Archives par étiquette : Editions La Musardine

Bilan – Mai 2015

Le mois de mai a été également très bon niveau lecture, avec 16 livres terminés.

Globalement de très bonnes découvertes, avec néanmoins une déception.
Et concernant les genres, j’ai fait éclectique ce mois-ci, car il y a vraiment de tout : BD, thriller, romance, document, contemporain, historique, autobiographie, humour.
C’est parfait !


J’ai adoré et je conseille

 couv57441145 couv71263649 couv37702384 couv73014852

« Nous« , de David Nicholls : Une histoire sur les liens familiaux, la crise de la cinquantaine dans le couple. Voyage magnifique à travers plusieurs villes d’Europe. Et toujours très bien écrit, un vrai plaisir à lire.

« La suite ne sera que silence« , de Christian Bindner : Un polar en huis-clos où un homme qui a tué le tortionnaire de son fils de sept ans. Le Mal qui engendre le Mal. La limite très ténue entre bourreau et victime. Un sujet terrible, ancré dans le quotidien de tout le monde et on se demande « Et si cela m’arrivait ? »

« Mes conversations avec les tueurs« , de Stéphane Bourgoin : LE spécialiste mondial des tueurs en série nous raconte ses entrevues avec les tueurs pour les besoins de ses livres et ses documentaires. Stress, tension extrême, mise en condition…

« Holmes, t.1 : l’adieu à Baker Street« , de Cecil & Brunschwig : Une BD magnifique dans sa composition et son thème ; Sherlock Holmes. J’ai adoré et il me tarde de lire la suite.

« Angor« , de Franck Thilliez : Mon Thilliez du mois ! Toujours pas déçue avec cette quatrième enquête de Sharko et Henebelle réunis.

J’ai aimé

 couv58047743 couv62873156 couv64620893

 – « Sexe, drogue et natation« , d’Amaury Leveaux : Autobiographie d’un champion de natation mais surtout plongée dans les dessous d’une fédération et de la vie des sportifs de haut niveau qu’il a côtoyé. En tant qu’ancienne nageuse, j’ai été très intéressée.

« Wild seasons, t.2 : Dirty rowdy thing« , de Christina Lauren : De la romance érotique légère, bien écrite, avec deux personnages que j’ai beaucoup aimé, Harlow et Finn.

« Fight for Love, t.4 : Rogue« , de Katy Evans : Enfin un nouveau souffle pour cette saga qui m’ennuyait avec les deux précédents tomes. J’ai beaucoup aimé Melanie et Greyson, un vrai bad boy. L’alternance d’un chapitre Melanie et un chapitre Greyson est vraiment bien.

« Walking dead, t.1 : Passé décomposé« , de Robert Kirkman : Ravie d’avoir enfin découvert cette saga aux nombreux tomes ! Une mise en bouche qui m’a plu, des personnages intéressants et des illustrations au top.

« Secrets de maisons closes« , de Marc Lemonier : Un livre sur l’histoire des bordels à travers les siècles et des anecdotes. Des témoins des différentes époques évoquées.

« La croisade des voleurs« , de Jean-Michel Thibaux : Un roman historique qui a l’originalité de se dérouler au Moyen-âge et de nous évoquer toute l’épopée de la première croisade.

« Je veux un bébé tout de suite, t.2 : l’échelle de Richter« , de Juliette Merris : Une BD top sur l’arrivée de bébé et toute la première année avec lui. Humour et émotions au rendez-vous !

Lectures en demi-teinte

   couv37998650

« Lignes de fuite« , de Val McDermid : Un polar très sympa sur le thème d’un enlèvement d’enfant et de télé-réalité. Malgré tout, une fin saugrenue et le qualificatif « thriller psychologique » me semble un peu exagéré.

« Mon ex est un gros naze« , de Silvia Kahn et Laurent Storck : Livre humoristique agréable à lire mais le thème est un peu facile par rapport à leur premier livre (« Mon ado est un gros naze »).

« Wonder mum, t.2« , de Serena Giuliano Laktaf : Livre humoristique un peu fouillis, très inégal au niveau de l’humour.

