D’autant que l’on peut apprécier les deux personnalités puisque l’auteur alterne le point de vue de deux protagonistes.

Pour le côté sexy, on ne vous vend pas du rêve. Tout y est ! Même un côté soumission, comme les lecteurs (lectrices ?) l’aiment depuis Cinquante nuances de Grey. En meilleur cependant selon moi. J’ai trouvé la faiblesse de Matt plus touchante et les réactions d’Hannah tout simplement plus matures.
Finalement, nous avons du sexe, des sentiments amoureux, de la colère, de la dépression, de l’alcoolisme… Beaucoup de choses, assez bien mises ensemble. Selon moi, le livre pourrait se suffire à lui-même mais apparemment le second tome traitera des mêmes personnages… A voir ce que cela donnera mais, malheureusement, je suis rarement convaincue par ces suites dans les romances érotiques.

Concernant le style, l’écriture de M. Pierce est très bonne, les émotions passent parfaitement, et surtout,  il y a le mystère autour de l’auteur ! Oui parce qu’en réalité M. Pierce est un pseudonyme, et c’est même le nom du personnage de l’histoire ! Et derrière ce personnage se cacherait « un auteur américain à succès vivant dans le Colorado » : les pronostics sont ouverts !

Vous aimerez si…

  • Les romances érotiques un peu torturées

George Sand : les carnets secrets d’une insoumise – Catherine Hermary-Vieille


HERMARY-VIEILLE, Catherine. George Sand : les carnets secrets d’une insoumise. XO éditions, 2014, 282 pages, 19,90 €.


L’histoire :

1876. George Sand, célèbre écrivain française, meurt dans sa demeure de Nohant. Sa fille, Solange Gabrielle se plonge dans les carnets intimes de cette mère qu’elle aimait autant qu’elle la fuyait. Une mère célèbre, toujours à la recherche de l’amour. Sa vie articulée autour d’amants comme Alfred de Musset ou Chopin fut également une fuite incessante vers un idéal jamais atteint.

Éléments de réflexion :

Ce roman biographique de George Sand s’appuie sur des carnets imaginaires que découvriraient la fille de l’écrivain à la mort de celle-ci. Des carnets que Catherine Hermary-Vieille a imaginé à partir d’éléments réels connus de la vie de celle qui fut socialiste acharnée, défenseur du droit des femmes dans le mariage et la vie en général.
Une biographie, donc, romancée, qui retrace une vie foisonnante, sans pauses, d’une femme aux manières d’hommes qui n’en restait pas moins une demoiselle face aux émois amoureux, parfois violents, de ses amants.

Ce que j’ai apprécié :

– Je suis ravie d’avoir enfin redécouvert l’écriture de Catherine Hermary-Vieille, que j’avais vraiment aimé dans son livre Lola, lu il y a plusieurs années. Un style très poétique, un vocabulaire riche, bref, un réel plaisir de la lire.

– J’ai aimé également le style de narration choisi, à savoir l’alternance entre des passages des carnets de George Sand et les ressentis de sa fille au présent de 1876 sur ce qu’elle lit et sur sa vie et l’influence de la sa mère sur celle-ci.
J’ai trouvé ce procédé particulièrement réussi et original en matière de biographie romancée. Cela permet d’avoir d’une part la vision de George Sand mais aussi les revers psychologiques que son mode de vie a fait peser sur sa famille et notamment sur Solange.

Ce que j’ai moins/pas apprécié :

– Malheureusement, j’ai globalement été peu emballée par le personnage de George Sand, que je ne connais finalement que de nom, et à qui j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher. Si bien que je me suis assez rapidement lassé de cette lecture.
Un conseil, si vous êtes intéressés par cette écrivain de talent, ce livre vous comblera. Si ce n’est pas le cas, j’ai bien peur que ce ne soit pas une lecture prenante.

En bref ?

Une biographie intéressante, très fournie et certainement bien documentée, pour qui s’intéresse à l’histoire de l’art français ; et surtout à la vie d’une des figures les plus célèbres de la littérature de notre pays.

Cadre de lecture : Lu grâce à XO éditions.