J’veux pas vieillir – Hélène Bruller


BRULLER, Hélène. J’veux pas vieillir. Hugo & Cie, coll. Hugo Desinge, 2017, 77 pages, 15 €.



L’histoire :

Hélène a 47 ans, c’est la fin des illusions, de la jeunesse qu’on croit éternelle, le début d’un autre monde qu’on soupçonne terrible à vivre.
Comment vivre ce passage vers l’inconnu, l’âge mur ?
En petites séquences de 1 à 4 pages, Hélène nous donne le meilleur de son humour et nous fait rire des petits et des gros tracas du quotidien quand on sent le poids du temps nous grignoter inéluctablement…

Ce que j’en ai pensé :

Hélène Bruller approche de la cinquantaine et se met en scène dans cet album humoristique. Elle aborde des thèmes universels, qu’elle rapporte à ses propres expériences de vie : on retrouve ainsi la peur de vieillir, les désagréments de la vieillesse au quotidien, la vie avec des ados et l’impitoyable changement de génération ! Et tout cela sur un ton délicieusement caustique.

C’est un thème dont il est difficile de parler car tabou dans nos sociétés. C’est avec brio que l’auteur nous emporte dans ses illustrations farfelues, ces comparaisons entre jeunes et vieux absolument hilarantes !

La fin est très feel good : il est évidemment plus facile d’assumer et d’essayer de trouver la meilleure façon de vieillir car de toutes les façons, c’est inéluctable pour chacun.

Je n’ai pas été emballée par les illustrations mais les gags sont franchement drôles et la BD est très complètes. Tous les aspects de la vieillesse et des peurs qui en découlent sont abordés.

⇒ En bref ?

Une BD à offrir pour prendre l’avancée dans la vie du bon côté !

>> En librairie le 7 septembre. <<

Je conseille si vous aimez…

– les BD féminines humoristiques


Les BD de la semaine #1

Nouveau RDV sur le blog, avec mes lectures BD de chaque semaine.


Cette semaine, trois bandes dessinées lues. Et que du bon, dans trois styles complètement différents. Je vous laisse découvrir ça tout de suite !

1. Silex and the city, t.3 – Jul

BD humoristique et caricaturale de notre société par excellence. Si vous ne connaissez pas encore Web, Blog, Spam et les autres habitants de cette préhistoire farfelue, il faut absolument que vous les découvriez.
C’est complètement barré, drôle à outrance, et les références à notre société sont hilarantes.
C’est une série en plusieurs tomes (actuellement sept), dont chacun peut se lire indépendamment, même si on retrouve la même famille ainsi que leurs amis à chaque volet.
Le style caractéristique de Jul est là : des traits typiques de la BD d’humour : simples, enfantins, caricaturaux.
C’est édité chez la célèbre maison d’édition BD Dargaud.


2. Murena, t.4 – Dufaux et Delaby

Murena est une série qui se déroule dans la Rome Antique, au temps de l’empereur Néron.
Bande dessinée historique donc, aux illustrations absolument fantastiques, très réalistes, qui collent au plus près des émotions des personnages.

C’est un récit résolument adulte par contre, à ne pas mettre entre les mains des enfants car certaines illustrations sont crues ou particulièrement sanglantes.

Si vous cherchez une série historique, je vous la conseille vraiment. En neuf tomes je crois, je l’emprunte à la bibliothèque afin de ne pas me ruiner mais je dois dire que si j’ai l’occasion de me trouver l’intégrale un jour je l’achèterai sans problème.

Une saga également éditée chez Dargaud !


3. Descender, t.1 – Jeff Lemire et Dustin Nguyen

Lu dans le cadre du prix Livraddict, catégorie Comics (lien ici), ce comic est le dernier que j’ai lu sur les cinq, tout simplement car je l’avais rapidement feuilleté en librairie et l’aspect aquarelle des illustrations ne m’avait pas emballé.
Et puis au final, après l’avoir emprunté à la bibliothèque et lu, je peux dire que j’ai été très agréablement surprise par l’ensemble.