La déception du mois

 

« La formule de Dieu« , de José Rodriguez dos Santos : Je m’attendais à avoir un coup de coeur donc la déception a été d’autant plus grande. J’ai adoré les thèses scientifiques et pas du tout accroché à la fiction. Dommage.

Comment transformer votre mec en Brad Pitt en 30 jours – Marie Minelli


MINELLI, Marie. Comment transformer votre mec en Brad Pitt en 30 jours. La Musardine, 2015, 124 pages, 5,90 €.


La thématique du livre :

Quelle fille n’a jamais fantasmé sur un acteur célèbre, beau gosse, et tout, et tout, façon Brad Pitt ? Marie Minelli nous donne des ficelles pour transformer notre « Jean-Chéri » en Brad Pitt en 30 jours.

Ce que j’en ai pensé :

Fidèle aux nouveaux livres d’humour qui pullulent en ce moment, la collection « Le sexe qui rit » des éditions La Musardine nous livre pour la seconde fois un guide pratique pour donner une touche de glamour à notre amoureux.
Le titre et la couverture m’ont tout de suite attirés, presque autant que le nom de l’auteur, puisque je trouve les écrits de Marie Minelli top, pleins d’humour et tout à fait adaptés à une littérature drôle et sexy.

Encore une fois, ce livre est présenté de façon très ludique : encarts, photos, typographies changeantes, questions/réponses, listes… Bref, toujours très agréables à regarder et lire. Mais presque dommage que ce soit en noir et blanc !

Attention, ne pas prendre ce livre au pied de la lettre car il est clair que Marie Minelli caricature à l’extrême nos chéris lambda, en faisant l’éloge d’un Brad Pitt ultra propre sur lui, attentionné, qui prend de son corps, etc ! En gros, si vous réfléchissez trop sur ce livre, vous n’aimerez peut-être pas. Donc, allez-y à la cool, franche rigolade, etc.
Et puis, on le sait, un mec idéal, c’est un peu comme la femme parfaite… Vous m’aurez comprise !

Personnellement, j’ai passé un moment sympa avec ce livre, même si j’ai un peu moins aimé que « Les filles bien n’avalent pas et autres clichés sur la vie sexuelle des filles« .

Les filles bien n’avalent pas et autres clichés sur la vie sexuelle des filles – Marie Minelli


MINELLI, Marie. Les filles bien n’avalent pas et autres clichés sur la vie sexuelle des filles. La Musardine, 2014, 126 pages, 5,90 €.


La thématique du livre :

Sur le modèle des livres humoristiques qui font fureur en ce moment (« La femme parfaite est une connasse« , « Comment survivre à une énorme gueule de bois ?« , etc. parus chez J’ai Lu), les éditions La Musardine se met à la page avec la collection « Le sexe qui rit » et cet excellent guide de la sexualité féminine par Marie Minelli. Ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les clichés qui abondent sur la sexualité des filles.

Ce que j’en ai pensé :

Déjà, la couverture. Je l’ai trouvé excellente ! Complètement délurée, à l’image du contenu du livre. Et effectivement, ce contenu est vraiment d’un très bon niveau dans l’humour sur les clichés sexuels. Et à la lecture du guide, on se rend compte qu’en effet, il y a beaucoup d’idées reçues sur la sexualité féminine ! Même si Marie Minelli les exagère très souvent pour les souligner avec ferveur.
En plus du contenu textuel, j’ai beaucoup apprécié la mise en page ludique comme souvent avec ce genre de livre : photos, encadrés, différentes typographies, graphiques, quiz… Pas de gros aplats de textes ennuyants, mais des petites touches thématiques qui donnent vraiment à sourire au lecteur. Et pas seulement aux lectrices ! Car ce livre fera rire autant les hommes que les femmes.
>> Très bonne idée de cadeau pour un(e) ami(e) si vous voulez amenez une touche d’humour à un anniversaire !

Marie Minelli est également l’auteur du roman « Sexe, mensonges et banlieues chaudes » (chez La Musardine toujours) que j’avais adoré !

