Archives par étiquette : Editions Gallimard

A boire et à manger, tome 3 : Du pain sur la planche – Guillaume Long


LONG, Guillaume. A boire et à manger, t.3 : Du pain sur la planche. Gallimard, 2015, 137 pages, 13,99 € (numérique).


L’histoire :

Guillaume Long propose un livre de cuisine un peu particulier, sous forme de bande dessinée, où humour et conseils culinaires se succèdent.

Les illustrations :

Les illustrations m’ont beaucoup plu : très détaillées et colorées, elles sont résolument en adéquation avec le ton humoristique de la bande dessinée. Par contre, j’ai été parfois gênée par le texte, façon écriture manuscrite, qui prend souvent beaucoup de place dans les bulles. Un peu fastidieux à lire.

Pour quel public ?

Une bande dessinée à offrir à vos amis amoureux de cuisine ! Car en plus de passer un bon moment de lecture, ils pourront y piocher de vraies recettes, illustrées donc, et détaillées à la façon d’un livre de cuisine classique.
Vous l’aurez compris, ce n’est pas une BD pour les enfants mais bien pour les adultes !

Ce que j’en ai pensé :

Première expérience de lecture numérique de bande dessinée, grâce à la plateforme Sequencity, qui offre une large gamme de BD pour un prix modique. Pour exemple, ce tome 3 de « A boire et à manger » coûte 22,50€ au format broché et seulement 13,99€ sur Sequencity. Par contre, il ne s’agit pas d’une plateforme de téléchargement, mais bien un catalogue numérique où vous pouvez acheter et lire les livres.

Concernant la BD elle-même, j’ai été vraiment charmée ! J’avais adoré Frères de terroirs, t.1, mettant en scène le terroir et la gastronomie française, j’étais donc très curieuse de découvrir une nouvelle façon de mettre en avant la cuisine par le biais de la bande dessinée. Et le pari est réussi. Très différent dans le ton et la forme, Guillaume Long donne à voir un ouvrage résolument humoristique, dans lequel il propose au lecteur des recettes de cuisine variées telles que du Poulet au vin jaune et aux morilles, la Soupe froide courgette, ou encore les Petites tartes tatin à la mangue. Avec également des astuces culinaires diverses. Tout cela entrecoupé d’anecdotes personnelles de l’auteur, toujours concernant la cuisine ou la rédaction de ses BD.
J’ai apprécié la diversité des histoires et des recettes et j’avoue que je ne m’attendais pas à ce que le tout soit aussi empreint d’humour et d’auto-dérision.

Une réussite, vous l’aurez compris. Comme il s’agissait d’un tome 3, il me tarde de découvrir les tomes précédents qui, selon les divers avis que j’ai pu lire, sont encore meilleurs. A suivre !

Vous aimerez si…

– Vous aimez la cuisine et l’humour !

Bilan – Mars 2015

Un mois de mars encore plus prolifique que février avec pas moins de… 17 livres lus

Un mois très éclectique, comme je les aime. Pleins de styles différents, pour ne pas s’ennuyer, c’est parfait.


J’ai adoré et je conseille

  

« Réconciliez-vous !« , de Marek Halter : Un très court pamphlet comme hymne à la paix. Marek Halter, un auteur que j’a-do-re, qui écrit très bien, avec la particularité d’user de phrases simples, directes. Il parle à tout le monde, clairement.

« Un tout petit rien« , de Camille Anseaume : Un livre sur l’avortement, le fait de devenir mère célibataire, la grossesse d’un enfant arrivé par hasard. Une écriture magnifique, de l’humour, beaucoup, beaucoup d’émotions !

« Le voyant« , de Jérôme Garcin : La biographie d’un résistant que la France a oublié, déporté à Buchenwald, revenu sans les honneurs. Mais surtout, ce livre, c’est l’écriture de Jérôme Garcin. Superbe.

« La mémoire fantôme« , de Franck Thilliez : Evidemment, un livre de Franck Thilliez, parce qu’en ce moment, c’est peut-être pour moi LE meilleur auteur français de thrillers. De la science, du suspense, c’est bien écrit, bien ficelé, et surtout la fin est surprenante. Top. Lisez Thilliez surtout !