Une histoire très sympa, qui se déroule dans l’Espace, dans un futur où diverses espèces cohabitent, notamment avec les robots. Robots qui vont se soulever. Dix ans après, nous suivons Tim-21, un robot de compagnie pour enfant. Un personnage très attachant, et une histoire qui donne envie de lire la suite.

Une série de science-fiction que je vais suivre. Il n’arrivera pas en tête de mon classement du Prix Livraddict Comics mais en bonne place néanmoins !

Edité par Urban Comics (grande qualité de comics, j’adore !).


⇒ A la semaine prochaine pour vous faire découvrir de nouvelles BD et nouveaux comics !

Le Chat fait des petits, t.20 – Philippe Geluck


GELUCK, Philippe. Le Chat, t.20 : Le Chat fait des petits. Casterman, 2015, 159216pages, 17,95 €.


L’histoire :

On prend le même et on recommence, avec de nouveaux gags, toujours aussi drôles, décalés et touchant parfois à l’actualité. Le Chat est donc de retour, avec des petits !

Les illustrations :

Que dire des illustrations du Chat ? A part que rien ne change vraiment, que Philippe Geluck est toujours fidèle à son personnage devenu emblématique. Donc si vous avez aimé les tomes précédents, vous aimerez forcément celui-ci, et même un peu plus, vous verrez pourquoi plus loin !

Pour quel public ?

Bien que les illustrations, on le sait, soient résolument enfantines, c’est une bande dessinée pour les grands !

Ce que j’en ai pensé :

Avant tout, ce nouvel album est un objet vraiment sympa puisqu’il s’agit d’un coffret regroupant une gazette et trois petites bandes dessinées, comme vous pouvez le voir sur la photo suivante : 11218770_1008191352594059_647775648049127927_n

Donc si vous trouvez le format BD trop grand, plus d’excuses ! Vous pouvez les emporter partout. Et puis, ça change carrément des BD classiques.

Concernant les gags, me concernant je suis friande de cet humour parfois complètement ridicule, limite blagues Carambar ; ou d’autres fois carrément humour noir. Pas déçue à ce niveau.
Cependant, un bémol par rapport au titre de ce 20e tome, qui promet de mettre en avant la famille. Comme dans « Le Chat Erectus » où j’avais soulevé le même souci, il n’y a pas d’axe plus important en rapport avec le thème de la couverture. Sauf si l’on prend en compte le contenu de la gazette.

Mais honnêtement, tout ce que je retiens c’est que j’ai lu cette BD après une déception littéraire et que j’ai adoré me changer les esprits avec ce Chat ! Je conseille donc encore une fois.

En bref ?

Fidèle à lui-même et à son personnage, Geluck nous sort encore un album très sympa, qui vous donnera le sourire si vous avez un coup de mou !

A boire et à manger, tome 3 : Du pain sur la planche – Guillaume Long


LONG, Guillaume. A boire et à manger, t.3 : Du pain sur la planche. Gallimard, 2015, 137 pages, 13,99 € (numérique).


L’histoire :

Guillaume Long propose un livre de cuisine un peu particulier, sous forme de bande dessinée, où humour et conseils culinaires se succèdent.

Les illustrations :

Les illustrations m’ont beaucoup plu : très détaillées et colorées, elles sont résolument en adéquation avec le ton humoristique de la bande dessinée. Par contre, j’ai été parfois gênée par le texte, façon écriture manuscrite, qui prend souvent beaucoup de place dans les bulles. Un peu fastidieux à lire.

Pour quel public ?

Une bande dessinée à offrir à vos amis amoureux de cuisine ! Car en plus de passer un bon moment de lecture, ils pourront y piocher de vraies recettes, illustrées donc, et détaillées à la façon d’un livre de cuisine classique.
Vous l’aurez compris, ce n’est pas une BD pour les enfants mais bien pour les adultes !

