De fièvre et de sang – Sire Cédric


SIRE Cédric. De fièvre et de sang. Pocket, 2012, 565 pages, 7,70 €.


L’histoire :

Une jeune fille se réveille entièrement nue et entravée sur un matelas couvert de sang. Elle sait qu’elle va mourir, toute tentative de fuite semble inutile. La douleur n’est rien en comparaison de la peur panique qui s’est emparée d’elle…
Le commandant Vauvert mène l’enquête en compagnie d’une profileuse albinos, Eva Svärta. Personnage excentrique et hors-norme, Eva a un véritable sixième sens qui fait d’elle une redoutable traqueuse de l’ombre. Ensemble, ils vont tenter de remonter la piste d’un tueur en série qu’ils croyaient mort et qui a pour habitude de vider entièrement ses victimes de leur sang. S’agit-il d’une réincarnation, d’un spectre, d’un homme, d’une femme, d’une créature d’un autre monde ?

Ce que j’en ai pensé :

Après le coup de coeur que j’ai eu avec « Serre-moi fort » de Claire Favan (cf article précédent), je ne savais pas vers quoi me tourner. Peur d’être déçue. J’ai donc décidé de sortir le plus vieux livre de ma PAL : un livre que j’avais acheté et fait dédicacé par l’auteur lors du festival Quais du Polar de Lyon en mars 2013. 3 ans donc.
Après avoir tourné la dernière page de ce livre, je me demande pourquoi j’ai attendu aussi longtemps pour le lire. Certainement parce que j’avais déjà lu le tome 2, Le Premier Sang, en avril 2012. Et j’ai attendu que son souvenir s’estompe complètement pour lire le tome 1.

Et alors là, quel pied de lecture encore une fois ! Un thriller un peu différent de ce dont j’ai l’habitude puisque Sire Cédric allie avec brio le polar réaliste avec une touche importante de fantastique.
Des jeunes filles enlevées, vidées de leur sang et écorchées vives. Des scènes de crimes sanglantes à souhait et l’ombre d’un tueur en série maléfique qui plane sur les enquêteurs. Ils pensent l’avoir tué quand, un an plus tard, tout recommence, à l’identique.

J’ai adoré les personnages principaux, deux flics aux blessures intimes encore à vif : Eva Svartä, flic parisienne albinos, un caractère froid, solitaire, avec un don de profileuse aguerrie. Alexandre Vauvert, commandant à Toulouse, colosse insomniaque, solitaire lui aussi et qui n’a peur de rien.
Duo qui va se retrouver sur une enquête où la mythologie vampirique va les prendre de plein fouet, remettant en cause leurs croyances terre à terre. Mythologie associée à un personnage historique, dont j’ai trouvé l’association au récit passionnante et pertinente.

Le mélange des genres de ce thriller m’a fasciné, tout autant que tenu en haleine grâce à une ambiance oppressante et un rythme rapide. Le lecteur suit à la fois l’enquête policière, la psychologie des deux flics ainsi que les scènes victimes/tueur en série.
C’est simple, rien à jeter ici : c’est complexe et terriblement bien écrit.
Encore un auteur de polar français au top niveau !

Le goût du sang – Claire Charon


CHARON, Claire. Le goût du sang. Editions de la Reine, 2015, ebook. 0,99€.


L’histoire :

« — Bon avoue, c’est bien du sang qu’tu bois, hein ? »
Cette phrase va bouleverser le quotidien si bien ordonné d’Henri. Le vieux vampire deviendra vite accro à Charlotte.
Mais que cherche vraiment la jeune fille ? Où les conduira cette relation hors normes ?
Henri aurait peut-être dû se montrer plus prudent avant de goûter à l’amour !

Éléments de réflexion :

Une nouvelle très courte, où le méchant n’est pas forcément celui que l’on croit !

Ce que j’ai apprécié :

– Le personnage de Henri, un vampire de la cinquantaine (enfin, 174 ans en vérité mais il a été transformé vers cinquante ans), est très solitaire, très déprimé. Sa condition de vampire le dégoûte et il ne souhaite aucune amitié. Hormis celle d’Irène, infirmière, qui l’aide au quotidien devant sa léthargie de vieillard.

– J’ai beaucoup aimé le tout début, où on rencontre Henri dans une situation pour le moins hilarante concernant un vampire ! J’ai trouvé l’image délectable et une parfaite entrée en matière. De même que la fin où Henri tombe des nues face à la personnalité de Charlotte, qui lui a redonné goût de « vivre ».

Ce que j’ai moins/pas apprécié :

– Une nouvelle, certes, mais vraiment trop courte ! Si bien que l’histoire va vite, trop vite, avec des situations qui m’ont semblé pas assez approfondies.

– L’écriture de Claire Charon est très agréable, l’humour est sous-jacent et j’aimerai vraiment la retrouver dans un roman afin que son potentiel soit mis en exergue.

En bref ?