« Tu mourras moins bêtes, t.3 : Science un jour, science toujours !« , de Marion Montaigne : Cette nana est excellente ! Ses BD sont drôles et intelligentes. Et puis, ça parle de science, donc c’était fait pour moi. J’ai autant adoré que les deux premiers tomes et je vous conseille assidûment.

J’ai aimé


 

 – « La patience du diable« , de Maxime Chattam : Un de mes auteurs favoris de thriller et ici il ne m’a pas déçu. On va notamment nous parler de traffic de peau humaine, alors accrochez-vous !

« Trois jours« , de Laurence Barry : Couverture hideuse mais contenu très bon. Ca parle de conflit israélo-palestinien, de racisme, de deuil et d’amour aussi. De belles valeurs dans cette lecture.

« Indécise, t.1« , de S.C. Stephens: Une romance young-adult érotique, gros pavé, avec un triangle amoureux assez sympathique. Il y a des beaux gosses, de la tension sexuelle. Je l’ai trouvé facile à lire et assez addictif.

« Freaks’ Squeele, t.4 : Succube Pizza« , de Florent Maudoux : Vous voulez commencez les comics ? Jetez-vous sur cette saga ! Ces apprentis super héros vous feront bien rire et vous vivrez avec eux leurs aventures étonnantes.

« Duelle« , de Barbara Abel : Un très bon thriller, sur le thème de la famille, de la jalousie et des faux-semblants. Malgré une histoire un peu longue parfois, c’est très bien ficelé.

« Une larme m’a sauvée« , d’Agnès Lieby : Un témoignage bouleversant sur une femme prisonnière de son corps. Tout le monde la croit inconsciente et insensible. Mais elle ressent tout. Une angoisse indicible.

« Fight for love, t.1 : Real« , de Katy Evans : Une nouvelle saga de romance érotique, plus adulte, dans le monde du sport, ce qui change des autres romances. Un boxeur, une rééducatrice sportive. Très sympa !

Lectures en demi-teinte

   

« Love game, t.1« , d’Emma Chase : Romance érotique assez classique, pas désagréable à lire, originale dans le sens où on a uniquement le point de vu de l’homme. Par contre, j’ai détesté le fait que celui-ci s’adresse sans cesse au lecteur : trop lourd !

« Envole-toi octobre« , de Virginie Troussier : Un roman sympa avec un thème original puisqu’il traite essentiellement de la mélancolie pathologique. Par contre, trop d’emphase, une écriture presque trop mélancolique du coup. Un poil lourd à la lecture.

« L’enfant de Néandertal« , de Thierry Béthune : Le sujet était top (l’évolution des espèces, Néandertal vs Sapiens) mais trop en surface et un personnage principal absolument pas crédible ! Dommage.

Les déceptions du mois

 

« Sublime« , de Christina Lauren : Je n’ai trouvé aucun intérêt à cette histoire d’amour : je n’ai rien ressenti, je n’ai pas trouvé les personnages très attachant. Il faut dire que je l’ai lu sur le mois de mars entier donc très morcelé.

« Fight for love, t.2 : Mine« , de Katy Evans : Une suite que j’ai trouvé sans saveur, plate et gnangnan. Je me suis ennuyée et je souhaitais le terminer au plus vite. Bref, j’espère que la suite sera meilleure…

Le voyant – Jérôme Garcin


GARCIN, Jérôme. Le voyant. Gallimard, 2015, 192 pages, 17,50 €.


L’histoire :

Jacques Lusseyrand. Un nom qui ne parle à personne. Pourtant, il s’agit d’une figure de la résistance française, déporté et rescapé du camp de Buchenwald, puis mis au rebut par son pays, la France.

