Archives par étiquette : Editions Fleuve Editions

Rêver – Franck Thilliez


THILLIEZ, Franck. Rêver. Fleuve Editions, 2016, 595 pages, 21,90 €.



L’histoire :

« Pour la plupart des gens, le rêve s’arrête au réveil. »
Si ce n’étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait dire d’Abigaël qu’elle est une femme comme les autres.
Si ce n’étaient ces moments où elle chute au pays des rêves, on pourrait jurer qu’Abigaël dit vrai.

Ce que j’en ai pensé :

J’en aurais mis du temps à lire le dernier livre de Franck Thilliez. Et quel pied maintenant que je l’ai lu !
Un moment de lecture incroyable encore une fois. De la précision, de la complexité, une écriture addictive. Ajoutez à cela les codes du thriller parfaitement maîtrisés et me voilà comblée.

Rêver, c’est l’histoire tout à fait étonnante d’Abigaël, psychologue, maman d’une ado et souffrant de narcolepsie. Tout un thème médical autour du sommeil que l’auteur approfondit pour le plus grand plaisir du lecteur.
A la suite d’un accident personnel dramatique, Abigaël voit sa vie basculer. Les médicaments qu’elle prend en masse, ainsi que l’alcool pour lutter contre la dépression lui créent des trous de mémoires terribles.
Par delà sa maladie, elle va vouloir faire la lumière sur tous les évènements qu’elle a subit ; que ce soit personnel ou bien la poursuite du kidnappeur d’enfants, enquête pour laquelle elle intervient en qualité de psychologue.

La construction du livre est très complexe, et beaucoup de lecteurs ont été perturbés. En cause la chronologie complètement déstructurée. La ligne de temps est hachée. De mon côté, cela ne m’a pas gêné. J’ai au contraire été encore une fois épatée par l’intelligence narrative de Franck Thilliez.

Du début à la fin, presque 600 pages et aucun moment qui m’a semblé long ou inutile. J’ai un vrai coup de coeur littéraire avec Thilliez, et cela se confirme de lecture en lecture.
La construction psychologique des personnages est géniale. Ici, principalement Abigaël et Frédéric. On tremble pour l’héroïne : la promesse du thriller est tenue.

Pour moi, c’est encore un pari gagnant.
Et j’attends impatiemment le prochain roman de l’auteur, qui nous fera retrouver son duo de choc : Lucie Henebelle et Franck Sharko !


Bilan – Juillet 2015

Le mois de juillet a globalement été bon et prolifique, malgré quelques abandons.
 16 livres terminés.

Un mois où j’ai essayé de lire pas mal de livres de ma PAL, et pas uniquement des réceptions. Résultats des courses, j’ai sorti quelques vieux livres, qui se sont parfois soldés par des abandons. Et d’autres bonnes découvertes.


J’ai adoré et je conseille

   couv71119504 couv69093449

« Pandemia« , de Franck Thilliez : La voilà, la dernière aventure de Sharko et Henebelle ! Toujours aussi bon, documenté, précis, plein de suspense. Evidemment, c’est un coup de coeur !

« La nuit de feu« , d’Eric-Emmanuel Schmitt : Si vous aimez l’auteur, retenez la date du 3 septembre : Eric-Emmanuel Schmitt vous livrera un de ces mystères de la vie, un évènement qui l’a changé à tout jamais.

« Le testament de Marie« , de Colm Toibin : Un livre de la rentrée littéraire qui sera plébiscité, j’en suis sûre. L’histoire la plus connue du monde, celle de Jésus, vu par sa mère, Marie.

« Je m’appelle Blue« , de Solomonica de Winter : Ecrire un roman psychologique de cette envergure à seulement dix-huit ans c’est tout simplement une prouesse presque incroyable. Grosse claque.

J’ai aimé

 couv61137097  couv4485382 couv5319079 couv65851780 couv32447740

 – « Fight for love, t.5 : Ripped« , de Katy Evans : Un cinquième tome qui nous présente deux nouveaux personnages, Pandora et McKenna. Une belle romance qui m’a beaucoup touché.