Une lecture en demi-teinte. Tout d’abord, je ne peux pas passer sous silence que je ne suis pas fan du format nouvelle. Les histoires me laissent trop souvent sur ma faim. Ici, c’est le cas, et pourtant l’histoire de fond me semble très prometteuse pour un début de roman par exemple.
Si Claire Charon écrit un roman, je suis preneuse pour le découvrir cependant car j’aime beaucoup son écriture et elle semble ajouter la pointe d’humour essentiel à la bit-lit !

Cette nouvelle est disponible au format électronique sur le site des Editions de la Reine, au prix dérisoire de 0,99 euros.

Les larmes rouges, t.1 : réminiscences – Georgia Caldera

couv56402383L’histoire :

Cornélia a une vie sans intérêt. Orpheline de mère et de meilleure amie, un père qui la délaisse et une solitude à mourir. Si bien que, mourir, elle va le vouloir en se jetant d’un pont. Mais elle survit et son père décide de s’exiler à la campagne, dans le manoir des grands-parents de Cornélia. C’est là-bas qu’elle va rencontrer Henri de Maltombes et que des visions et une voix dans sa tête vont survenir.

Un peu de réflexion…

Comme il est souvent dit au sujet de ce roman, Georgia Caldera nous livre une histoire romantique et gothique, dans la tradition des histoires de vampires. Une jeune fille qui ignore son destin, un homme qui est là pour la protéger, des histoires d’amour.
Le récit se déroule sur fond de manoir, de château ; avec des visions, des voix et des scarifications.

Les points positifs ?

– J’ai aimé la magnifique couverture et le résumé de l’éditeur qui nous laissent présager une belle histoire.
– L’écriture de Georgia Caldera, qui est très fluide avec un bon vocabulaire.
– Les descriptions, notamment celles des attributs vestimentaires des personnages dont j’ai apprécié la justesse et la finesse.
– L’ambiance générale du roman ainsi que le sujet de base.

Les points négatifs ?

Et malgré mon attrait au début du roman, il y a quelques points négatifs dans cette lecture :
– Les personnages en général, que j’ai souvent trouvé sans envergures, fades et un peu mous.
– La longueur du récit qui n’est pas toujours justifiée, car j’ai trouvé que cela donnait lieu à des redondances dans les scènes : souvent identiques concernant les visions, idem concernant les rencontres entre Cornélia et Henri. Heureusement cela est apaisé par les flashback concernant la vie de Cornélia.

En bref ?

Une lecture facile, mais qui est loin de m’avoir transcendé comme ça a été le cas pour nombre de lecteurs. Je reste donc vraiment mitigée pour ma part.
Néanmoins, comme beaucoup ont apprécié, à savoir que le tome 2 (très attendu, sachant que ce tome 1 est originellement paru en 2011 !), paraîtra aux éditions J’ai Lu (collection Darklight) le 19 mars 2014 ! Il s’appellera « Déliquescence« .

Lune d’émeraude, t.1 : Sombre sorcellerie – Marjorie Burbaud

Quatrième de couverture :

Dans ce monde les Sorcières ne sont pas repoussantes et méchantes : elles sont belles et envoûtantes ; les Sorciers ne sont pas cruels et immondes, bien au contraire ! Dans l’Empire Orphérien, où vivent ensemble de nombreuses Kreattures, la paix est douteuse. La menace règne entre les deux plus puissants clans de Sorciers de l’Empire : les Grawell et les Xomiraz. Et, lorsque le destin lie leurs deux héritiers jusqu’à la mort, l’Empire est livré à une sombre guerre d’amour et de haine. Et si ce n’était que le début d’une longue route semée d’embûches ? Plongez au cœur d’une inoubliable histoire de Sorcellerie et d’amour, aussi passionnée que tragique.

Mon avis :

Cinquième et dernière lecture pour la recherche du Coup de Cœur 2012 des auteurs peu médiatisés, avec un roman fantastique jeunesse empreint de magie et d’amour.

Lire la suite

L’enfant de la délivrance – Cyndie Soue

Quatrième de couverture :

C’est en fouillant un jour dans les affaires de son père adoptif que Juliette découvre son métier : il est tueur professionnel. Un choix évident lui vient alors à l’esprit, celui de faire le même travail. Mais lors de ses nombreuses missions, cette jeune fille va découvrir que certaines histoires qui paraissent invraisemblables ne sont pas que des légendes. Entre des vampires et des loups-garous, Juliette va vite comprendre qu’il n’y a pas que des humains sur terre, surtout lorsqu’elle rencontre le tout premier vampire, un homme peut-être prétentieux, mais d’une beauté à couper le souffle.

Mon avis :

Quatrième et avant-dernier roman lu dans le cadre de la recherche du Coup de Coeur 2012 des auteurs peu médiatisés, organisé sur Livraddict. Une lecture qui ne m’a malheureusement pas passionné. Je vous en dis plus tout de suite.

Lire la suite