Archives par étiquette : Editions Milady Romance

Noblesse oblige, t.4 : Le gentleman mis à nu – Sally MacKenzie


MACKENZIE, Sally. Noblesse oblige, t.4 : Le gentleman mis à nu. Milady, 2012, 489 pages, 7,90 €.


L’histoire :

Margaret Peterson, Meg, a compris qu’à vingt et un ans, il était temps qu’elle se marie. A la recherche d’un époux qui partage sa passion pour l’horticulture, elle tombe sur un rustre. Sauvée de justesse par John Parker-Roth, c’est finalement celui-ci qui va se retrouver en mauvaise posture.
Ils n’ont d’autres choix que d’envisager très sérieusement le mariage, ce qu’aucun des deux ne veut.

Ce que j’en ai pensé :

Après Sarah, Emma et Lizzie, voici Meg, la délicieuse plante, peu habituée aux choses mondaines et passionnée d’horticulture, qui se retrouve en position délicate avec un homme, John Parker-Roth. Un an plus tôt, ils s’étaient déjà rencontrés et la jeune femme avait particulièrement apprécié cet homme discret et amoureux des plantes tout comme elle. Mais rien ne s’en était suivi.

Ce quatrième tome ne bouleverse en rien le schéma tracé par l’auteure depuis son premier tome. Deux jeunes gens compromis, découverts dans une situation portant à confusion, à qui l’on demande dès lors de se marier rapidement afin que la jeune demoiselle ne voit pas sa réputation détruite.
Meg et John ne dérogent pas à la règle. Mais tout de même, presque 500 pages pour nous raconter cette histoire somme toute très prévisible on s’en doute, c’est un peu long. D’autant qu’il y a beaucoup de digressions, notamment sur un couple annexe, lady Felicity et lord Bennigton.
Heureusement, il y a toujours la présence d’humour, ce trais caractéristiques de la saga, même s’il est léger, il n’en reste pas moins vraiment appréciable.

Le problème majeur du couple Meg et John, c’est leur aveuglement réciproque. Au bout d’un moment, il est évident pour le lecteur qu’au vu de leur comportement, chacun éprouve une attirance flagrante pour l’autre. Seuls eux se refusent à le voir, et ce presque jusqu’à la dernière page. J’ai trouvé que cela manquait cruellement de vraisemblance.

Cependant, malgré tous les reproches que je peux trouver, il est indéniable que je dévore ces histoires toujours aussi vite et avec plaisir. Je sais dans quoi je m’engage et donc je sais parfaitement à quoi m’attendre.

Vous aimerez si…

– les romances historiques pleines de convenances d’époque vous plaisent.
– vous aimez les histoires d’attirance/répulsion

Bilan – Avril 2015

Le mois d’avril a été très productif niveau lecture ! Je n’y crois pas moi-même : 20 livres terminés.

Du très bon mais quand même beaucoup de lectures mitigées ce mois-ci…


J’ai adoré et je conseille

   couv896976couv28097291

« Gataca« , de Franck Thilliez : Mon chouchou d’amour du mois ! Gros coup de coeur de-la-mort-qui-tue. Science de l’évolution des espèces, deux personnages qui j’adore toujours plus au fil des tomes (Sharko et Henebelle), suspense et imagination excellents. What else ?

« Le sculpteur« , de Scott McCloud : BD énorme, tant au niveau du nombre de pages (presque 500) que du contenu. Dimension dramatique excellente, illustrations au top.

« Celui dont le nom n’est plus« , de René Manzor : Thriller sur le thème du don d’organes, avec des personnages psychologiquement énormes et une histoire autour du tueur très bonne.

« Confidences à Allah« , de Saphia Azzeddine : Livre très court mais très intense. Véritable coup de poing. Critique profonde d’une société masculine qui dévalorise les femmes en prenant Allah en otage.

« Freaks’ Squeele, t.5 : Nanorigines« , de Florent Maudoux : Je suis décidément fan de cette saga comics. Des apprentis super-héros qui sont face à une loi politique qui risque de les priver de leur diplôme de super-héros. Et puis, on découvre Ombre en homme et juste… waouh !