« Faits d’hiver« , d’Alice Moine : Un roman de la rentrée littéraire sur l’instant T, entre hasard et destin. Joliment écrit.

« Le cimetière du diable« , de Anonyme : Le plus vieux livre de ma PAL n’est plus ! Toujours une atmosphère rock’n’roll, hâchée, crue, détonnante. Hâte de lire le tome 4.

« Noblesse oblige, t.4 : Le gentleman mis à nu« , de Sally MacKenzie : Une romance historique dans la lignée des précédentes. Le schéma est le même, et j’adore ça. Humour et détente au rendez-vous.

« Une fille parfaite« , de Mary Kubica : Un roman psychologique bien construit, plusieurs points de vue et surtout une fin très intéressante.

« Thérapie« , de Sebastian Fitzek : Thriller court, qui m’a bien fait flipper pour le côté psychiatrique chelou ! Une fin un peu bizarre quand même.

« Chiens de sang« , de Karine Giébel : Malgré les avis négatifs, j’ai vraiment aimé ce thriller, où l’auteure aborde le thème de la traque humaine, de la chasse.

Lectures en demi-teinte

     couv50843874 

« Des noeuds d’acier« , de Sandrine Collette : Une histoire intéressante, mais un style étonnant au début et surtout, pas assez d’inspection psychologique. J’ai hâte de voir ce que l’auteur nous propose dans ses autres livres.

« Freaks’ Squeele, t.6 : Clémentine« , de Florent Maudoux : J’adore toujours autant le dessin et l’humour de la saga, mais ce tome-là est plus brouillon, je me suis perdue dans l’histoire, dommage. J’attends de voir le septième et dernier tome.

« Trait bleu« , de Jacques Bablon : J’ai adoré le style décapant et résolument rock. Par contre, je n’ai pas saisi la finalité de l’histoire, je suis restée hermétique.

« Le prince de la brume« , de Carlos Ruiz Zafon : Toujours une écriture et un style magnifique ; mais ici l’histoire est trop jeunesse et surtout trop de questions sans réponses.

« Les morsures de l’ombre« , de Karine Giébel : Un thriller à l’histoire excellente, effrayante mais le style ne m’a pas vraiment plus ici. Final génial par contre.

J’ai abandonné

   couv39223388 couv45019149 couv68944268

« Ladies’ Taste, t.1« , de Laura Trompette : Je n’ai pas adhéré à l’histoire d’une romance érotique entre deux femmes. Cependant, l’écriture est sympathique donc n’hésitez pas à tenter.

« Si je reste« , de Gayle Forman : Lecture trop jeunesse et je n’en ai pas envie en ce moment. Résultat, je n’ai pas accroché.

« La croix des assassins« , de Giacometti & Ravenne : Je me demande si les thrillers ésotériques m’intéressent toujours autant qu’avant ! En tout cas, les templiers n’ont pas su me séduire ici.

« Divergente, t.2« , de Veronica Roth : Je crois avoir trop attendu à lire ce tome 2 alors que j’avais adoré le 1. Je n’ai tout simplement plus envie d’en savoir plus sur les personnages.

« Sacrifices« , de Pierre Lemaître : Je retenterais certainement la lecture de ce thriller, mais je dois avouer que j’ai trouvé l’histoire ennuyante, malgré le fait que le style est toujours aussi excellent.

Pandemia – Franck Thilliez


THILLIEZ, Franck. Pandemia. Fleuve éditions, 2015, 644 pages, 21,90 €.


L’histoire :

Des cygnes retrouvés morts, un virus de la grippe inconnu qui se répand à la vitesse de l’éclair. Après Angor, l’Homme en noir court toujours. Course contre la montre, comme la mort, pour l’arrêter, lui et ses nombreux sbires. Avant que l’humanité entière succombe.