Ce que j’ai apprécié :

– Jérôme Garcin, par son entreprise même, a toute ma sympathie, car il a remis en lumière un homme qui a joué un rôle dans la résistance française lors de la Seconde Guerre Mondiale mais qui, comme beaucoup d’autres, n’a pas eu les faveurs de la postérité. Dans cette biographie, courte mais complète, il dresse le portrait de celui qui su tirer profit de sa cécité précoce pour voir autrement le monde qui l’entourait.
C’est un portrait tendre mais néanmoins sans concession.

– Je n’avais jamais entendu parler de Jacques Lusseyrand. Aveugle à huit ans, il trouva vite la lumière intérieure à défaut de voir à nouveau celle de l’extérieur. Un handicap qui ne l’empêchera pas de créer le groupe Les Volontaires de la Liberté dans son lycée de Louis-le-Grand en 1941. De même, il intègrera très vite le comité directeur du journal résistant Défense de la France. Il a seulement dix-sept ans.
On sait que nombre de résistants durant cette guerre furent parfois très jeunes. Ce livre, à travers l’histoire de Jacques Lusseyrand, leur rend aussi hommage. Car évidemment, la postérité ne pouvait peut-être pas retenir chaque nom de chaque courageux qui officia pour notre liberté. Mais les romanciers tels que Jérôme Garcin les aide à se reprendre une place, si petite soit-elle. Je loue cette démarche historique, et j’avoue avoir été particulièrement touchée par un passage du roman, où l’auteur cite des passages des lettres de certains jeunes résistants qui furent fusillés. Ils avaient moins de vingt ans et prouvent leur étonnante maturité et leur fierté de mourrir pour la liberté des futures générations. C’est terriblement émouvant.

– J’ai trouvé l’écriture de Jérôme Garcin magnifique. Je n’avais jamais lu cet auteur, mais quelle maîtrise de la langue, quelle poésie dans chacune de ses phrases. J’ai été sincèrement touchée par le style car, il révèle, entre les lignes, la tendresse et l’admiration de l’auteur pour son personnage. Ce n’est pas un biographie lambda. Ce n’est pas lourd, ni didactique. Ce n’est pas descriptif, ni dénué d’émotions. C’est tout le contraire, en vérité.

Ce que j’ai moins/pas apprécié :

– Je cherche des points plus négatifs à cette lecture mais à vrai dire je n’en trouve pas, à chaud. J’aurais pu dire que, ayant adoré ce livre, je me serais laissée aller à lire un peu de pages en plus. Mais en fait, non. Les quelques 190 pages se suffisent largement.

En bref ?

Premier livre sur 4 lu dans le cadre de la sélection finale du Prix Relay des voyageurs-lecteurs 2015. Et quelle lecture ! Si les trois autres livres sont du même acabit, le choix sera dur !

Prix Relay des voyageurs-lecteurs 2015

prix-relayCette année, c’est avec grand plaisir que j’ai été sélectionnée pour faire partie des lecteurs de la sélection finale pour le Prix Relay des Voyageurs-Lecteurs !

Dans ce cadre, j’ai reçu les deux premiers titres en lices (sur les quatre qui seront en compétition). Je les lirais bientôt afin de vous faire part de mon avis et, pourquoi pas, vous donner envie de les lire et de voter pour votre livre préféré sur le site du Prix Relay !

Pour avoir plus d’infos, rendez-vous sur le site de l’organisation.

En attendant, je vous présente les deux premiers livres :

– « Danser les ombres » de Laurent Gaudé (Actes Sud)

– « Le voyant » de Jérôme Garcin » (Gallimard)

IMGP8888

3 mètres au-dessus du ciel – Federico Moccia

moccia
Quatrième de couverture :

Jeunes et déchaînés, ils s’aiment
jusqu’à décoller de terre,
jusqu’à toucher le ciel.
Plus que ça.
Au moins.., trois mètres au-dessus du ciel !
Mais ils ne sont pas seuls: il y a le lycée,
les parents, la bande de copains qui dérape
et franchit les limites…

Mon avis :

Federico Moccia, un auteur qui enchante la jeunesse italienne avec des ouvrages young adult presque tous adaptés au cinéma. Aussi, il me tardait de découvrir un de ses romans, son premier, dont la critique est plutôt élogieuse.

Continuer la lecture