« Atomka« , de Franck Thilliez : Re chouchou d’amour ! Dernier livre lu du mois d’avril et… te-coup de coeur. Radioactivité, grands froids, médecine, suspense, personnages au top… Tout ce que j’aime.

J’ai aimé


 couv25232680

 – « Baronne Blixen« , de Dominique de Saint Pern : Biographie très bien écrite sur Karen Blixen, personnage qui a inspiré le film « Out of Africa » adapté de son livre autobiographie « La ferme africaine ».

« Nous sommes Charlie« , de Collectif d’auteurs : 60 auteurs, 60 textes sur la tolérance et la tuerie au sein de Charlie Hebdo.Je n’ai pas aimé tous les textes mais certains m’ont vraiment marqué.

« Beautiful secret« , de Christina Lauren : Nouvel opus de la célèbre saga que j’ai encore beaucoup aimé. Surtout que le personnage principal de Niall est très différent des précédents donc ça se renouvelle un peu. Très détente !

« Icônne« , de Natoo : Une parodie géniale de la presse féminine. Tout est parodié : les articles, les pubs, les présentations de produits, les interviews, les looks. Gros boulot !

« Neuroland« , de Sébastien Bohler : Un thriller scientifique très pointu, l’auteur étant lui-même du métier. Code neuronal, lecture des pensées, détournement de fonds, politique… Très complet et parfois un peu compliqué.

« Danser les ombres« , de Laurent Gaudé : Découverte de l’écriture d’un auteur. Et surtout un thème très intéressant et original : le séisme d’Haïti en 2010.

« Rosy & John« , de Pierre Lemaître : Même en peu de pages, Pierre Lemaître nous pond une histoire crédible et sympa. Ecriture au top et bonne imagination.

« Trafiquants d’hommes« , d’A. Di Nicola et G. Musumeci : Une enquête en immersion dans le passage illégal de clandestins. Très intéressant et on y apprend des choses assez étonnante. Un monde à part.

Lectures en demi-teinte

    couv62241424

« Le Ramayana« , de Pascal Fauliot : Une des plus célèbres épopées indiennes. Réécriture très adaptée au public. Maintenant l’histoire ne m’a pas emballée.

« Marie des Mimosas« , de Jean-Claude Lesellier : Lecture sur la vieillesse, le temps qui passe et les souvenirs qui restent. Pas désagréable à lire mais pas vraiment d’émotions pour moi.

« Parfaite« , de Caroline Kepnes : Un thriller très étonnant, que j’ai aimé par certains aspects mais qui est parfois terriblement lourd, trop linéaire et sans vraiment d’actions.

« Comment transformer votre mec en Brad Pitt en 30 jours« , de Marie Minelli : Guide humoristique, belle mise en page, ludique, mais un peu lourdinque quand même des fois…

La déception du mois

 

« Délicieuse effrontée« , de Victoria Dahl : Une romance franchement plate et beaucoup trop longue par rapport au peu d’action qu’il y a. En gros, je me suis ennuyée.

Les abandons du mois

 

« Le prince blessé« , de René Barjavel : J’adore René Barjavel mais pour ce recueil de nouvelles, c’est tombé à l’eau. Je n’ai pas accroché aux premières et je n’ai pas du tout eu envie de poursuivre.

« Fight for love, t.3 : Remy« , de Katy Evans : La même histoire que le tome 1, vu par le bonhomme. Mouais, pas convaincue… Au bout d’un moment, j’ai vu rouge, j’ai préféré stopper !

Une île – Tracey Garvis Graves

couv9489038L’histoire :

Anna, trente ans, professeur d’anglais (synonyme de français puisque pays anglophone).
T.J., dix-sept ans, en rémission d’un cancer.
Les parents de T.J. engage Anna pour faire rattraper à T.J. son retard sur les cours. Pour cela, exil dans une île des Maldives.
Mais le charter qui transporte les deux personnages s’écrase en mer. Ils se retrouvent tous deux prisonniers d’une île déserte.