Ce que j’en ai pensé :

Première expérience de lecture numérique de bande dessinée, grâce à la plateforme Sequencity, qui offre une large gamme de BD pour un prix modique. Pour exemple, ce tome 3 de « A boire et à manger » coûte 22,50€ au format broché et seulement 13,99€ sur Sequencity. Par contre, il ne s’agit pas d’une plateforme de téléchargement, mais bien un catalogue numérique où vous pouvez acheter et lire les livres.

Concernant la BD elle-même, j’ai été vraiment charmée ! J’avais adoré Frères de terroirs, t.1, mettant en scène le terroir et la gastronomie française, j’étais donc très curieuse de découvrir une nouvelle façon de mettre en avant la cuisine par le biais de la bande dessinée. Et le pari est réussi. Très différent dans le ton et la forme, Guillaume Long donne à voir un ouvrage résolument humoristique, dans lequel il propose au lecteur des recettes de cuisine variées telles que du Poulet au vin jaune et aux morilles, la Soupe froide courgette, ou encore les Petites tartes tatin à la mangue. Avec également des astuces culinaires diverses. Tout cela entrecoupé d’anecdotes personnelles de l’auteur, toujours concernant la cuisine ou la rédaction de ses BD.
J’ai apprécié la diversité des histoires et des recettes et j’avoue que je ne m’attendais pas à ce que le tout soit aussi empreint d’humour et d’auto-dérision.

Une réussite, vous l’aurez compris. Comme il s’agissait d’un tome 3, il me tarde de découvrir les tomes précédents qui, selon les divers avis que j’ai pu lire, sont encore meilleurs. A suivre !

Vous aimerez si…

– Vous aimez la cuisine et l’humour !

Le journal nul de mes amours nulles – Bernard Friot


FRIOT, Bernard. Le journal nul de mes amours nulles. Flammarion, 2015, 141 pages, 10 €.


L’histoire :

Ben est en cinquième et, à son grand désespoir, sa prof de français décide de leur donner pour devoir sur une période de trois mois, de rédiger un journal intime qu’elle lira et notera régulièrement. Un travail exécrable pour Ben qui décide de se créer une réalité pas tout à fait vraie !

Ce que j’en ai pensé :

– Un roman avant tout humoristique, destiné à un jeune public, fille ou garçon, à partir de 10 ans. Ce que j’ai trouvé intéressant au premier coup d’oeil, c’est la mise en page et les différentes typographies que l’auteur intègre dans son livre. Je trouve ça vraiment intelligent pour un lectorat jeune, qui débute peut-être dans l’activité littéraire. Ainsi, on y trouve des annotations, des collages, des dialogues, des pages de journal, des pages qui paraissent froissées.

– Dans ce livre, le thème le plus intéressant qui est abordé est celui de l’homosexualité, à un âge où les jeunes garçons ne se posent pas vraiment la question si les filles leur plaisent ou non. Mais Ben, pris à son propre jeu en recopiant le journal intime de sa grande soeur, va être confronté à ces questions par sa prof, Mademoiselle Dumoulin. Et de là, il se demande si effectivement son orientation sexuelle est déjà actée ou non. Le sujet est bien amené mais malheureusement trop en surface et trop peu approfondit selon moi.
Néanmoins, j’ai trouvé ce livre franchement drôle et il m’aurait beaucoup plu quand j’avais une dizaine d’année, ça c’est un fait certain ! En plus, la couverture est géniale et très attirante en librairie.
Le livre est assez court donc je pense qu’un enfant qui n’a pas l’habitude de lire ne sera pas effrayer. De même que j’aime ce concept de mise en page ludique pour amener un jeune à la lecture.

– Il y a aussi le thème de la transmission entre enfant et personnes âgées, lorsque Ben va rendre visite à M. Demirel à la maison de retraite.

En bref ?

J’ai été agréablement surprise par ce livre car, même pour une adulte, j’ai réellement souri à plusieurs moments de ma lecture.
L’auteur a également écrit : « Le livre de mes records nuls » ainsi que « Le cahier de mes vacances nulles (et de gribouillages) ».