Ce que j’en ai pensé :

Thilliez ou le maître du polar français du moment. Qui allie toujours merveilleusement bien le suspense aux thèmes scientifiques ou technologiques. Avec Pandemia, nous sommes environ un an et demi après Angor. L’Homme en noir court toujours et, plus que jamais, il est prêt à mettre en oeuvre une action machiavélique pour purger l’espèce humaine de ce qu’il considère comme la vermine impure.

Depuis Angor, Lucie Henebelle et Franck Sharko ne sont plus nos uniques personnages principaux. A eux s’ajoutent Nicolas Bellanger et Camille Thibaut, couple improbable qui s’est rencontré et formé avec toute la passion du désespoir lors de l’enquête précédente. Et puis le lecteur découvre également un nouveau couple avec Pandemia : Amandine et Phong. Encore des personnages très torturés et parfaitement construit par l’auteur. Phong est cloîtré chez lui à cause d’une maladie nommée SIDAA qui attaque ses défenses immunitaires et rend le plus petit rhume très dangereux ; Amandine quant à elle travaille à l’Institut Pasteur de Paris. Institut particulièrement mis en avant ici et dans lequel Thilliez est allé puiser des quantités d’informations pour les besoins d’authenticité de son histoire. Il appelle même ses lecteurs ; dans une dédicace en début d’ouvrage ; à faire un don à ce prestigieux organisme médical.
Des personnages toujours à la hauteur de Franck Thilliez. Il faut dire que son point fort est justement d’arriver à créer des individus noirs et terriblement attachants. Heurtés par la vie mais toujours combatifs, avec une passion irraisonnée pour ce job qui leur fait voir des scènes toujours plus horribles les unes que les autres. Encore une fois, je n’ai pas été déçue. Et même plus : je conçois peu à peu que nous quitterons certainement Franck et Lucie pour nous tourner peut-être davantage vers Nicolas Bellanger. A suivre dans une prochaine enquête !

Dans Pandemia, Frack Thilliez aborde le thème très délicat des attaques terroristes avec des armes virales. Discrets, sans odeur, sans bruit, les virus pullulent et sont capables de décimer des populations beaucoup plus vite que les armes massives. La guerre bactériologique est là, latente, et pourtant bien réelle dans ce roman. Tout commence par un virus grippal inconnu au bataillon, qui se transmet d’oiseaux à humains à une vitesse folle. S’il ne tue pas, il bloque le système et sature les hôpitaux.
Sharko, Bellanger et les autres auront tout le mal du monde à remonter aux sources, pour éliminer enfin la racine du Mal. Mais ils y laisseront des plumes, notamment un personnage. Car comme d’habitude, n’attendez pas de Thilliez qu’il vous brosse dans le sens du poil !

En bref, c’est avec une pointe de nostalgie que j’ai lu et terminé ce livre. A quand la prochaine enquête avec ces personnages ? Heureusement que Thilliez a une bonne fréquence de parution ! Même s’il faudra patienter avec ses one-shot, tout aussi bons évidemment.
Quoiqu’il en soit, si vous n’avez toujours pas commencer la saga Sharko/Henebelle, je vous la conseille vivement !

Sharko :
1 – Train d’enfer pour ange rouge
2 – Deuils de miel
Henebelle :
1 – La chambre des morts
2 – La mémoire fantôme
Sharko & Henebelle :
1 – Le syndrome E
2 – Gataca
3 – Atomka
4 – Angor
5 – Pandemia

Vous aimerez si…

– Pour vous, science et thriller font bon ménage.
– Vous aimez les personnages récurrents de Sharko et Henebelle.

Bilan – Mai 2015

Le mois de mai a été également très bon niveau lecture, avec 16 livres terminés.

Globalement de très bonnes découvertes, avec néanmoins une déception.
Et concernant les genres, j’ai fait éclectique ce mois-ci, car il y a vraiment de tout : BD, thriller, romance, document, contemporain, historique, autobiographie, humour.
C’est parfait !


