Archives par étiquette : Editions Mosaïc

Bilan – Juillet 2015

Le mois de juillet a globalement été bon et prolifique, malgré quelques abandons.
 16 livres terminés.

Un mois où j’ai essayé de lire pas mal de livres de ma PAL, et pas uniquement des réceptions. Résultats des courses, j’ai sorti quelques vieux livres, qui se sont parfois soldés par des abandons. Et d’autres bonnes découvertes.


J’ai adoré et je conseille

   couv71119504 couv69093449

« Pandemia« , de Franck Thilliez : La voilà, la dernière aventure de Sharko et Henebelle ! Toujours aussi bon, documenté, précis, plein de suspense. Evidemment, c’est un coup de coeur !

« La nuit de feu« , d’Eric-Emmanuel Schmitt : Si vous aimez l’auteur, retenez la date du 3 septembre : Eric-Emmanuel Schmitt vous livrera un de ces mystères de la vie, un évènement qui l’a changé à tout jamais.

« Le testament de Marie« , de Colm Toibin : Un livre de la rentrée littéraire qui sera plébiscité, j’en suis sûre. L’histoire la plus connue du monde, celle de Jésus, vu par sa mère, Marie.

« Je m’appelle Blue« , de Solomonica de Winter : Ecrire un roman psychologique de cette envergure à seulement dix-huit ans c’est tout simplement une prouesse presque incroyable. Grosse claque.

J’ai aimé

 couv61137097  couv4485382 couv5319079 couv65851780 couv32447740

 – « Fight for love, t.5 : Ripped« , de Katy Evans : Un cinquième tome qui nous présente deux nouveaux personnages, Pandora et McKenna. Une belle romance qui m’a beaucoup touché.

« Faits d’hiver« , d’Alice Moine : Un roman de la rentrée littéraire sur l’instant T, entre hasard et destin. Joliment écrit.

« Le cimetière du diable« , de Anonyme : Le plus vieux livre de ma PAL n’est plus ! Toujours une atmosphère rock’n’roll, hâchée, crue, détonnante. Hâte de lire le tome 4.

« Noblesse oblige, t.4 : Le gentleman mis à nu« , de Sally MacKenzie : Une romance historique dans la lignée des précédentes. Le schéma est le même, et j’adore ça. Humour et détente au rendez-vous.

« Une fille parfaite« , de Mary Kubica : Un roman psychologique bien construit, plusieurs points de vue et surtout une fin très intéressante.

« Thérapie« , de Sebastian Fitzek : Thriller court, qui m’a bien fait flipper pour le côté psychiatrique chelou ! Une fin un peu bizarre quand même.

« Chiens de sang« , de Karine Giébel : Malgré les avis négatifs, j’ai vraiment aimé ce thriller, où l’auteure aborde le thème de la traque humaine, de la chasse.

Lectures en demi-teinte

     couv50843874 

« Des noeuds d’acier« , de Sandrine Collette : Une histoire intéressante, mais un style étonnant au début et surtout, pas assez d’inspection psychologique. J’ai hâte de voir ce que l’auteur nous propose dans ses autres livres.

« Freaks’ Squeele, t.6 : Clémentine« , de Florent Maudoux : J’adore toujours autant le dessin et l’humour de la saga, mais ce tome-là est plus brouillon, je me suis perdue dans l’histoire, dommage. J’attends de voir le septième et dernier tome.

« Trait bleu« , de Jacques Bablon : J’ai adoré le style décapant et résolument rock. Par contre, je n’ai pas saisi la finalité de l’histoire, je suis restée hermétique.

« Le prince de la brume« , de Carlos Ruiz Zafon : Toujours une écriture et un style magnifique ; mais ici l’histoire est trop jeunesse et surtout trop de questions sans réponses.

« Les morsures de l’ombre« , de Karine Giébel : Un thriller à l’histoire excellente, effrayante mais le style ne m’a pas vraiment plus ici. Final génial par contre.