Éléments de réflexion :

Ce roman nous confronte à deux thèmes :
– la survie en autarcie avec des moyens sommaires sur une terre déserte sans aucune assistance,
– l’amour sentimental et physique entre deux personnes d’âges différents (ici, treize ans séparent les deux protagonistes).

Les points positifs :

– Assurément les deux personnages principaux, Anna et T.J., sont le point fort de ce roman. Effectivement, c’est autour d’eux que l’histoire d’amour naît, mais pas que. Ce sont des personnages que j’ai trouvé très intéressants, chacun avec un parcours particulier, et surtout un stade d’avancement dans la vie différent puisque plus de dix ans les séparent.

– Le cadre de l’île permet un huis-clos, qui est une forme qui me plaît généralement beaucoup dans les romans. Cela permet de se recentrer sur les personnalités de chacun et de les voir évoluer ensemble, sans dissociation car ils dépendent l’un de l’autre pour leur survie.
D’autant que le côté Robinson Crusoé permet de développer toutes les problématiques qui se posent dans ce contexte : nourriture, eau, intimité, solitude, maladie, etc.

– La composition du roman est très intéressante car les premiers deux tiers du roman se passent sur l’île (huis-clos) et le dernier tiers de retour dans la civilisation. Se pose alors le problème de la réadaptation sociale et professionnelle notamment. Mais aussi, dans le cadre d’une romance, la réussite ou non d’entretenir le sentiment amoureux envers et contre tous.

– J’ai adoré les émotions que j’ai ressenti du début de ma lecture jusqu’à la dernière page. Et à la fin autant vous dire que les larmes n’étaient vraiment loin !

Les points négatifs :

Aucun, ce livre est pour moi un coup de cœur !

En bref :

Une romance splendide, à mille lieues des clichés habituels. C’est à la fois tendre et brutal, triste et joyeux. Je m’en souviendrai longtemps sans aucun doute.

10 bonnes raisons d’être célibataire – Lindsey Kelk


Quatrième de couverture :

Un de perdu, dix de retrouvés !
Depuis que Simon m’a larguée, rien ne va plus. Moi, Rachel Summers, je suis de nouveau célibataire – ce qui ne m’était pas arrivé depuis belle lurette. La déprime, quoi. Heureusement, après une bonne cuite, Emelie et Matthew, mes deux meilleurs amis, ont concocté pour moi une liste sur-mesure : celle qui me fera découvrir les joies du célibat.
Sur les murs de mon appartement, j’ai écrit : « Simon est un connard ». C’est un bon début. Il me reste quinze jours pour changer de look, partir à l’étranger, me faire tatouer, enfreindre la loi et dégoter l’homme de ma vie. Alors, pari tenu ?

Mon avis :

Après Milady Pemberley et Milady Central Park, me voici partie à la découverte de Milady Grande Romance. Un roman Milady version grand format, qui, s’il était sorti en poche se classerait dans « Central Park ». Premier titre de cette sous-collection, il annonce la couleur avec sa couverture pétillante : humour et amitié.

Continuer la lecture

Smoking & Layette – Jane Graves


Quatrième de couverture :

Bernie Hogan est un vrai garçon manqué. Garde du corps pour le compte de Jeremy Bridges, un millionnaire aux innombrables conquêtes, elle sait ce qu’elle veut, et surtout ce qu’elle ne veut pas. Jusqu’à cet épisode torride avec Jeremy, dont elle sort furieuse, bouleversée… et enceinte.

La jeune femme décide très vite qu’elle ne laissera pas passer cette chance d’être mère, mais elle n’est pas au bout de ses surprises. En effet, Jeremy semble décidé à assumer sa paternité. Cet homme, en apparence si superficiel, est-il capable de devenir le père dont Bernie rêve pour ses enfants ?

Mon avis :

Je continue ma découverte de la désormais célèbre collection Milady Romance ; cette fois avec un roman de la sous-collection Central Park. Voilà comment les éditions la définissent : « l’héritière des comédies sentimentales contemporaines telles que le cinéma nous en propose depuis des années ». Et effectivement, c’est tout à fait ce que j’ai ressenti à la lecture de ce livre : j’ai eu l’impression de visionner une comédie romantique à l’anglaise.

Continuer la lecture