Dating you Hating you – Christina Lauren


LAUREN, Christina. Dating you hating you. Hugo et Cie, Hugo New Romance, 2017, 393 pages, 17 €.



L’histoire :

Lors d’une rencontre embarrassante à Halloween, Carter et Evie, deux agents extrêmement influents d’Hollywood flashent l’un pour l’autre. Mais lorsque qu’ils sont mis en compétition pour le même poste —, leur belle romance se transforme en guerre ouverte pour se saboter. Pourtant la rivalité entre ces deux trentenaires, compétents et haut placés, ne suffit pas à éteindre la flamme ces deux tourtereaux adeptes de l’amour vache.

Ce que j’en ai pensé :

Le duo de choc de la romance érotique revient sur le devant de la scène avec un one-shot qui promet d’être drôle et sexy ! Et pourtant…

⇒ Le contexte – l’ambiance

Los Angeles, planète Hollywood. Les personnages sont agents de personnalités, au sein d’agences réputées. Ils sont acharnés de travail. On évolue donc dans une ambiance de cinéma, de caprices de stars, et de compétition. Evie et Carter se rencontrent, se plaisent et quelques jours plus tard, leurs deux agences fusionnent en une seule : mais pas sûr qu’il y ait encore une place pour chacun d’eux dans cette nouvelle entité… Tous les coups sont permis !

On est dans un style beaucoup plus chick-lit que romance érotique dans ce nouveau livre des célèbres Christina Lauren. Ce qui ne me pose pas vraiment de problème même si j’avoue que leurs deux séries érotiques étaient des références en la matière.
Le style humoristique est plutôt bien maîtrisé mais malheureusement au détriment de la romance que j’ai trouvé assez peu crédible finalement.

⇒ Les personnages

Evie est une femme accomplie, si ce n’est sa vie amoureuse. A trente-trois ans, elle semble savoir ce qu’elle veut et, professionnellement, elle est accomplie. Les deux seuls couacs, ce sont sa vie sentimentale quasi absente ainsi que son patron sexiste et complètement mégalo.

Carter a vingt-huit ans, plutôt beau gosse mais dans un style assez simple. Il adore lui aussi son job mais est plus jeune qu’Evie, donc un peu moins d’expérience. Mais pour Brad, le boss, il a l’avantage d’être un homme. Ce qui va avoir le don d’exaspérer Evie.

Les deux sont joueurs mais, en tant qu’amoureux de leur job, ils veulent le conserver coûte que coûte ; et cela passe par des crasses franchement drôles !

Ce que j’ai apprécié également, c’est de retrouver des personnages sans bagages énormes, pas de passés détruits, pas de vie tragique, et pas non plus d’homme ultra riche. Des individus somme toute assez banals, mais dans le bon sens du terme !

Le bémol, c’est le caractère de Carter, que j’ai trouvé assez peu affirmé pour un personnage masculin de romance. Un détail peut-être un peu cliché, mais néanmoins dans les romances il doit y avoir une part de « brun ténébreux » comme je les appelle. En conclusion, je préfère les bad boy !

⇒ En bref ?

Pas le meilleur romance des auteurs. Je me suis même un peu lassée sur la fin, ce qui m’a beaucoup déçue puisque j’adore leurs romances habituellement. Elles en ont beaucoup écrit et toutes ont été des moments de lectures excellents. Sauf celui-ci…
Néanmoins, beaucoup d’humour et une écriture toujours maîtrisée.

Je conseille si vous aimez…

– la chick-lit
– les romances drôles et moins érotiques


Driven, t.1 – Kay Bromberg


BROMBERG, Kay. Driven, t.1. Acrodacrolivres, 2015, 400 pages, 17 €.



L’histoire :

Pour se protéger de déboires passés, Rylee Thomas est toujours dans le contrôle d’elle-même jusqu’au jour où elle rencontre le seul homme qui, justement, pourrait lui donner envie de lâcher prise… Colton Donavan, un boy superbe, arrogant et ténébreux, habitué à obtenir tout ce qu’il désire. Une histoire d’amour torride entre une femme qui cherche à se reconstruire et un pilote de course intrépide, constamment sur le fil du rasoir, qui repousse toujours plus loin ses propres limites comme celles des autres.

Ce que j’en ai pensé :

Une romance dans la plus pure tradition des romances en littérature à l’américaine ! Un homme riche, une femme simple, des passés très compliqués. Et une histoire d’amour qui ne devrait pas exister, et pourtant…

⇒ Le contexte – l’ambiance

Cette romance évolue dans une ambiance électrique ; entre deux sujets distincts : la course automobile, à travers Colton et l’enfance abandonnée à travers l‘orphelinat pour garçons dans lequel travaille Rylee, l’héroïne du roman.
Ce dernier sujet est vraiment bien traité. Il évoque la détresse psychologique des jeunes garçons et adolescents face à une société qui les juge et dans laquelle ils ont souvent du mal à se faire une place.

⇒ Les personnages

J’ai eu un coup de coeur pour chacun des personnages principaux de l’histoire.

