Close-up, t.1 – Jane Devreaux


DEVREAUX, Jane. Close-up, t.1. Hugo et Cie, coll. Hugo New Romance, 2017, 14,50 €.



L’histoire :

Elle, c’est Sandre River. Ses yeux noirs trop maquillés en ont déjà fait trembler plus d’un. Elle est solitaire, mystérieuse, et tous craignent ses réparties.
Lui, c’est Joshua Anderson, le rugbyman le plus populaire du lycée. Celui qui sort avec la sublime et trop prude Marcy Shepard, et dont la vie paraît tellement droite, que cela ne peut que cacher des secrets.
Jamais, Sandre ne reconnaîtra qu’il lui plait. Jamais, Josh n’avouera que ses hormones le travaillent et qu’il n’en peut plus d’attendre. Une seule provocation de Sandre va suffire à bouleverser leur vie : « Tu sais quoi, mon vieux, t’as les couilles en ébullition et tu n’arrives plus à penser avec ta tête. »

Ce que j’en ai pensé :

Adeptes des romances new-adult américaines, attention ! Une nouvelle auteur débarque chez Hugo et Cie et elle est française ! Jane Devreaux m’a bluffée avec cette romance érotique façon campus américain et adolescents aux hormones en ébullition.
Commencé hier soir, fini cet après-midi. Impossible de lâcher les personnages et leur histoire. Jane Devreaux m’a littéralement transporté dans cet univers, avec Sandre et Josh, deux lycéens aux fêlures cachés.

Nous suivons Sandre et Josh. Sandre, la rebelle du lycée que tout le monde craint. Elle dit haut et fort ce qu’elle pense, et joue à la perfection son personnage d’asociale. Josh est une des vedettes du lycée, joueur de rugby et amouraché d’une jeune demoiselle très attachée aux convenances religieuses.
J’ai adoré ces deux ado, et particulièrement le caractère très complexe de Sandre, avec une histoire familiale qu’elle cache du mieux qu’elle peut afin de se protéger. Incapable de se situer dans la société, elle se cache derrière un maquillage outrancier et des vêtements informes.
Josh quant à lui se révèle tout au long du récit. La crainte se transforme vite en fascination, presque une drogue.

La narration alterne le point de vue de l’un et l’autre. Un point fort : c’est précisément un des éléments que j’apprécie dans les romances. Certes, rien de nouveau, mais c’est plutôt très bien fait.

L’Amérique puritaine est un des points centraux du roman, avec la pression religieuse et parentale que certains adolescents subissent. Le paraître est une notion que Jane Devreaux exploite très bien, avec le couple parfait de Josh et Marcy ; et l’image noire et irascible que véhicule Sandra.
L’improbable rapprochement du garçon brillant et de la fille sombre est complètement réussit.
⇒ Rien a redire sur l’écriture de l’auteur ; les scènes érotiques ont une belle place, la romance également, de même que les intrigues sur l’histoire des deux personnages.

Habituellement dans les romances que je lis, j’estime qu’un tome suffit largement. Or là, je sais que je veux lire la suite qui sortira vraisemblablement le 9 mars 2017. Et l’attente va être longue !


Série Off-Campus – Elle Kennedy


KENNEDY, Elle. Off-Campus (tomes 1 à 4). Hugo et Cie, coll. Hugo New Romance, 2016-2017, 17 €.



L’histoire :

Un groupe d’amis, joueurs de hockey, stars de l’université. Bienvenue en Amérique ! Et bienvenue dans une série de romance à l’américaine. Hannah, Grace, Allie et Sabrina. Garrett, Logan, Dean et Tucker.
Ils sont jeunes, ils sont beaux et ils vont vous faire découvrir leur histoire !

Ce que j’en ai pensé :

Une série de romance érotique adolescente comme savent si bien les écrire les américaines ! Je viens de refermer le quatrième et dernier tome de cette saga. Et quelle tristesse de quitter les personnages !
Ce type de littérature, on aime ou on déteste. De mon côté, ce sont des livres qui me plaisent généralement quand ils restent réalistes et bien écrit. Comme c’est souvent le cas chez Hugo New Romance. J’ai lu beaucoup de leurs romances parues et rarement déçue. Valeur sûre.

Ici, on suit un groupe d’amis masculins, des jeunes coqs, idoles de leur université car stars de l’équipe de hockey sur glace. Garrett, Logan, Dean et Tucker ont tous des personnalités différentes mais un point commun : ils attirent les filles comme des mouches. Et chacun va avoir son tome dédié où, on s’en doute, ils vont rencontrer celle à laquelle ils s’attendent le moins. Et donc celle qui fera battre leur coeur.