Rayon hommes – Camille Saféris

couv72220467L’histoire :

Deux personnages :
– Zoé, une jeune femme qui décide, suite à une rupture, de faire un régime dans ses relations amoureuses.
– Barnabé, vendeur aux Grandes Galeries, qui vient d’être nommé à un tout nouveau rayon, dont le concept le sidère : des hommes à louer, en vitrine, avec des fiches techniques pour que ces dames choisissent le compagnon idéal.

Éléments de réflexion :

Camille Saféris revisite avec ce roman le concept des sites virtuels de rencontres, en les rendant réels. Mais loin du speed dating, ici c’est plutôt façon « Adopteunmec.com » : les femmes sont toutes-puissantes. Elles font leur choix face à des hommes derrière des vitrines. Trop intello, pas assez bad boy, trop négligé ? Ne vous inquiétez pas ! Vous trouverez bien chaussure à votre pied pour le week-end.

Les points positifs :

– Le concept d’histoire présenté ci-dessus est ce qui attire dans un premier temps : l’auteur va plus loin que jamais dans l’idée des rencontres amoureuses. Il pousse le consumérisme à son paroxysme, en faisant des femmes de véritables mantes religieuses, mais toujours avec un humour décapant.
– Ce que l’on attend d’un roman érotique est présent : les scènes de sexe sont bien réelles et non dissimulées. Sans toutefois prendre le pas sur la véritable histoire.
– J’ai aimé que chaque chapitre alterne entre la vision de Zoé et celle de Barnabé.
– J’ai adoré l’insertion de quelques extraits d’un livre inventé par l’auteur, façon essai sur les relations amoureuses ! Très intéressant, ça casse l’histoire et lui donne du peps, toujours en lien avec ce que vivent les personnages.

Les points négatifs :

J’ai été assez déçue par le fait qu’il n’y ait aucune relation physique entre les deux protagonistes, alors qu’évidemment, on l’attend tout du long ! Dommage.

En bref :

Un roman chick-lit/humour pimenté, qui m’a fait passé un très agréable moment, avec beaucoup plus d’humour que ceux écrits par des femmes !
Après « Sexe, mensonges et banlieues chaudes » de Sara Minelli chez La Musardine également, j’étais vraiment ravie de retrouver ce genre de roman drôle et sexy.

Sexe, mensonges et banlieues chaudes – Marie Minelli

couv23309688L’histoire :

Sara Bastide est l’héritière directe de l’empire fondée par la grande Helena Rubinstein. Jeune femme à qui tout sourit, elle n’a pas à faire beaucoup pour que ses désirs soient exaucés.
Mais cela commence à lui peser : son fiancé mou du genou, une vie sexuelle plus que plate, des amis superficiels. Aussi, lorsqu’une opportunité professionnelle sur CV anonyme se présente, elle se jette sur dessus.

Éléments de réflexion :

Ce roman érotico-romantico-humoristique présente le monde des familles riches et de la jeunesse dorée de Neuilly en opposition avec le monde des cités parisiennes et de la diversité culturelle.

Les points positifs :

– J’ai été charmée et enchantée par cette lecture : une histoire chick-lit pimentée, plus qu’un simple roman érotique comme il en fleurit beaucoup dans les librairies actuellement.
– Dès le début du prologue j’ai su que j’allais aimé le ton du roman : un one shot façon Gossip Girl à la française.
– Le personnage de Sara m’a beaucoup plu : une jeune femme lassée de sa vie de princesse emprisonnée dans son château. Mais l’exotisme qu’elle va rencontrer, elle ne va pas jouer avec mais au contraire l’apprécier au travers de Djallil et d’Aïssatou.
– Les scènes sexuelles sont bien présentes mais en même temps assez discrètes : elles ne laissent pas l’histoire à la traîne au second plan, au contraire. Elles sont diversifiées et bien faites.

Les points négatifs :

– J’ai été déçue que le livre ne soit pas plus long et donc certains aspects plus développés, notamment la relation entre Sara et Djallil. 179 pages, c’est court quand on aime ! D’autant que certains passages paraissent aller trop vite, trop survolés alors que la lectrice que je suis aurait aimé en savoir plus.

En bref ?

Entre chick-lit et roman érotique, ce livre allie parfaitement comédie romantique et vie sexuelle pimentée des personnages. Vraiment réussi.