Thé vert et arsenic – Frédéric Lenormand


LENORMAND, Frédéric. Thé vert et arsenic. Points, 2015, 264 pages, 6,70 €.


L’histoire :

Comme chaque année dans la Cité interdite, le Fils du Ciel attend la livraison de son thé personnel. Mais en cette année 670 il charge le juge Ti de superviser la récolte. Une série d’empoisonnements survient tout près des plantations, et le juge comprend alors les vraies raisons de sa venue. Il va devoir redoubler d’inventivité pour apprendre à discerner, de tasse en tasse, le thé vert du poison.

Ce que j’en ai pensé :

Je connais Frédéric Lenormand à travers son excellente série « Voltaire mène l’enquête« . Un Voltaire caustique, hypocondriaque, agaçant au possible et tellement drôle ! Je voulais donc tester sa série « Les nouvelles enquêtes du juge Ti » qui se passe cette fois-ci dans la Chine de l’an 670.

Nous suivons le Juge Ti, qui va être envoyé dans une contrée reculée pour inspecter la récolte de thé vert. Tout semble calme, il craint de s’y ennuyer mortellement, jusqu’à ce qu’il découvre une mort déguisée en suicide.

Autant être sincère, cette fois-ci je suis restée hermétique à cette histoire. Et le plus gros problème est que je n’ai pas accroché du tout aux personnages, que j’ai trouvé trop abstraits, pas assez réels, ni profonds. Or, c’est précisément ce que je cherche maintenant dans mes lectures et surtout les polars. Cette distance m’a carrément fait sortir de ma lecture. J’ai persévéré mais tout en adoptant une lecture rapide, pour ne pas tout bonnement l’abandonner.

Néanmoins, ce n’est pas un polar classique puisque le sujet du thé le rend au contraire très original. Pour les vrais amateurs de ce breuvage, vous en apprendrez plus sur les usages qui l’entourent. D’ailleurs on devine le travail de documentation de Frédéric Lenormand, tant sur ce sujet-là que sur la Chine du VIIe siècle.

Mais voilà, on ne peut décidément pas tout aimer, et là j’ai été plutôt déçue. Je passe donc mon tour pour cette série autour du Juge Ti ; mais à vous de vous en faire un avis !

Vous aimerez si…  

  • Vous aimez les polars originaux, ici autour du thé vert.
  • La Chine antique vous intéresse.

Retrouvez les éditions Points sur Le Cercle Points, Twitter, Facebook & Instagram !

unnamed

Victor Hugo. Aux frontières de l’exil – Gil & Paturaud

couv65191652L’histoire :

Victor Hugo est en exil sur l’île anglaise de Jersey. Il ne se remet de la mort de sa fille Léopoldine, décédée dix ans plus tôt dans le naufrage d’un petit bateau.
Lors d’une séance de spiritisme, elle lui apparaît en lui demandant de résoudre le mystère de sa mort. Dès lors, il se lance dans une enquête qui va le mener de nouveau à Paris.

Les illustrations :

Magnifiques, pas d’autre mot pour décrire ces personnages et ces paysages. Les ambiances sont parfaitement rendues, essentiellement dans des camaïeux de marrons, de vert. Les trais sont précis et si beaux ! Mais ce que j’ai préféré, ce sont les visages d’un réalisme qui transmet toutes les émotions. C’est superbe.

Pour quel public ?

Une bande dessinée destinée à un public adulte, qui connaît l’histoire de Victor Hugo ou qui souhaite découvrir cette partie de sa vie dans les années 1850.

Ce que j’en ai pensé :

Vous l’aurez compris, les illustrations m’ont plus que charmées. Mais l’histoire a été également une excellente découverte.
Et un bonus pour le dossier de fin d’ouvrage avec des notes historiques, la réalité et la fiction dans cette histoire ainsi que des esquisses.
>> J’ai découvert cette bande dessinée au hasard de mes pérégrinations en bibliothèque, et je suis tellement contente d’être tombée dessus. Ca fait partie des beaux hasards.
Je la recommande chaudement.