Le genre d’histoire dont on connaît l’issue mais ça ne me gêne pas. Au contraire même ! Feeling good tout au long de la lecture et sourire assuré à la fin.
Elle Kennedy ne tombe pas dans le mièvre, même si on est clairement dans le cliché des romances adolescentes.
Ce que j’ai aimé c’est que chaque histoire est indépendante. On retrouve toujours les mêmes personnages mais chacun des tomes s’intéresse à un couple : Garrett/Hannah ; Logan/Grace ; Dean/Allie et Tucker/Sabrina.
Les caractères différents de chaque personnage permet une histoire qui n’est redondante par rapport aux autres. Pas d’ennui donc, même si vous les lisez à la suite je pense.
Beaucoup de tendresse, d’amour, d’humour et des passages clairement érotiques. Tout cela servit dans un style très bon (ainsi que la traduction donc).

Si vous aimez les romances, je vous conseille cette série à 100% !
Et l’auteur annonce la parution prochaine d’une spin-off qui, je l’espère, sera traduit et édité par Hugo.

The Deal, t.1 – Elle Kennedy

4c55cab4-d5fd-417a-baeb-6c4fbcb3c73d


KENNEDY, Elle. The Deal, t.1. Hugo & Cie, 2016, 432 pages, 17 €.



L’histoire :

Hannah est une très bonne élève et elle a un don incroyable pour le chant.
Mais quand il s’agit d’hommes et de séduction, elle perd tous ses moyens. Garrett est la star de l’équipe de hockey de l’université, mais ses résultats scolaires ne sont pas à la hauteur et il risque de perdre sa place dans l’équipe. Ils vont passer un drôle d’accord.
Elle lui donne des cours et il l’aide à séduire le quaterback de l’équipe de football.
Cet arrangement original va-t-il changer leur vie ?

Ce que j’en ai pensé :

Ouiii, j’ai retrouvé mon âme d’adolescente avec Garrett Graham ! Book boyfriend par excellence ! Plus de 400 pages que j’ai dévoré en moins de deux jours, tellement je n’arrivais pas à quitter les personnages. Hannah et Garrett forment un duo génial, et pas du tout agaçant comme ont pu l’être certains personnages de romance new adult (je pense notamment à la saga « After » de Anna Todd).
Par contre, on est clairement dans le cliché du film adolescent : la jeune fille pas du tout populaire, qui passe inaperçu, et le capitaine de l’équipe de hockey qui change de nana comme de chemise. Mais peu importe, on a parfois besoin d’histoires de ce genre pour rêver, voir la vie en rose le temps de quelques pages.
J’ai adoré la spontanéité de Hannah face à une brute épaisse qui ne cesse de la taquiner et qui est malgré lui attiré par la seule demoiselle qui lui résiste et qui ne cherche pas à le séduire. Les contraires s’attirent et ici, pas de violence gratuite, de dépression ou autre. Simplement de la bonne humeur et des passés à reconstruire. Les personnages n’ont pas vécu des choses toujours drôles dans leur vie mais il n’y a pas d’apitoiement : plutôt des ado qui veulent aller de l’avant. Cela donne une histoire qui respire le « feeling good« .

L’écriture (et donc la traduction) sont très agréables : un roman léger, oui, mais de qualité. Pour les amoureux de romance adolescente, vous serez comblez par ce couple. Une lecture que je conseille, notamment pour ces belles journées estivales.
Et puis, quel plaisir de savoir qu’il y aura un tome 2, dans lequel on suivra cette fois-ci l’histoire de Logan, le meilleur ami de Garrett ; tout aussi charmant soit dit en passant !

Fight for love, t.6 : Legend – Katy Evans

7969c9d4-b965-4b0a-84fb-5c46e298421b


EVANS, Katy. Fight for love, t.6 : Legend. Hugo & Cie, 2016, 341 pages, 17 €.



L’histoire :

Marverick, « Avenger » Cage se donne à fond pour être le meilleur boxeur de la ligue Underground et ainsi entrer dans la légende.
Cherchant à cacher sa véritable identité, sur le circuit, le nouveau jeune talent est connu pour son air vengeur et son tatouage dans le dos qui le rendent mystérieux.
En fait, Marverick a des raisons très personnelles de vouloir être le meilleur : il veut à tout prix écraser celui qui règne sur l’Underground et sur le coeur des fans, Remington « Riptide » Tate…
Pendant son entraînement, il rencontre une jeune femme pour qui il a un véritable coup de foudre. Et alors que les choses deviennent sérieuses entre eux, il découvre qu’elle n’est autre que Reese
Dumas, la cousine de la femme de Riptide. Elle est supposée vouloir qu’il échoue, il est supposé rester loin d’elle. Mais Maverick se battra pour elle et prouvera qu’il est bien meilleur que le monde d’où il vient. Le monde entier aura alors les yeux rivés sur le plus grand combat de l’histoire entre Mav et Riptide car le vainqueur entrera dans l’histoire comme le plus grand champion d’Ultimate Fight. Le vainqueur deviendra une légende.