J’ai adoré et je conseille

 couv57441145 couv71263649 couv37702384 couv73014852

« Nous« , de David Nicholls : Une histoire sur les liens familiaux, la crise de la cinquantaine dans le couple. Voyage magnifique à travers plusieurs villes d’Europe. Et toujours très bien écrit, un vrai plaisir à lire.

« La suite ne sera que silence« , de Christian Bindner : Un polar en huis-clos où un homme qui a tué le tortionnaire de son fils de sept ans. Le Mal qui engendre le Mal. La limite très ténue entre bourreau et victime. Un sujet terrible, ancré dans le quotidien de tout le monde et on se demande « Et si cela m’arrivait ? »

« Mes conversations avec les tueurs« , de Stéphane Bourgoin : LE spécialiste mondial des tueurs en série nous raconte ses entrevues avec les tueurs pour les besoins de ses livres et ses documentaires. Stress, tension extrême, mise en condition…

« Holmes, t.1 : l’adieu à Baker Street« , de Cecil & Brunschwig : Une BD magnifique dans sa composition et son thème ; Sherlock Holmes. J’ai adoré et il me tarde de lire la suite.

« Angor« , de Franck Thilliez : Mon Thilliez du mois ! Toujours pas déçue avec cette quatrième enquête de Sharko et Henebelle réunis.

J’ai aimé

 couv58047743 couv62873156 couv64620893

 – « Sexe, drogue et natation« , d’Amaury Leveaux : Autobiographie d’un champion de natation mais surtout plongée dans les dessous d’une fédération et de la vie des sportifs de haut niveau qu’il a côtoyé. En tant qu’ancienne nageuse, j’ai été très intéressée.

« Wild seasons, t.2 : Dirty rowdy thing« , de Christina Lauren : De la romance érotique légère, bien écrite, avec deux personnages que j’ai beaucoup aimé, Harlow et Finn.

« Fight for Love, t.4 : Rogue« , de Katy Evans : Enfin un nouveau souffle pour cette saga qui m’ennuyait avec les deux précédents tomes. J’ai beaucoup aimé Melanie et Greyson, un vrai bad boy. L’alternance d’un chapitre Melanie et un chapitre Greyson est vraiment bien.

« Walking dead, t.1 : Passé décomposé« , de Robert Kirkman : Ravie d’avoir enfin découvert cette saga aux nombreux tomes ! Une mise en bouche qui m’a plu, des personnages intéressants et des illustrations au top.

« Secrets de maisons closes« , de Marc Lemonier : Un livre sur l’histoire des bordels à travers les siècles et des anecdotes. Des témoins des différentes époques évoquées.

« La croisade des voleurs« , de Jean-Michel Thibaux : Un roman historique qui a l’originalité de se dérouler au Moyen-âge et de nous évoquer toute l’épopée de la première croisade.

« Je veux un bébé tout de suite, t.2 : l’échelle de Richter« , de Juliette Merris : Une BD top sur l’arrivée de bébé et toute la première année avec lui. Humour et émotions au rendez-vous !

Lectures en demi-teinte

   couv37998650

« Lignes de fuite« , de Val McDermid : Un polar très sympa sur le thème d’un enlèvement d’enfant et de télé-réalité. Malgré tout, une fin saugrenue et le qualificatif « thriller psychologique » me semble un peu exagéré.

« Mon ex est un gros naze« , de Silvia Kahn et Laurent Storck : Livre humoristique agréable à lire mais le thème est un peu facile par rapport à leur premier livre (« Mon ado est un gros naze »).

« Wonder mum, t.2« , de Serena Giuliano Laktaf : Livre humoristique un peu fouillis, très inégal au niveau de l’humour.

La déception du mois

 

« La formule de Dieu« , de José Rodriguez dos Santos : Je m’attendais à avoir un coup de coeur donc la déception a été d’autant plus grande. J’ai adoré les thèses scientifiques et pas du tout accroché à la fiction. Dommage.