Léonard & Salaï, t.1 : Il salaïno – B. Lacombe et P. Echegoyen

couv43204688L’histoire :

Le parcours de Léonard de Vinci sur les seize années qui verront sa relation exclusive avec Salaï, un jeune homme très talentueux auquel sont prêtées la réalisation de nombreuses œuvres du maître.

Les illustrations :

J’ai découvert Benjamin Lacombe et Paul Echegoyen grâce à cette bande dessinée. L’originalité c’est qu’elle a vraiment été réalisée à 4 mains, sans qu’il y ait de différences frappantes entre les illustrations. Benjamin Lacombe illustre les personnages, avec une patte bien à lui, reconnaissable entre mille, que ses fans adorent. Paul Echegoyen quant à lui retranscrit les paysages et architectures de la Renaissance avec majesté.
Ce qui est intéressant également, ce sont les couleurs : des camaïeux, des ocres, des violets essentiellement. Parfois, pour les peintures, tout un panel de couleurs pour représenter les tableaux du maître.

Pour quel public ?

Lecture graphique destinée aux adolescents et aux adultes. En gros, il faut connaître mais aussi être intéressé par l’histoire de l’art et le personnage de Léonard de Vinci. Ou bien, adorer les deux auteurs-illustrateurs !

Ce que j’en ai pensé :

– J’ai adoré le thème en général ainsi que les illustrations et le choix restreint de couleurs.
– Point positif pour l’interview des deux auteurs en fin d’ouvrage qui nous en apprend plus sur les choix opérés. Notamment, j’ai apprécié de savoir les recherches très approfondies effectuées pour une volonté de montrer les personnages de Léonard de Vinci et de Salaï tels qu’ils étaient. Léonard n’est pas le vieil homme à la longue barbe ; et Salaï est un jeune homme beau et tendre, mais aussi capricieux et terriblement jaloux.
– Par contre, trop court ! Au début, j’ai trouvé que l’histoire allait trop vite, j’aurai aimé en savoir plus sur les début de la relation entre les deux personnages.
– Enfin, j’ai trouvé que l’écriture est particulièrement petite… Il ne faut pas avoir de problème de vue !

Europeana. Une brève histoire du XXe siècle – Patrik Ourednik

Quatrième de couverture :

Qu’est-ce que la vérité historique ? La vérité littéraire ? La vérité de la mémoire ? Ce livre ne fournit aucune réponse ou pire, il nous en fournit, nonchalamment, une telle quantité – on croirait assister à une dernière démarque de la solderie du XXe siècle – que cela revient au même. Cependant il nous livre peut-être une piste avec le thème du Bug du Millénium : si les ordinateurs avaient identifié de façon erronée l’année s’annonçant pendant la nuit du 31 décembre 1999, cela aurait été “comme si le vingtième siècle et l’attentat sur l’héritier du trône d’Autriche n’avaient jamais eu lieu”.

Mon avis :

Imaginez-vous vos arrières-petits-enfants (ou plus loin encore !) qui seraient curieux de connaître les grandes lignes de l’histoire du XXe siècle. Avec Patrik Ourednik et son Europeana, une brève histoire du XXe siècle, ils auront matière à nourrir leur curiosité et à découvrir différentes facettes de 100 ans qui ont vu naître les pires atrocités.

Lire la suite

Les étrangers du temps, t1 : Destins obscurs – Corinne Gatel-Chol

Quatrième de couverture :

Colombe. Hadrien.
Deux destins… deux lignes parallèles, sur le même plan, qui jamais ne se croisent.
1896 – Colombe survit dans un 19e siècle où la vie et la mort ne se différencient guère.
De nos jours – Hadrien dérive dans un présent aseptisé qui va bien trop vite pour lui.
Rien ne devrait permettre qu’un jour leurs vies se rejoignent. Et pourtant…

Mon avis :

« Les étrangers du temps » est le premier tome d’une série qui en comporte quatre. Avec une magnifique couverture et un résumé intrigant, Corinne Gatel-Chol m’a surprise par une histoire que j’ai trouvé prenante du début à la fin.

Lire la suite