Rylee Thomas est une jeune femme de vingt-six ans, qui, depuis deux ans, vit uniquement pour l’orphelinat, cette cause qu’elle défend bec et ongle. Elle a noué une relation très complice avec les garçons et les soutient comme une mère.
C’est une femme pulpeuse, loin des stéréotypes du mannequinat. Peu à l’aise sur le devant de la scène, c’est une femme de l’ombre.
Un évènement de son passé l’a changé en profondeur et lui fait faire des cauchemars à répétition.

Colton Donovan est à l’anti-thèse de Rylee. Champion de course automobile F1, il est célèbre, beau, tombeur de ces dames. Il ne cache sa non-volonté de s’engager et ne cherche que des relations éphémères.
Lorsqu’il rencontre Rylee, c’est le choc : la peur de ce qu’il ressent, de l’impossibilité qu’il a de lui promettre une vraie relation.
C’est un homme torturé qui cache des blessures dont l’auteur ne nous révèle rien dans ce tome 1 !

⇒ En bref ?

Ce tome 1 m’a convaincu et m’a donné envie de suivre l’histoire de Rylee et Colton. Je vous conseille cette romance !

Je conseille si vous aimez…

– les personnages torturés dans les romances
– l’érotisme !

Follow me, t.2 : Nouvelle chance – Fleur Hana


HANA, Fleur. Follow me, t.2 : Nouvelle chance. Hugo et Cie, 2017, 351 pages, 17 €.



L’histoire :

Au moment où Margaux revient dans le Sud et devient la nouvelle voisine d’Anthony, elle a dans ses bagages un cœur brisé et une amitié qu’elle a elle-même piétinée.
Elle a besoin d’une épaule, il lui propose son soutien. Elle lui propose son amitié, il a besoin de plus.
En chamboulant leurs repères, leur rencontre pourrait tout changer… et leur offrir une nouvelle chance.

Ce que j’en ai pensé :

Ravie d’avoir retrouvée l’écriture de Fleur Hana dans cette nouvelle romance qui est la suite de « Seconde chance », dont j’avais adoré l’humour et le fort caractère du personnage féminin.
L’écriture et le style sont toujours très bons, c’est travaillé, et beaucoup moins redondant dans ce tome 2 que l’impression que j’avais eu sur le tome 1.

⇒ Le contexte – l’ambiance

Ici, on retrouve Ange et Lise nos personnages du tome 1 en second plan, car Anthony fait parti de leur groupe d’amis. Margaux est l’élément extérieur, qui vient retrouver ses pères (couple homosexuel) dans le Sud pour déconnecter de sa vie parisienne.

Le point fort de cette romance, c’est incontestablement encore une fois l’originalité des sujets abordés. Nous avons évidemment la romance, qui suit les codes du genre. Mais à côté de ce thème léger, Fleur Hana aborde la maladie, la mort et l’homosexualité. Mais aussi, l’homoparentalité dans la société. Autant de sujets que je n’avais encore pas rencontré dans ce type de littérature. Bon point !

⇒ Les personnages

Anthony et Margaux. Deux personnages très attachants. Un homme pas du tout macho, qui n’enchaîne pas les conquêtes ; et qui se retrouve complètement décontenancé par cette jeune femme façon pin-up d’un autre temps.
C’est un duo très simple, beaucoup moins d’étincelles que celui du tome 1 puisque les caractères sont plus posés, moins extravagants. Margaux a vécu une grosse déception amoureuse et se retrouve seule, repoussée par son cercle d’amis. Anthony vit dans une perpétuelle angoisse d’abandon.

Ils se plaisent mais, tour à tour, ont peur de se faire confiance. Leur relation devra se gagner à coups de séduction.

⇒ En bref ?

Une romance qui plaira aux adeptes du genre. Une auteure française alors un peu de Cocorico ne fait pas de mal, d’autant qu’elle n’a rien à envier à ses homologues anglo-saxonnes.

Et surtout, vivement le tome  3 ! Et oui, car on y retrouvera Sofiane, un autre ami qui me plaît déjà avec son franc parler et son rentre-dedans très drôle.

Je conseille si vous aimez…

– les histoires d’amour,
– la mode 50’s, les pin-up !


 

Follow me, t.1 : Seconde chance – Fleur Hana


HANA, Fleur. Follow me, t.1 : Seconde chance. Hugo et Cie, 2017, 312 pages, 17 €.



L’histoire :

Lise et Ange. Ils étaient amoureux, avec la douceur et l’émerveillement qu’un premier amour peut apporter. 17 ans, il savait déjà.
18 ans, elle est partie.
Il ne s’en est jamais vraiment remis. Elle ne l’a jamais vraiment oublié. Et puis elle est revenue. Pas pour lui. Mais maintenant qu’elle est là, elle le veut, lui. Il essaie vraiment, mais il a tellement souffert qu’il ne sait plus lui faire con ance…
L’histoire de Lise et Ange est une histoire de la deuxième chance. Celle qu’elle lui demande et qu’il n’est pas sûr d’être en mesure de lui offrir.