Ce que j’en ai pensé :

Le voilà le dernier tome de cette saga érotico-romantique. Et quel dernier tome ! Je peux d’ores et déjà vous dire que Katy Evans clôt très bien sa série et que l’on est franchement triste de se dire qu’on ne reverra plus Rémy, Brooke et les autres.

Mais soit. Arrêtons-nous sur ce sixième tome.
On retrouve en personnages secondaires nos héros des premiers livres, à savoir Brooke et Rémy, toujours dans l’univers de la boxe underground. Mais les protagonistes sont Reese et Maverick. La première étant la jeune cousine de Brooke, le second un espoir de la boxe qui n’a pour ambition que d’écraser le champion de l’Underground.
Chacun a des secrets qui l’empêchent de vivre sereinement. Deux âmes aussi différentes que possible qui vont s’apprivoiser malgré le gouffre qui les sépare.

J’ai été ravie de replonger dans l’univers de la boxe, bourré de testostérone et de filles à la tête bien faite. C’est sexy, émouvant et terriblement bien fait pour de la romance. L’ombre de Rémy et Brooke reste discrète même s’ils font complètement partie de cette nouvelle histoire. Ils font un peu figure de modèle que ce soit conscient du côté de Reese, ou totalement inconscient en ce qui concerne Maverick. C’est d’ailleurs ce qui fait qu’avec ce tome la boucle est en quelque sorte bouclée.

Ce qui est plaisant dans cette série c’est que les femmes sont loin d’être de petites choses fragiles et les hommes des brutes épaisses. Une sorte d’harmonie sensuelle que j’ai adoré et que je suis vraiment déçue de terminer !
Heureusement à la fin du livre Kate Evans annonce la venue d’une nouvelle série, de nouveaux personnages qui, je n’en doute pas, seront aussi attachants que ceux que l’on quitte !

Wild seasons, t.4 : Wicked sexy liar – Christina Lauren


LAUREN, Christina. Wild seasons, t.4 : Wicked sexy liar. Hugo & Cie, 2016, 351 pages, 17 €.


L’histoire :

Entre séduction et mensonges comment se fier aux apparences ? Sortir avec l’ami de son ex, c’est censé être démodé et la chose à ne pas faire. Mais parfois, ce qu’on aurait vraiment, vraiment tort de faire et qu’en toute logique on devrait à tout prix éviter, peut se révéler être – exactement – la chose à faire et on aurait tort de s’en priver !

Ce que j’en ai pensé :

Enfin je me suis replongée dans l’univers des auteurs à succès Christina Lauren ! J’étais joie car je SAVAIS que j’allais passer un bon moment.
A penser comme ça, on pourrait être facilement déçu. Et pourtant, non. J’aime leur parti pris de créer des romances adultes, légères, érotiques, qui s’inscrivent tellement dans un esprit de lecture détente, sans dramaturgie excessive. Et toujours bien écrit.

Dans ce quatrième ; et dernier ; volet de la série Wild Seasons, on retrouve deux personnages que l’on connaissait comme personnages secondaires des précédents opus : London (la colocataire de Lola) et Luke (l’ex petit-ami de Mia et ami d’enfance de Lola et Harlow).
Leur rencontre et le début de leur histoire ne va pas être de tout repos. Lola est effrayée d’être aussi attirée par l’ex d’une amie. Et on connaît la règle tacite du « Tu ne toucheras pas à l’ex d’une copine ». Mais difficile de lutter contre ses désirs ! D’autant que Luke, depuis sa rupture avec Mia quelques années auparavant, est devenu un véritable homme à femmes. Son téléphone sonne toutes les minutes, égrainé de SMS d’ex copines d’un soir qui veulent le revoir. Une confiance très difficile à instaurer, donc.

Au-delà de leur attirance physique, une véritable complicité se noue, qui va les pousser à dépasser leurs peurs primaires pour l’autre.
Et leurs amis respectifs vont tour à tour les aider et les mettre dans des situations très inconfortables. Ainsi, j’ai été ravie de retrouver Mia, Lola, Harlow, Oliver et Ansel. Déçue de ne avoir vu Finn, le beau pêcheur.

En somme, j’ai A-DO-RE cette histoire, et j’ai nettement fait traîner ma lecture en longueur pour ne pas la terminer ! Ce sont les seules romances érotiques que je trouve abouties, sincères, drôles et passionnantes. Jamais de lassitudes, j’ai l’impression de regarder un de ces films de filles qui font tellement de bien au moral.
Je vous conseille vivement cette série, ainsi que leur autre saga phénomène, « Beautiful Bastard« . UN REGAL !