Angor – Franck Thilliez


THILLIEZ, Franck. Angor. Fleuve Noir, 2014, 618 pages, 21,90 €.


L’histoire :

Franck Sharko et Lucie Henebelle sont des parents heureux. Ils se sont promis de ne plus se mettre en danger inutilement pour les besoins d’une enquête.
Mais ils sont définitivement accro, surtout Lucie qui abrège son congé maternité pour s’engager dans une enquête tortueuse où une jeune femme est retrouvée dans une cavité sous un arbre déraciné.

Ce que j’ai apprécié :

– Quel plaisir de retrouver Franck Thilliez et ses deux personnages de Sharko et Henebelle ! Après plusieurs histoires, plusieurs enquêtes plutôt, j’ai vraiment fini par m’attacher à eux et leur histoire commune, qui me passionne vraiment. Une histoire dans l’histoire selon moi.
Dans ce nouveau tome, Lucie est en congé maternité et Sharko au turbin. Mais les deux amoureux, malgré leurs bonnes résolutions de ne plus laisser le boulot grignoter leur vie privée, sont malgré eux aspirer vers l’adrénaline et la traque du Mal. Et avec le passé que leur a créé Franck Thilliez, il est clair que cela ne s’arrêtera jamais. Et je dois bien avouer que maintenant j’ai toujours l’appréhension qu’il arrive quelque chose à un membre de leur famille. Il faut dire que Thilliez n’a pas peur de faire mourir ses personnages !
Quoiqu’il en soit, j’ai trouvé nos deux protagonistes en grande forme et leur présence ne s’essouffle pas.

– Mais ils ne sont plus les deux seuls sur le devant de la scène. Cette fois-ci, Nicolas Bellanger, leur supérieur et ami est mis en avant, tout comme Camille Thibault, un nouvel élément, jeune femme gendarme dans le Nord.
J’ai beaucoup aimé rencontré ses deux individus, cela donne une autre envergure au récit puisque Sharko et Lucie sont maintenant bien installés dans leur vie commune.
Peut-être que Nicolas Bellanger, plus jeune de Franck Sharko, deviendra un des personnage central des futurs livres de Thilliez ? A suivre !

– Concernant le thème du livre, après les techniques cinématographiques (« Le syndrome E« ), l’origine du Mal lié à l’évolution des espèces (« Gataca« ) et le nucléaire (« Atomka« ), cette fois-ci Franck Thilliez nous embarque dans le domaine médical et plus précisément le sujet du don d’organes.
Toujours aussi intéressant, et surtout l’intrigue que développe l’auteur est très complexe et pleine de ramifications comme d’habitude. Autant dire qu’on ne s’ennuie pas !
On démarre en effet par une jeune femme découverte dans une cavité sous un arbre déraciné, on poursuit avec une greffée du coeur qui fait des rêves qu’elle pense liés à la mémoire cellulaire de son nouvel organe, puis un homme énucléé  qui ne parle plus. Tout cela parsemé de morts, bien sûr, et d’un trafic de jeunes filles roms, marquées comme des bêtes.

– Et surtout, quelle fin ! On a tout de suite envie de découvrir la nouvelle enquête ! Heureusement que celle-ci sort très bientôt, le 4 juin, chez Fleuve Editions toujours (« Pandemia« ). Quoiqu’il en soit, il est clair de Nicolas Bellanger aura une place importante dans ce prochain livre.

Ce que j’ai moins/pas apprécié :

– Globalement j’ai encore une fois adoré, même si ce n’est pas mon enquête préférée. Ceci dit, j’ai été contente de découvrir de nouveaux personnages.

En bref ?

Encore une fois, je ne suis pas déçue par Franck Thilliez. Il sait, à la fois se renouveler, tout en conservant une trame de base fidèle aux précédents livres de la série.
Comme une série télévisée, le lecteur attend avec impatience le prochain épisode !