Ce que j’en ai pensé :

Comme souvent dans les romances contemporaines en littérature, un éditeur se place au-dessus des autres à mon sens : Hugo & Cie avec notamment sa collection Hugo New Romance, qui a pris depuis quelques années une place importante en librairie ; ainsi que dans les bibliothèques des lecteurs. Follow me est un de leur nouveau titre.

Lise et Ange, c’est l’histoire de deux adolescents qui vivent leur amour avec légèreté, jusqu’au jour où Lise étouffe et ressent le besoin de s’échapper. Ce qu’elle ne sait pas c’est à quel point Ange en souffrira et à quel point cela affectera la construction de sa vie adulte.
Lise part mais regrette vite. Cependant, il faut qu’elle construise sa vie, ce qu’elle fait ; jusqu’à ce qu’elle doive revenir voir Annabelle sa vieille amie, qui a toujours joué le rôle de grand-mère pour elle. Presque dix ans passent avant les retrouvailles forcées ; la confrontation.

Le retour de Lise, c’est avant tout le choc de l’amour encore présent, des situations « je t’aime mais je te rejette », mais aussi beaucoup d’humour. Et c’est bien ce point-là qui m’a agréablement surprise dans ma lecture. Il est rare d’avoir autant de situations cocasses, rendues possibles grâce à Lise et la jeune Emma, cinq ans.
Lise et Emma, ce sont des conversations franchement drôles, avec une presque trentenaire qui n’a pas honte de dire que les enfants, très peu pour elle, aucun intérêt. J’ai adoré cet humour cinglant. Aucune mièvrerie ici, et c’est louable !

Néanmoins, j’ai été parfois lassée par la redondance des rencontres entre Lise en Ange ; j’avais l’impression de lire plusieurs fois les mêmes passages. Dommage.

Je lirais cependant la suite car la plume de l’auteure m’a vraiment beaucoup plu !

Je conseille si vous aimez…

– les histoires d’amour qui commencent dans l’adolescence,
– les romances érotiques légères,
– l’humour dans les romances.

Close-up, t.1 – Jane Devreaux


DEVREAUX, Jane. Close-up, t.1. Hugo et Cie, coll. Hugo New Romance, 2017, 14,50 €.



L’histoire :

Elle, c’est Sandre River. Ses yeux noirs trop maquillés en ont déjà fait trembler plus d’un. Elle est solitaire, mystérieuse, et tous craignent ses réparties.
Lui, c’est Joshua Anderson, le rugbyman le plus populaire du lycée. Celui qui sort avec la sublime et trop prude Marcy Shepard, et dont la vie paraît tellement droite, que cela ne peut que cacher des secrets.
Jamais, Sandre ne reconnaîtra qu’il lui plait. Jamais, Josh n’avouera que ses hormones le travaillent et qu’il n’en peut plus d’attendre. Une seule provocation de Sandre va suffire à bouleverser leur vie : « Tu sais quoi, mon vieux, t’as les couilles en ébullition et tu n’arrives plus à penser avec ta tête. »

Ce que j’en ai pensé :

Adeptes des romances new-adult américaines, attention ! Une nouvelle auteur débarque chez Hugo et Cie et elle est française ! Jane Devreaux m’a bluffée avec cette romance érotique façon campus américain et adolescents aux hormones en ébullition.
Commencé hier soir, fini cet après-midi. Impossible de lâcher les personnages et leur histoire. Jane Devreaux m’a littéralement transporté dans cet univers, avec Sandre et Josh, deux lycéens aux fêlures cachés.

Nous suivons Sandre et Josh. Sandre, la rebelle du lycée que tout le monde craint. Elle dit haut et fort ce qu’elle pense, et joue à la perfection son personnage d’asociale. Josh est une des vedettes du lycée, joueur de rugby et amouraché d’une jeune demoiselle très attachée aux convenances religieuses.
J’ai adoré ces deux ado, et particulièrement le caractère très complexe de Sandre, avec une histoire familiale qu’elle cache du mieux qu’elle peut afin de se protéger. Incapable de se situer dans la société, elle se cache derrière un maquillage outrancier et des vêtements informes.
Josh quant à lui se révèle tout au long du récit. La crainte se transforme vite en fascination, presque une drogue.

La narration alterne le point de vue de l’un et l’autre. Un point fort : c’est précisément un des éléments que j’apprécie dans les romances. Certes, rien de nouveau, mais c’est plutôt très bien fait.

L’Amérique puritaine est un des points centraux du roman, avec la pression religieuse et parentale que certains adolescents subissent. Le paraître est une notion que Jane Devreaux exploite très bien, avec le couple parfait de Josh et Marcy ; et l’image noire et irascible que véhicule Sandra.
L’improbable rapprochement du garçon brillant et de la fille sombre est complètement réussit.
⇒ Rien a redire sur l’écriture de l’auteur ; les scènes érotiques ont une belle place, la romance également, de même que les intrigues sur l’histoire des deux personnages.

Habituellement dans les romances que je lis, j’estime qu’un tome suffit largement. Or là, je sais que je veux lire la suite qui sortira vraisemblablement le 9 mars 2017. Et l’attente va être longue !