J’ai abandonné

   couv39223388 couv45019149 couv68944268

« Ladies’ Taste, t.1« , de Laura Trompette : Je n’ai pas adhéré à l’histoire d’une romance érotique entre deux femmes. Cependant, l’écriture est sympathique donc n’hésitez pas à tenter.

« Si je reste« , de Gayle Forman : Lecture trop jeunesse et je n’en ai pas envie en ce moment. Résultat, je n’ai pas accroché.

« La croix des assassins« , de Giacometti & Ravenne : Je me demande si les thrillers ésotériques m’intéressent toujours autant qu’avant ! En tout cas, les templiers n’ont pas su me séduire ici.

« Divergente, t.2« , de Veronica Roth : Je crois avoir trop attendu à lire ce tome 2 alors que j’avais adoré le 1. Je n’ai tout simplement plus envie d’en savoir plus sur les personnages.

« Sacrifices« , de Pierre Lemaître : Je retenterais certainement la lecture de ce thriller, mais je dois avouer que j’ai trouvé l’histoire ennuyante, malgré le fait que le style est toujours aussi excellent.

Une fille parfaite – Mary Kubica


KUBICA, Mary. Une fille parfaite. Mosaïc, 2015, 390 pages, 19,90 €.
Traduit de l’américain par Carole Benton.


L’histoire :

Mia Dennett, fille d’un riche juge de Chicago, ne sait pas ce qui l’attend en suivant un soir un bel inconnu rencontré dans un bar. Sa vie ne sera plus jamais la même.

Ce que j’en ai pensé :

« Une fille parfaite« , c’est l’histoire d’un kidnapping, celui d’une jeune héritière, fille d’un influent juge de Chicago. J’ai pu lire ici ou là, qu’on avait affaire à un thriller psychologique. Attention ! Moi qui suit adepte de ce genre de lecture, je ne qualifierais pas ce roman de tel. Il s’agit davantage d’un policier assez classique, qui décrit un enlèvement.

Cependant, cela n’empêche pas que l’histoire soit intéressante, au contraire. Et son grand intérêt, selon moi, se trouve d’abord dans les choix narratifs de Mary Kubica. L’auteure a en effet choisi de développer trois points de vue différents : celui d’Eve, la mère de Mia ; celui de Gabe, l’inspecteur en charge de l’enquête ; et enfin celui de Colin, le ravisseur de Mia. Ce dernier ayant été le plus passionnant lors de ma lecture. Chaque personnage s’exprime donc à la première personne du singulier, ce qui nous le rend plus proche. A cela s’ajoute deux degrés de temporalité : durant l’enlèvement et après, une fois que Mia a été retrouvée.

L’issue du livre, vous l’aurez compris, n’est donc pas de savoir ce qu’il advient de Mia, puisque dès le début le lecteur sait qu’elle s’en sortira. Néanmoins, les séquelles sont terribles, notamment une amnésie totale de la durée de son rapt. Une personne traumatisée, qui est absolument incapable de parler de sa détention et de son ravisseur. Ce n’est qu’à la toute fin que tout se démêle, très vite, peut-être même trop vite. Je rejoins d’autres avis de lecteurs sur ce point.

Finalement, ce qui m’a le plus plu dans ce roman, c’est la relation entre le bourreau, Colin, et sa victime, Mia. Tout cela raconté par Colin, le ravisseur, avec ses états d’âme et sa position vis-à-vis de la jeune femme. Ce lien très fort est d’une ambiguité terrible, un rapport de force dont on sent la fragilité dès les premiers jours de cohabitation dans ce chalet perdu dans la montagne. J’ai aimé voir l’évolution tangible des rapports, avec une fin édifiante.

En bref, une histoire sur les relations humaines, notamment au sein de la cellule familiale ; où l’argent, ses méfaits et le qu’en dira-t-on tiennent une place importante.

Vous aimerez si…

– Vous aimez les thrillers soft, sans hémoglobine, avec toutefois une dose de suspense.
– Vous aimez les histoires où le bourreau s’exprime à la première personne.